@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Isetta

Fil des billets

mardi 22 novembre 2016

Les Microcars insolites






micro00.jpg


De toute évidence, il n'est pas du tout facile de décrire précisément ce qu'est un de ces engins baptisés Microcar. En général, lorsqu'on en découvre une, on l'identifie immédiatement comme étant un des véhicules de cette catégorie. Avant tout, sa carrosserie doit être de petite taille, légère, accouplée à un moteur peu puissant, le tout pour un prix d'achat réduit. Il a trois ou quatre roues, moins de quatre portes et dans la plupart des cas ne ressemble guère à une voiture classique courante ....





Cet article ne vas pas vous donner une description de tous les Microcars ayant existé, car la tâche serait impossible tant est si grande la famille de ces petites voitures produites à travers le monde, mais simplement vous présenter ici quelques exemples de designs d'une très grande variété. Le plus dur a été de faire un choix, car il y a tant à montrer et si peu d'espace pour le faire qu'il a bien fallu en éliminer beaucoup et se cantonner aux modèles les plus insolites. Force est de reconnaitre que si ces engins n'éveillent pas spontanément la bienveillance de l'esthète qui est amoureux de belles carrosseries, les passants se retournent quand même au passage de ces engins au bruit de crécelle et au design insolite qui font leur petit effet ....





Une Microcar est finalement une voiture sans permis ou « voiturette », un petit véhicule automobile dont la conduite ne nécessite pas un permis de conduire obligatoire. Il s'agit le plus souvent d'un quadricycle à moteur, mais une voiturette peut aussi être un véhicule à trois roues. Ce terme de « voiturette » a été utilisé pour la première fois par le constructeur automobile français Léon Bollée qui en déposa le nom, et ce mot au fil du temps est passé dans le langage courant pour être plus tard transformé en Microcar. Elles apparaissent avant le premier conflit mondial et ont l'avantage d'être relativement abordables à l'achat et à l'entretien. Faciles à assembler, elles sont parfois vendues en kit à monter soi-même sur un châssis ....





En fait c'est à la fin des années 70 que la Société Jeanneau, spécialisée jusqu'alors dans la construction de bateaux de plaisance décida la création d'une branche nouvelle bien que toujours en rapport avec le travail du polyester, la Microcar venait de naitre. Un nom parfait puisqu'il définissait à lui seul le produit comme pour Frigidaire ou Mobylette qui réussirent eux aussi à imposer leurs noms en lieu et place de celui de la catégorie à laquelle ils appartenaient. Microcar s'il avait rencontré un véritable succès commercial aurait surement et définitivement réussi à supplanter les termes génériques de Voiturette ou Voiture Sans Permis qui encore aujourd'hui sont les seuls utilisés le plus couramment pour définir le genre ....





Légalement une Microcar est un véhicule automobile d'encombrement et de performances réduites. L'absence de nécessité du permis de conduire justifie la limitation de performance et de gabarit de ces mini-voitures et l'apposition d'une plaque d'immatriculation n'est obligatoire qu'à l'arrière du véhicule n’étant que facultative à l'avant. Depuis le mois de novembre 2014, la France a adopté la législation européenne sur la conduite des voitures sans permis et il est donc possible de conduire à partir de 14 ans, mais ces voiturettes n'ont strictement pas le droit de circuler sur les autoroutes et sur certains boulevards périphériques. Le code de la route français définit le Microcar comme un engin à moteur de trois à quatre roues dont la vitesse maximale n'excède pas 45 km/h, la cylindrée n'excède pas 50 cm3 pour les moteurs à essence 2 ou 4-temps ou dont la puissance maximale nette n'excède pas 4 kilowatts pour les autres types de moteur Diesel ou électrique, le poids à vide n'excède pas 350 kg et la charge utile n'excède pas 200 k ....





Si la motorisation de ces Microcars reste donc peut puissante et simpliste du type scooter, mobylette, vespa ou petite moto, le look et le design fait bien toute la différence. Rondelette, fuselée, exubérante, insolite, farfelue, allongée, ramassée, dessinée avec soin ou avec de multiples chichis, la voiturette ne laisse donc pas indifférent. Tantôt berline, quelque fois break, mais aussi cabriolet à deux places voir plus rarement trois places, elle est conçu principalement pour la ville. Hyper-maniable et très commode à garer, jusqu'alors réservés pour l'essentiel à une clientèle rurale et plutôt âgée, ces modèles s'installent bien peu à peu comme des véhicules à vocation urbaine, destinés à des conducteurs plus jeunes. En effet de nos jours,"la voiturette fait un peu office de mobylette des gosses de riches" ....





Tout à commencé au lendemain de la Seconde guerre mondiale, lorsque l'industrie auto est au plus mal. Heureusement, des ingénieurs aussi farfelus que brillants vont créer des petites voitures low-cost aux look incroyables, insolites, aussi fascinants qu'hilarants, appelées voiturettes, Microcars ou bubblecars, qui crachent un épais nuage de fumée d'huile brulée. De très nombreux modèles provenant des quatre coins du monde vont apparaitre, Isetta, Gogomobil, Berkeley, Grataloup, Velorex, Messerschmitt, Biscuter, Reyonnah, Mochet, Solyto, Peel, Brutsch, Fulda, Glas, Gutbrod, Heinkel, Lloyd, Maico, Victoria, Zündapp, Julien, Rovin, Ardex, Bouffort, Mivalino, ou Paul Vallée. Elles ont aujourd'hui disparu de la circulation mais font le bonheur de nombreux collectionneurs sachant que certains modèles peuvent atteindre des sommes incroyables entre 75.000 et 100.000 dollars ....






De nos jours, techniquement toujours assez limitées pour ce qui est de la seule motorisation les Microcars encore en fabrication fonctionnent à l'essence, au diesel, au GPL ou à l'électricité. Mais résolument bien plus affriolantes que leurs ainés et bien mieux finis, elles reflètent les changements modernes en cours au sein de la clientèle de ces voiturettes sans permis dont près de 150.000 circulent en France, pays européen qui leur a réservé le meilleur accueil et dont proviennent les principaux constructeurs comme Aixam, Ligier, Bellier, Microcar, Chatenet, Secma, JDM, Dué ou Mega. Elles sont désormais beaucoup mieux équipées ....





Même nos deux grands constructeurs hexagonaux Renault et Peugeot se sont laisser entrainer sur cette niche de marché suite à la demande grandissante sachant qu'en 2014, les ventes des constructeurs français en Europe pour ce genre de Microcar avoisinaient les 30.000 exemplaires, ce créneau devient désormais porteur ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Microcarmuseum © - Microcarfan



Balade en Microcars ...



La plus petite Microcar du monde à la BBC ...





JPBlogAuto

mercredi 23 février 2011

Ausa PTV 400 Luxe - 1960



AUSA PTV 400 LUXE ….







En 1956, à Manresa, près de Barcelone en Espagne, trois amis fondent une petite usine de production d’engins de chantier, la firme « AUSA » (Automoviles Utilitarios SA). Cette société était principalement dédiée pour la conception, la fabrication et la vente de véhicules industriels compacts, notamment pour une utilisation dans les services municipaux, l'industrie, les espaces verts, la construction, les travaux de génie civil, ou le milieu agricole et minier . Depuis le début, leur histoire a été caractérisée par la recherche de la qualité et l'innovation dans tous les produits qu'ils ont lancé . En 1961, le premier compact benne est entré en production et devient le plus vendus et les plus fiables dumper sur le marché . En 1967, le premier compact chariot élévateur tout terrain dans le monde . En 1969, le processus d'internationalisation pour créer la première filiale à Perpignan . L'année 2006 marque le 50e anniversaire de l'entreprise qui est devenue actuellement le leader mondial sur le marché des chariots élévateurs de moins de 3 tonnes ….



Parallèlement à ces engins de chantier, la société Ausa avait aussi lancé une marque de micro voitures du genre Vespa 400 ou la Goggomobil ou même la petite Isetta . Baptisée « PTV », elle a été l'une des marques les plus largement diffusée pour les micro voitures en Espagne . Le premier modèle présenté est le PTV 250, en 1956 avec deux versions avec ou sans portes . C'était une belle 2-places convertible (2/3 selon la publicité de l'époque) mono cylindre 250 cc à moteur arrière, avec une puissance de 11 chevaux et une vitesse de 75 km / h . L’engin a été très largement diffusé en Espagne mais aussi au Portugal si bien que la marque a décidé de produire un nouveau modèle plus performant et plus richement doté ….



Deux ans plus tard, soucieuse de son public qui exige de meilleures performances en termes de vitesse et d'accélération ainsi qu’un niveau supérieur de confort, la marque a développé une version nettement améliorée, le PTV 400 Luxe . Il a été un véhicule bien meilleur que le PTV 250, ingénieusement et savamment conçu, avec des caractéristiques comparables à la Seat 600, c’est dire . Ce nouveau modèle intégrait les progrès réalisés dans la plupart des véhicules plus coûteux, mais aussi les nouvelles technologies de l’époque comme le compresseur dans le moteur, ce qui a permis d'utiliser de l'essence non mélangée et des performances améliorées . Seule des marques beaucoup plus huppés comme Mercedes avaient à cette époque utilisé le compresseur ....



On estime qu’environ 50.000 véhicules PTV 400 Luxe auraient été produits entre 1959 et 1961, année ou la production a cessée faute de moyens pour investir dans la recherche . Quant à son look, il est et reste inimitable et très attachant . Ce petit PTV 400 Luxe est un genre de roadster ou de cabriolet à deux places qui possède un style de design plutôt vintage qui traverse le temps sans trop prendre de rides . Son allure rondouillarde mais élégante on fait son succès . Le traitement de la carrosserie avec deux zones bicolores apporte une note supérieure de standing . L’intérieur avec sa finition en cuir était à l’époque assez luxueux, surtout dans ce créneau de petite voiture . Au final un engin insolite mais attrayant qui méritait une petit place dans cette rubrique, vu sa rareté et son charme ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : bicylindre à deux temps
  • Cylindrée : 396,83 cc.
  • Puissance : 19 ch à 4500 tr / m
  • Accumulateur de 12 V et 130 A pour dinamotor.
  • Transmission : Traction Arrière
  • Boîte : 4 vitesses et marche arrière avec embrayage multi-disques à bain d'huile.
  • Suspension avant : indépendante avec amortisseurs hydrauliques
  • Suspension arrière : de type barre Panhard, des amortisseurs hydrauliques
  • Freins : hydrauliques à tambours
  • Performances : Vitesse maxi: 110 km / h
  • Consommation moyenne : 5 l/100 km












JPBlogAuto

vendredi 4 mai 2007

Iso Rivolta GT 340 Coupé

La firme Iso démarre son activité à Bresso en Italie en 1948 dans la construction de scooters à moteurs deux temps . A partir de 1953, la firme s’intéresse à l’automobile et présente la fameuse Isetta . Cet utilitaire très original de dimensions réduites propulsé par un moteur deux temps de 200 cm3 sera produit pendant plus de dix ans et cédé sous licence à BMW .

En collaboration avec le designer Bertone, la marque va produire à partir de 1963 et jusqu’à 1974 des très élégants coupés GT puissants et luxueux comme l'Iso Rivolta et l’Iso Grifo ou aussi l’Iso Fidia et même l’Iso Lele .

Celle que j’ai choisi pour ce billet est sortie en 1963, c’est une des premières GT de la marque, le très élégant et luxueux Coupé Iso Rivolta GT 340 équipé du V8 de 5,3 litres de la Chevrolet Corvette, une merveille ….

Ecussons des marques ... Cliquez pour agrandir ...

JPBlogAuto