@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Juan Manuel Fangio

Fil des billets

samedi 18 février 2017

José Maria Villafuerte






villa00.jpg


José Maria Villafuerte, est un artiste peintre argentin talentueux et réputé qui est né à Buenos Aires le 5 Juillet 1954. Après un parcours scolaire classique, il s'engage dans des études supérieures de dessin et de peinture à la Faculté des Beaux-Arts de l'Université nationale de La Plata ou il obtient un diplôme de peintre plasticien ....


villa02.jpg


Attiré depuis tout jeune par le dessin, et plus particulièrement celui des voitures, José Maria Villafuerte va finalement diplôme en poche parvenir à en faire son métier. En fait dès l'âge de 25 ans à peine, il est déjà repéré pour son talent et commence donc à collaborer avec plusieurs journaux et revues comme par exemple le journal brésilien Block ou même le magazine argentin Editorial Columba ....


villa01.jpg


Depuis tout jeune, José Maria Villafuerte a été élevé et a grandi dans la culture du sport automobile argentin et plus particulièrement du Championnat "Turismo Carretera". Ce championnat si particulier lui a donné le goût des vieilles américaines préparées pour ces épreuves assez unique et il en fera plus tard une de ses spécialités en reproduisant beaucoup de ces bolides en condition de course ....





José Maria Villafuerte fait parti de cette catégorie de peintre dits réalistes car il produit des œuvres vraiment très proches de la réalité souvent basées sur des documents d'époque. Sa technique de travail est somme toute assez conventionnelle et il utilise comme beaucoup de ses semblables la peinture acrylique sur toile. La beauté de son travail provient en fait du mélange des couleurs et de la lumière ....





Très tôt après avoir collaboré avec la presse quotidienne, José Maria Villafuerte va assez rapidement être sollicité par des firmes indépendantes pour la création graphique et l'illustration de catalogues de pièces automobile. Il va aussi bien vite être demandé pour travailler dans différents magazines importants liés au thème de l'automobile tels que "Figure", "Corsa", "Pare-brise" ou même "Full Motor" ....





En 1980 à l'âge de 26 ans, José Maria Villafuerte fait la connaissance de LA star argentine pour ce qui est de la course automobile, Juan Manuel Fangio. Cette rencontre va changer sa vie d'artiste car en plus de devenir son ami personnel il va énormément travailler sur ce pilote tout au long de son œuvre en produisant beaucoup de toiles sur le parcours sportif du célèbre champion argentin ....





Concernant son ami Fangio, José Maria Villafuerte dit " Il m'a donné son amitié et je pouvais enfin joindre deux passions, les voitures de sport avec ma passion pour l'art. Il était une personne humble et humaine qui avec quelques mots m'a donné en toute simplicité de nombreuses leçons. Il m'a appris que le plus important était de toujours vouloir essayer, pour moi, il a ouvert les portes du monde " ....





Les œuvres de José Maria Villafuerte vont devenir de plus en plus nombreuses au fil du temps si bien que petit à petit sa renommée va croître sans cesse. Naturellement il va produire des tableaux sur quasiment toutes les disciplines du sport automobile, la Formule 1, l'endurance, le rallye ainsi que sur de très nombreux pilotes célèbres et aussi différentes marques ou modèles réputés, et leurs championnats ....





Jose Maria Villafuerte peint donc des F1 récentes, mais aussi des plus anciennes, sans exclure aucune époque. Il remonte même aux premiers Grand Prix d’après la seconde guerre mondiale. Ses œuvres incluent aussi les voitures de sport, du temps où les gloires de la F1 se glissaient encore à leur volant. Une superbe peinture commémorative de Ayrton Senna sera édité en lithographie et commercialisée en Europe et au Japon. Ses œuvres seront remises à des pilotes comme Damon Hill, Mika Hakkinen, Jacques Villeneuve, Jackie Stewart, Michael Schumacher ou aussi Alain Prost pour leur titre de champion du monde. De plus en plus de musée commenceront alors à l’exposer et il entre dans des collections privées ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Fierrosclasico - © Villafuerte



Interview de José Maria Villafuerte ...







JPBlogAuto

lundi 23 juin 2014

Stirling Moss - Le champion sans couronne






stirlingmoss01.jpg


Sir Stirling Moss, né le 17 septembre 1929 à West Kensington, un quartier de Londres localisé dans le district de Hammersmith et Fulham, aura donc 85 ans dans moins de trois mois. C'est un ancien pilote automobile anglais, qui a couru en Formule 1 de 1951 à 1962 et qui est considéré à juste titre comme l'un des plus grands pilotes de l'histoire du sport automobile, même s'il n'est pourtant jamais parvenu à conquérir le titre mondial des conducteurs, ce qui lui vaut d'être surnommé le « champion sans couronne ».
Vainqueur de seize Grands Prix, Moss compte également de nombreuses victoires en catégorie Sport (dont une retentissante victoire aux Mille Miglia en 1955). Très éclectique, il courut aussi en rallyes, discipline dans laquelle il est l'un des rares pilotes à avoir conquis une Coupe d'or dans la Coupe des Alpes (attribuée au pilote ayant obtenu la Coupe des Alpes trois années consécutives, en 1952, 1953, et 1954 pour son cas personnel). Il termine aussi second du Tour de France automobile en 1956 et quatrième en 1957.
Depuis la mort de Jack Brabham, le 19 mai 2014, il est le doyen des pilotes vainqueurs d'un Grand Prix du championnat du monde de Formule 1 ....


stirlingmoss02.jpg


En 1948, alors qu'il est âgé de 19 ans, Stirling poussé par la passion de la course automobile et avec l'aide de son père, commence à préparer une Cooper-Jap 500 cm3. À son volant, Stirling remporte sa toute première épreuve, une course de côte. Peu de temps après, il brille également dans des épreuves sur circuit.
En 1949, les Moss père et fils achètent une nouvelle Cooper, que Stirling pilote alternativement en Formule 3 et en Formule 2. Malgré des résultats irréguliers le style du jeune Stirling impressionne les observateurs. En 1950, il est ainsi recruté par la petite écurie britannique HWM de John Heath et George Abecassis, qui l'engage simultanément en Formule 2 et en Formule Libre, des disciplines dans lesquelles il commence à se frotter aux meilleurs pilote de l'époque et à soigner sa réputation de grand espoir. Parallèlement, il continue de piloter en Formule 3 sur sa Cooper-Jap, ce qui lui vaut de se mettre à nouveau en évidence devant le petit monde de la Formule 1, en remportant cette fois le GP de Monaco F3. En fin d'année, il réalise également son premier grand coup d'éclat en catégorie « sport » en remportant sous la pluie de Dundrod (Ulster) le prestigieux Tourist Trophy au volant d'une Jaguar privée.
Devenu un pilote de plus en en plus sollicité, Moss est engagé sur tous les fronts lors de la saison 1951, en F3 chez Kieft, en sport chez Jaguar qui a fait de lui un pilote officiel, et en F2 chez HWM. C'est d'ailleurs au volant de la HWM F2 que Moss participe à ses premiers GP de Formule 1 (des GP hors-championnat pour la plupart), où il doit déployer tout son talent pour parvenir à tenir le rythme des F1 plus puissantes que sa F2 ....


stirlingmoss03.jpg


Sollicité pour le championnat du monde 1952 par Enzo Ferrari en personne, le très patriote Stirling Moss préfère poursuivre son ascension au sein d'écuries britanniques, pourtant moins performantes que leurs rivales italiennes. Il se laisse ainsi tenter en Formule Libre par l'audacieux projet BRM V16, et en Formule 1 par ERA puis par Connaught. Mais dans les deux cas, les résultats ne seront pas au rendez-vous. Son passage en 1953 chez Cooper-Alta n'est guère plus brillant.
Pour la saison 1954, constatant l'impasse dans laquelle le conduit son attachement aux médiocres équipes britanniques, Moss se résout à acheter une Maserati F1. En faisant régulièrement jeu égal en performance pure avec les Maserati officielles, théoriquement plus véloces. Au fil de la saison, l'usine Maserati prête un intérêt grandissant aux prestations du jeune Anglais, au point de faire de lui un pilote officiel en fin d'année, suite à la mort de l'espoir argentin Onofre Marimón. À Monza, malgré un énième abandon, il s'affirme plus que jamais comme un futur grand de la F1: avant de devoir renoncer sur fuite d'huile, il était en tête de la course, devant l'invincible Mercedes de Fangio. L'exploit n'échappe pas à Mercedes, qui décide de faire de lui l'équipier de Fangio pour la saison suivante ....


stirlingmoss04.jpg


Sans véritable opposition les Mercedes W196 survolent les débats en 1955. Mais en interne, Moss se heurte la plupart du temps à un os en la personne de son coéquipier Fangio, qui truste les victoires. Il ne parvient à devancer son chef de file que lors du GP de Grande-Bretagne à Aintree, où il décroche sa première victoire en championnat du monde. Moss termine le championnat du monde (amputé de plusieurs épreuves suite au drame des 24 heures du Mans) à la deuxième place finale derrière Fangio. En 1955, Moss est également engagé par Mercedes dans les épreuves de type sport, pour le meilleur comme pour le pire. Le meilleur lors de sa victoire au Mille Miglia, où il signe le record absolu de l'épreuve au terme d'une fabuleuse épopée de plus de 10 heures, sur 1 597 km. Mais le pire lors des 24 heures du Mans, où il est en tête de l'épreuve avec Fangio lorsqu'il reçoit de la direction de Mercedes l'ordre de se retirer de l'épreuve car quelques heures plus tôt, une autre Mercedes s'est écrasée sur un talus séparant la piste des tribunes et que plus de 80 personnes ont été tuées par des éléments de la Mercedes projetés dans le public.
Mercedes ayant décidé d'abandonner la compétition à l'issue de la saison 1955, Moss retourne chez Maserati pour le championnat du monde de F1 1956, où il est présenté comme le principal outsider de Fangio (passé chez Ferrari, qui a récupéré les Lancia D50). Malheureux en Argentine sur une casse moteur alors qu'il est en tête, il prend sa revanche à Monaco, où il signe sa deuxième victoire en championnat du monde au terme d'une démonstration de pilotage. Mais une série de mauvais résultats, imputable à des soucis mécaniques, lui fait perdre le contact au championnat avec les pilotes Ferrari (Fangio et Collins). Sa belle fin de saison n'y change rien et il termine comme l'année précédente à la deuxième place du championnat derrière Fangio.
L'émergence d'une équipe britannique de qualité (en l'occurrence Vanwall) permet à Moss de revenir défendre les couleurs nationales. Mais sa saison est perturbée par la mise au point plus longue que prévue de la VW4. Son championnat ne débute réellement qu'avec sa victoire à Aintree, sur la voiture partagée avec son coéquipier Tony Brooks, mais il est déjà trop tard pour espérer jouer le titre. Pour l'honneur, il remporte les deux dernières manches de la saison, ce qui lui permet de terminer vice-champion du monde derrière Fangio pour la troisième année consécutive ....


stirlingmoss05.jpg


Toujours chez Vanwall en 1958, Moss est mis dans l'embarras par le forfait de son équipe qui entend protester contre le changement tardif du règlement sur le carburant. Pour défendre ses chances au championnat, il obtient le droit de s'inscrire sur une Cooper privée de l'écurie de Rob Walker mais il est victime du manque de fiabilité chronique de ces voitures. De retour sur la Vanwall à partir du GP de Monaco, Moss domine la F1 sans parvenir à prendre le large au championnat et se voit notamment menacé par le régulier Mike Hawthorn, sur Ferrari. Moss est pénalisé par le manque de fiabilité de la Vanwall mais également par son fair-play exemplaire. Un abandon en Italie lui fait perdre la tête du classement général, et sa victoire au Maroc (la quatrième de la saison) est insuffisante pour revenir et au final, il perd le titre mondial pour un petit point.
Fidèle à Rob Walker malgré les ennuis à répétition de la saison 1959, Moss attaque la saison 1960 par un nouvel abandon sur bris de suspension. Pour l'épreuve suivante à Monaco, Moss a su convaincre Walker de se porter acquéreur d'une nouvelle voiture, la Lotus 18. Dans les rues de la Principauté, il signe la pôle et s'impose au nez et à la barbe des pilotes officiels pour offrir à Lotus son tout premier succès en championnat du monde. A Spa, il est victime d'un grave accident consécutif à la perte d'une roue. Relevé avec de multiples fractures, Moss doit observer une convalescence de plusieurs semaines et donc faire l'impasse sur plusieurs courses du championnat ce qui ne fait qu'attiser la sensation qu'il est une nouvelle fois passé à côté d'un titre mondial largement à sa portée ....


stirlingmoss06.jpg


Alors qu'ils entretiennent des relations délicates depuis 1951 et un transfert avorté, Enzo Ferrari et Stirling Moss renouent contact lors de l'hiver 1961/1962 et finalement Ferrari a accepté de confier à Moss une Ferrari tout en lui permettant de conserver son indépendance vis à vis de la Scuderia.
Avant le début du championnat du monde 1962, Moss participe comme à son habitude à de multiples courses hors-championnat. Parmi celles-ci, le Glover Trophy, disputé le 23 avril 1962 sur le circuit de Goodwood, l'un de ses tracés favoris. Inscrit sur une Lotus 18 privée, Moss domine le début de course mais il tire tout droit à l'entrée du virage de St-Mary et va s'écraser à haute vitesse contre le talus. Relevé inconscient avec de multiples fractures, il passe plusieurs semaines à l'hôpital avant de devoir entamer une douloureuse rééducation.
Au printemps 1963, à Goodwood près d'un an après son accident, il retrouve le volant d'une voiture de course. Son objectif est de se tester, afin de savoir s'il peut reprendre sa carrière. Mais au bout d'une demi-heure, constatant son déficit de performance ainsi que son manque de sensation au volant avec des difficultés à se concentrer et une absence d'automatisme dans les gestes, il préfère mettre un terme à sa carrière, estimant qu'il ne sera pas en mesure de retrouver son meilleur niveau ....



Résultats en championnat du monde de Formule 1

  • 66 Grand Prix disputés
  • 16 victoires
  • 24 podiums
  • 16 pole positions
  • 20 meilleurs tours en course
  • 186,5 points marqués
  • Vice-champion du monde en 1955, 1956, 1957 et 1958
  • Sur les 21 pilotes (ayant disputé au moins 30 Grand Prix dans leur carrière) dont le pourcentage de victoires est supérieur à 10 %, Stirling Moss est le seul avec Tony Brooks à ne pas avoir obtenu le titre mondial.


Sources : © - www.strlingmoss.com © - www.Wikipédia.fr



Stirling Moss - 1955 Mille Miglia ...



Stirling Moss - De 1951 à 1961 ...



Stirling Moss interview de la BBC ...





JPBlogAuto

mardi 17 juin 2014

Tazio Nuvolari - Le dieu de la course






nuvolari01.jpg


Tazio Giorgio Nuvolari dit Tazio Nuvolari fait partie de la légende de l'automobile. Les récits extraordinaires de ses exploits font de lui un mythe d''abord en moto, puis en auto, il bat de nombreux records et gagne plus de cent courses. Né le 16 novembre 1892 à Castel d'Ario et mort le 11 août 1953 à Mantoue, c'est un pilote motocycliste et un pilote automobile italien également connu sous les surnoms d'Il Mantovano Volante (le Mantouan volant) ou Nivola. Deux fois champion d'Italie de vitesse moto en 1925 et 1927, champion d'Europe de vitesse moto en 1926 et champion d'Europe des pilotes automobiles en 1932, il reste célèbre tant pour ses exploits en course que pour sa personnalité et son style de pilotage ....


nuvolari02.jpg


En 1915, il acquiert sa première licence de coureur motocycliste. Cependant, la guerre fait rage et Tazio est rappelé par l'armée en tant que conducteur d'ambulances, de camions ou encore de voitures d'officiers. Nuvolari commence à piloter en compétition motocycliste en 1920 alors qu'il est déjà âgé de vingt-sept ans. Dès 1923, il fonde son propre team en devenant pilote professionnel. Il prend part à de nombreuses courses sur deux roues et remporte plusieurs victoires. Cela le rend rapidement populaire en Italie. Quatre ans plus tard, en 1924, il devient champion d'Italie en catégorie 500 cm3 et, l'année suivante, coiffe la couronne de champion d'Europe en catégorie 350 cm3 avant de remporter de nouveau le championnat italien en 1926.
Ces titres acquis,il fonde son écurie, la Scuderia Nuvolari, à Mantua. Il achète alors quatre Bugatti Grand Prix et se tourne vers la compétition automobile tout en poursuivant la compétition motocycliste en parallèle jusqu'à la fin de la saison 1930 quand il décide de se consacrer exclusivement à l'automobile. Au cours de cette saison, il obtient sa première victoire majeure en automobile aux Mille Miglia ....


nuvolari03.jpg


Après tous ces nombreux succès, Tazio s'engage en 1930 pilote officiel pour Alfa Corse, l'écurie de course officielle d'Alfa Romeo. Si les débuts sont difficiles, il remporte toutefois, en 1932, le championnat d'Europe des pilotes. À la suite du retrait d'Alfa Corse, de la compétition, Nuvolari s'engage avec la Scuderia Ferrari qui engage semi-officiellement les Alfa Romeo et remporte les 24 Heures du Mans 1933. Déçu par les monoplaces de l'écurie, il entre en conflit avec Enzo Ferrari et rejoint Maserati en milieu de saison 1933 pour y rester jusqu'en 1934, date à laquelle la firme se retire de la compétition.
Une nouvelle réglementation fait son apparition en 1934 afin de contrer la dangereuse escalade de puissance des moteurs. Cette année-là voit également l'arrivée de Mercedes-Benz et d'Auto Union qui dominent immédiatement la compétition. Face aux géants Allemands, Tazio et sa Maserati ne récoltent que les miettes, avec seulement deux petites victoires à Modena et à Napoli. Cependant, Nuvolari écrit une nouvelle page de l'histoire du sport automobile. A peine un mois après un terrible accident survenu sur le circuit d'Alessandria où il se brisa la jambe, il prend le départ de l'Avusrennen avec une jambe dans le plâtre et parvient à terminer à la cinquième place ....


nuvolari04.jpg


En 1936, Tazio est toujours au sommet de son art et remporte cinq épreuves. Il bat une nouvelle fois les allemandes au Grand Prix de Barcelone, au Grand Prix de Hongrie, à Milan, à Modena mais surtout il conquiert l'Amérique en s'imposant à New-York dans la George Vanderbilt Cup. Il part ensuite à la conquête de nouveaux records et le 15 juin, il établit deux records internationaux, le kilomètre qu'il parcourt à la vitesse de 321,426 km/h et le mile à 323,126 km/h de moyenne avec une pointe à 336,252 km/h.
La saison suivante, la donne change et cette fois, ce sont les allemandes et leurs moteurs surpuissants de 520cv contre 370cv pour l'Alfa Romeo qui dominent à nouveau toutes les courses. Sportivement parlant l'année 1937 est mauvaise et donc Nuvolari se tourne de nouveau vers la Scuderia Ferrari, avec le soutien du premier ministre italien Benito Mussolini. Mais la relation avec Enzo Ferrari empirant encore, courant 1937 il s'essaye au pilotage d'une des Flèches d'Argent d'Auto Union puis rejoint la firme allemande en 1938 et lui reste fidèle jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale ....


nuvolari05.jpg


Les allemandes continuent leur domination lors de la saison 1938. Pire, durant les essais du Grand Prix de Pau, la voiture de Nuvolari s'enflamme. Tazio est meurtri dans sa tête comme dans sa chaire. Il souffre de légères brulures au visage, aux bras et aux jambes mais est surtout très choqué. Après réflexions, il décide d'arrêter la compétition. Cependant, il revient rapidement sur sa décision et se cherche un nouveau défi. Il part aux Etats-Unis où il essaie quelques monoplaces, mais cette expérience ne le satisfait pas. Il décide alors de rentrer en Europe et signe un contrat avec Auto Union, le géant allemand cherche justement un pilote pour remplacer le jeune Bernard Rosemeyer, décédé en début d'année. Après trois courses tests, il remporte en quinze jours deux mémorables succès à Monza et à Donington.
A la fin de la guerre, la vie reprend son cours mais Tazio est frappé par une nouvelle tragédie personnelle. Son deuxième fils décède à l'âge de 18 ans. Pour effacer cette atroce douleur, il décide de reprendre la compétition. Dès le premier Grand Prix à Marseille, il signe le meilleur tour en course et montre qu'il faut toujours compter avec lui. Malheureusement, quelques tours plus tard, son moteur rend l'âme et il doit abandonner. S'il ne gagne plus aussi souvent, il est cependant de plus en plus populaire. Nuvolari renoue avec la victoire au Grand Prix automobile d'Albi 1946 sur une Maserati 4CL. Au Circuito di Milano, alors qu'il peut espérer finir troisième, il abandonne, incapable de piloter d'une seule main car en effet, devenu malade et asthmatique à force de respirer les gaz d'échappement, il doit maintenir en place un masque respiratoire ....


nuvolari06.jpg


En 1947, il ne prend part qu'à six courses, remportant au passage le Circuit de Parma. Mais c'est une autre course qui va renforcer le mythe de Nuvolari, les Mille Miglia. Agé de 55 ans et au volant de sa petite Cisitalia 202 Spyder, il mène la course loin devant le peloton. A cet instant, une tempête éclate et le cockpit de la voiture se retrouve inondé. Tazio est obligé de s'arrêter pour évacuer l'eau et, lorsqu'il repart, il est deuxième. Il donne tout, fait vibrer le cœur de millions d'Italiens, mais échoue dans les échappements de Biondetti. En fin d'année, Nuvolari participe au Circuito di Mantova, et en hommage aux deux fils défunts de Tazio Nuvolari, l'épreuve est renommé "Coppa Giorgio e Alberto Nuvolari" ....


nuvolari07.jpg


L'année suivante, il ne débute que cinq épreuves et abandonne lors de la plupart. Malgré cela, il marque une dernière fois l'histoire aux Mille Miglia. Sa Cisitalia, préparée exclusivement pour ce rendez-vous rend l'âme lors des ultimes tests. Il semble impossible qu'elle soit réparée à temps. Le jour avant la course, alors que le dernier espoir de le voir au départ s'éteint, son vieil ami Enzo Ferrari lui offre une 166S. Tazio accepte le présent et, sans aucune préparation, il se présente le lendemain sur la ligne de départ. Nuvolari démarre comme un boulet de canon. A Pescara, il mène la course. Son avance augmente au fil des kilomètres. Il compte douze minutes d'avances à Rome, vingt à Livourne. Il est déchainé ! Son avance culmine à trente minutes lors du passage à Florence. Sa conduite est irrésistible mais la voiture est au bord de la rupture. Dans un premier temps, il perd le garde-boue, puis le capot. Ensuite ce sont les boulons tenant le siège qui se desserrent. Enfin, un ressort brisé à Reggio Emilia met un terme aux espoirs et l'oblige à se retirer ....


nuvolari08.jpg


Même s'il n'a jamais annoncé la fin de sa carrière, diminué par son état de santé, il devient de plus en plus discret. Fin 1952, un infarctus le laisse partiellement paralysé. Neuf mois plus tard, il décède d'une seconde attaque. Plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont une moitié de Mantouans, prennent part à ses funérailles. Des personnalités du monde de l'automobile viennent lui rendre hommage, dont Enzo Ferrari et Ferdinand Porsche qui déclare que Tazio Nuvolari est « le plus grand coureur d'hier, d'aujourd'hui et de demain ». Conformément à ses dernières volontés il est inhumé avec son « uniforme de course », un pantalon bleu, un jersey jaune avec les lettres TN brodées et son casque. Son cercueil est porté sur plus d'un kilomètre par Alberto Ascari, Luigi Villoresi et Juan Manuel Fangio ....

Tazio Nuvolari en bref :

  • 351 courses disputées
  • 106 victoires
  • 76 succès dans sa catégorie
  • 100 fois tour le plus rapide
  • 5 records international de vitesse (trois sur deux roues et deux en voiture)
  • 7 titres de champion d'Italie (deux en moto et cinq en auto)


Sources : © - www.tazionuvolari.it © - www.Wikipédia.fr



Tazio Nuvolari - 1933 Le Mans ...



Tazio Nuvolari - 1935 GP d'Allemagne ...



Tazio Nuvolari - 1936 Vanderbilt Cup Race ...





JPBlogAuto

- page 1 de 3