@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - KERS

Fil des billets

vendredi 2 novembre 2018

Aston Martin Valkyrie - 2018











Aston Martin est une célèbre marque anglaise de voitures de luxe et de course, créée en 1913 par Lionel Martin et Robert Bamford. Basée à Gaydon, dans le Warwickshire en Angleterre, elle est une filiale de Prodrive Motorsport depuis 2007. En 2017 soit dix ans aprés ce changement de propriétaire, la vénérable firme britannique lance un programme pour construire une "GT hypercar" qui dépasse l'entendement, sans nul doute l’un des modèles les plus attendus de ces prochaines années par les aficionados de la marque ....





Pour essayer de se faire une place sur le segment très prisé de ces nouvelles mais encore rares "Hypercars", Aston Martin s'est adjoint pour cet ambitieux projet la collaboration de l'écurie Red Bull Racing de Formule 1 avec laquelle elle est déjà liée par un accord de partenariat technique et de sponsoring dans le Championnat du Monde de F1. Le challenge est difficile car on doit affronter quelques illustres mais rarissimes célébrités comme la Bugatti Veyron, la Bristol Fighter T, la SSC Ultimate Aero 2, la Zenvo ST1, la Koenigsegg One, la Hennesey Venom GT, ou la Bugatti Chiron, un marché de niche de moins d'une douzaine de voitures ....





Le monde de ces "hypercars" ne cesse de progresser. Si la Bugatti Veyron a été la première à franchir la barre des 1.000 ch en 2005, elle est aujourd'hui largement rattrapée par une concurrence de plus en plus féroce. Mais la course aux chevaux n'est plus la véritable finalité. Il s'agit à présent d'augmenter les performances en optimisant au maximum le rapport poids/puissance, à l'instar de la F1. La version finale du projet AM-RB 001 avec Red Bull, désormais baptisée pour sa future commercialisation Aston Martin Valkyrie, remplie ces conditions car elle affiche en effet la bagatelle de plus de 1.000 chevaux pour seulement 1.000 kg ....





Conçue par le célèbre Adrian Newey et le designer de Red Bull Racing, l'insolite Aston Martin Valkyrie fait la part belle à la technologie la plus Hi-Tech et donc fatalement au carbone. En effet, la structure de la voiture ainsi que son châssis et sa carrosserie sont entièrement réalisée dans ce matériau. Au final, tous ces apports technologiques permettent à cet engin d'afficher un poids très réduit d'environ 1000 kilos sur la balance ce qui favorise grandement le rapport poids/puissance très recherché dans cette catégorie pour favoriser les performances ....





Exposée pour sa toute première présentation au salon de Genève 2017, la superbe Aston Martin Valkyrie propose un look novateur avec ce museau légèrement relevé laissant apparaître l'étonnant "vide" derrière la moustache aérodynamique. Une prise d'air naît enfin sur le toit pour alimenter en air le moteur. Ailleurs, les formes sont épurées, à l'exception de la poupe qui présente un gigantesque extracteur d’air à deux voies ainsi que deux sorties d’échappement et un aileron joignant les deux blocs de feux arrières déstructurés. Ce design est un dessin guidé par l'air qui procure « des niveaux d’appui extraordinaires tout en laissant les surfaces libres de tout appendice aérodynamique pouvant atténuer la pureté du style » ....





L'habitacle intérieur de la superbe Aston Martin Valkyrie a lui aussi été tout particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. Accessible par deux petites portes papillon, il héberge deux occupants sur des sièges fixes, un fait propre aux hypercars. Le conducteur est placé en position semi-allongée et jambes relevées, à l’instar des pilotes de F1. La planche de bord est simplifiée au possible, toutes les commandes étant centrées sur le volant rectangulaire digne d’une voiture de course. Quatre écrans viennent informer le pilote, un sur le volant pour les données essentielles, un central pour la vue arrière obstruée par la prise d’air, et deux latéraux projetant la vue des caméras remplaçant les rétroviseurs ....





Les objectifs de la marque sont clairs, faire de l'insolite Aston Martin Valkyrie la voiture de route la plus rapide du monde et donc pour sa motorisation ils ont fait appel au spécialiste Cosworth. Le moteur spécialement développé est donc un V12 atmosphérique d'une cylindrée de 6,5 litres. Il s'agit tout simplement du moteur le plus puissant au monde dans sa version atmosphérique sans turbo ni compresseur, il est bien plus vigoureux que le V12 de Ferrari ou de Lamborghini. Ce V12 de 1.000 chevaux atteint sa pleine puissance de 1.145 chevaux à 10.000 tr/min grâce à l'adjonction d'un moteur électrique conçu par Rimac car nous avons affaire à une hybride de type KERS, inspiré de la Formule 1. Couplé à une boîte robotisée à 7 rapports, le missile offre des performances hors du commun avec par exemple un 0 à 100 km/h en un poil moins de 2,5 secondes. Aston Martin annonce une production limitée à seulement 150 exemplaires pour des clients normaux, et 25 exemplaires supplémentaires strictement réservés pour un usage course sur circuit ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence + électrique
  • Moteur : V 12
  • Cylindrée : 6.500 cm3
  • Puissance : 1.145 chevaux à 10.000 t/mn
  • Couple : 1.400 Nm at 6.000 t/mn
  • Vitesse maximal : environ 400 km/h
  • Transmission : Propulsion avec Boîte robotisée de 7 rapports à double embrayage



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Aston Martin - © Motorlegend - © Motor1




La superbe Aston Martin Valkyrie - 2018 ...








JPBlogAuto

samedi 24 avril 2010

La Ferrari verte




L'hybride est à l'honneur de cette édition 2010 du Salon de Genève . Même la légendaire marque Ferrari, connue pour ses voitures de sport, saute le pas en présentant une 599 GTB d'un nouveau genre, dont les émissions de CO2 chutent de 35% . Soucieuse d'améliorer son image auprès du grand public, la firme de Maranello commence à offrir des solutions en matière de respect de l'environnement . On se souvient de la F-430 Biofuel présentée au Salon de Detroit en 2008 et bien voilà aujourd'hui la confirmation de cette nouvelle stratégie avec cette version hybride présentée à Genève, la 599 GTB HY-KERS ….



Si le progrès a souvent fait son entrée par le haut de gamme qui est beaucoup plus apte à en absorber le surcoût, on doit reconnaître que l'hybridation aura été une exception à ce schéma due à la visionnaire Toyota Prius . Le Salon de Genève 2010 fournit pourtant la démonstration que les GT et les supercars peuvent apporter une innovante contribution aux hybrides égocentrées d’ordinaire plutôt sur la familiale . Ce n'est pas qu'un effet de mode car elles aussi doivent diminuer leurs émissions nocives . Il était donc temps pour Ferrari de présenter une voiture sportive à propulsion alternative, histoire de faire aussi figure de bon élève . Après avoir créé son propre système de récupération d'énergie cinétique (KERS) l'an dernier lors du Championnat du Monde de Formule 1, Ferrari transpose cette technologie hybride sur ses modèles de série en présentant la 599 GTB HY-KERS ….



Attention toutefois, cette 599 GTB Fiorano Hy-Kers à l'improbable carrosserie verte (choisie volontairement pour la circonstance) bien qu’elle soit une hybride, reste fidèle à l’image instaurée par la marque . Inspirée de la 599 classique, ses lignes et courbes reflètent le savoir-faire italien qu’on retrouve sur toutes les voitures de la firme . Concrètement, rien ne différencie visuellement cette 599 GTB d'une version de série (sauf la couleur peu conventionnelle). C'est dans les entrailles de la bête que tout se passe car le traditionnel V12 de 620 chevaux est ici associé à un bloc électrique installé sur l'essieu arrière et qui développe 100 chevaux supplémentaires et 140 Nm de couple . Une puissance qui compense le gain de poids généré par cette greffe et devrait assurer à la "GTB verde" des performances sensiblement équivalentes, voire supérieures, au modèle actuel . Selon Ferrari, ce système devrait surtout permettre une économie de carburant et de CO2 de l'ordre de 35 % par rapport à une 599 GTB classique ….


La 599 GTB Fiorano HY-KERS incorpore la majorité des technologies utilisées sur les voitures de course de type F1 telles qu’une transmission pilotée à sept vitesses et bénéficie du système « Kinetic Energy Recovery System » (KERS) qui se traduit en la récupération de l’énergie cinétique lors de l’application des freins et sa transformation en énergie électrique qui est ensuite stockée dans la batterie Lithium Ion épaisse de 20 mm seulement et trouvant place sous le plancher . Ferrari souligne ses difficultés en rappelant que ce sont les hauts régimes qui génèrent les performances mécaniques élevées et que ceci est la raison d'être de la marque . Si les ingénieurs n'entendent pas y renoncer, ils constatent quand même que la conduite adopte bien d'autres styles et notamment en ville où ses voitures sont le plus pénalisées par les dernières normes en matière de pollution ….



La solution passe nécessairement par un moteur électrique qui propose entre autre avantage de compenser le surpoids de 80 kg . Accouplé à la boîte F1 à l'arrière, ce moteur se combine à la mécanique en fonction des stratégies environnementales et alimente les accessoires. La disposition des organes nouveaux est si basse que le centre de gravité a été amélioré . Pour Ferrari, les performances, l'agrément intérieur ainsi que le confort des passagers sont toujours prioritaires, mais cela n'empêche pas la firme de débuter sa prise de conscience écolo puisque dès maintenant, le système « Stop & Start » est disponible sur la dernière California . La 599 HY-KERS Hybrid est la preuve que Ferrari peut passer au « vert » tout en conservant un bon niveau de performance et de fiabilité, mais c'est surtout au passage à la pompe que se situe le gain de 35 % en émissions et en consommation . Ferrari compte offrir cette technologie avant trois ans en série ….




La Ferrari Hy-Kers, c'est ça ...



La Ferrari Hy-Kers, c'est ça ...





JPBlogAuto