@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Michelin

Fil des billets

vendredi 13 octobre 2017

Citroën DS PLR Michelin - 1972







ds00.jpg



Au début des années 70, les camions et les autocars roulent alors de plus en plus vite, et Michelin le fabriquant clermontois de pneumatiques ne cesse d'essayer de nouvelles solutions car il a besoin d’un outil permettant de tester le comportement des pneus de poids lourds, en charge et à très grande vitesse. Pour cela et comme souvent, Michelin qui a l’innovation dans ses gènes va créer son propre outil, la solution est une voiture hors du commun, la DS « mille-pattes » ....





En fait d’outil, c’est un monstre qui va voir le jour. La caisse rappelle lointainement la Citroën DS. Plus précisément un break ID qui aurait pris beaucoup d’anabolisants. L’engin baptisé Michelin Citroën DS PLR est vraiment très impressionnant. "PLR signifie Poids Lourd Rapide" car l'engin est prévu pour tester des pneumatiques de poids lourd sur de grandes distances avec un cahier des charges qui met en avant la vitesse pour rouler à plus de 180 km/h. Ce projet de créer un véhicule analytique pouvant réaliser des tests de comportement et d'usure de pneus dans des conditions similaires donnera naissance à un monstre de 7.30m de long et 2.45m de large ....





Le constructeur automobile Citroën associé à Michelin entre rapidement dans le projet et adapte aux besoin des ingénieurs du manufacturier un modèle de sa série ID Break. Le châssis spécifique de cette Michelin Citroën DS PLR est constitué de deux poutres IPN, et les dimensions sont celles d’un camion. Ce prototype est recouvert d’une carrosserie extrapolée de la DS, qui fut choisi pour son côté aérodynamique. Et pour répartir le poids de la voiture, pesant 9.150kg, il se dote de 10 roues sans compter le pneu de poids lourd en test. Le fameux "Mille Pattes" est désormais vivant, et devient le premier prototype de véhicule analytique pour tester les pneumatiques ....





L'étonnante Michelin Citroën DS PLR peut tester jusqu'à 11 roues simultanément, dans des conditions proches de celles des laboratoires fixes. Le poste d'essai au centre du véhicule abrite la 11ième roue. L'ensemble permet le test d'une gamme de pneumatiques Michelin allant du Tourisme au Poids Lourd 12 R 22.5. A l’intérieur de la voiture, au centre, invisible de l’extérieur, se trouve donc l’élément le plus important de la voiture, le pneu que les ingénieurs Michelin veulent tester. Ce pneu se trouve sur un poste d’essai permettant d’en faire varier la géométrie et les contraintes, on peut notamment lui appliquer jusqu’à 3250 kg de charge. Un carénage permet de protéger les occupants du véhicule d’une explosion du pneu prototype ....





L'insolite Michelin Citroën DS PLR doit supporter le poids de l’ensemble avec des roues de véhicules de tourisme. Pour ce faire, les 9 tonnes seront supportés par un train avant doublé, tandis que l’on trouve carrément 3 essieux à l'arrière, le tout donne donc 10 roues avec, bien entendu, l’incontournable suspension pneumatique Citroën. Le double train avant est totalement bidirectionnel. Les moyeux et les jantes proviennent de l’antique fourgon Citroën type « HY Tub », du robuste. Le freinage est donc confié aux freins à tambours d'origine mais grandement renforcés et complétés par des disques de DS en sortie de boite ....





La Michelin Citroën DS PLR devant propulser ses 9 tonnes à 180 km/h s’est retrouvé équipé de deux V8 issus de l'Oldsmobile Toronado. La Toronado, était à sa sortie la traction avant la plus puissante du monde, et sa boite automatique avait une implantation particulière, à côté du moteur idéale pour ce montage. Les deux V8 ne sont évidemment pas rentrés sous le capot avant plongeant, et ils se trouvent à l’arrière. A l’avant, il y aura à cet emplacement les gros réservoirs. Cette DS "Mille Pattes" devient donc une propulsion via sa transmission qui se fait aux 6 roues arrière par des ponts faisant de l'engin de Michelin un 10 X 6. Pour cela, le V8 de gauche entraine via sa boite automatique la roue-prototype centrale de test afin de lui appliquer des contraintes variables choisies, tandis que l’autre V8 de droite entraine les 6 roues arrière motrices ....





Les deux moteurs V8 Chevrolet de 5,7 litres de la Michelin Citroën DS PLR développent 200 chevaux chacun. Ils sont donc disposés en parallèle dans la partie arrière juste sous un hayon relevable. Ils disposent chacun d'un double système de refroidissement amélioré. Une boite de transfert spéciale a été dessinée pour entrainer ces trois essieux moteur. Par sécurité, cette boîte de transfert faite maison comportait un dispositif de roue libre pour le dernier essieu, pour qu’en cas de blocage de la transmission il puisse conserver sa rotation. Les moteurs sont couplés à deux boites automatiques à 3 vitesses avec des convertisseurs de couple qui permettent d’associer facilement deux moteurs amenés à tourner à des vitesses légèrement différentes. Les nombreuses prises d’air, tant sur les flancs que sur le toit, et les nombreux ventilateurs placés devant les radiateurs laissent penser que le refroidissement de l'ensemble n’était pas simple ....





De nos jours, les établissement Michelin, conscients du symbole qu’est devenu la DS PLR « mille-pattes », ont entièrement rénové cet étrange et spectaculaire laboratoire roulant pour trôner au musée Michelin à Clermont Ferrand, mais aussi afin qu’il participe à diverses manifestations promotionnelles pour la marque ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteurs : Deux V8 Chevrolet
  • Cylindrée : 5.7 Litre chacun
  • Puissance : 200 cv à 5800 tr/min chacun
  • Transmission : Propulsion avec boite automatique à 3 rapports
  • Vitesse : Environ 180 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Michelin - © Citroën - © Autoweb




La Michelin Citroën DS PLR - 1972 ...








JPBlogAuto

vendredi 11 novembre 2016

Ernest Montaut Illustrateur






montaut00.jpg

montaut01.jpg


Ernest Montaut est un peintre, aquarelliste, dessinateur, illustrateur et affichiste français précurseur dans cette discipline né en 1879 en France et décédé en 1909. Associé à la toute fin du XIXe siècle avec la marque d'un important imprimeur parisien, Mabileau & Cie, il élabore avec son épouse Marguerite dite Gamy ou M. Montaut, de nouvelles techniques d'impressions à partir entre autres du pochoir, qu'ils mettent au service de l'affiche et de l'iconographie sportive automobile ....





Avec le recul les plus importants critiques d'art sont aujourd'hui unanimes pour dire que Ernest Montaut est chronologiquement l'artiste qui, le tout premier, a consacré l'exclusivité de son œuvre à la représentation des nouveaux modes de transports du début de ce siècle et donc à la vitesse. Bien que moins connu que certains de ses contemporains plus ambitieux, son regard était particulièrement affûté et son esprit novateur et créatif l'on poussé à inventer de nouvelles techniques encore inconnues à l'époque mais qui furent ensuite très largement reprises par ses successeurs ....





En premier lieu, Ernest Montaut va mettre au point de nouvelles techniques concernant ses dessins. Ainsi il va définir un style différent pour donner une impression de vitesse accrue en courbant exagérément les arbres au passage des bolides. Il va adopter des techniques artistiques comme les nombreuses lignes de vitesse et la distorsion délibérée de la perspective, mais aussi dessiner des routes plus bombées et ovaliser les roues des voitures. Sur ses compositions, la lumière jaillissait par l'arrière de la voiture, semblant la pousser beaucoup plus vite. Beaucoup de ces techniques innovantes à l'époque ont résisté à l'épreuve du temps et sont encore largement utilisées aujourd'hui par de nombreux autres artistes ....





La plupart des dessins de Ernest Montaut ont tous été produits en deux tailles différentes, environ 20 X 30 centimètres pour des livres et environ 43 X 88 centimètres pour les affiches. Le contour et l'image sont dessinés sur une pierre lithographique qui est ensuite utilisé pour produire à la main une par une les lithographies finales. Ces lithographies sont ensuite coloriées à la main en utilisant des peintures à l'aquarelle. Il est largement admis que, pour les petites images, Montaut utilisait des pochoirs et des travailleurs non qualifiés. Mais pour les images plus grandes, il utilisait des artisans qualifiés, et donc la qualité artistique est très perceptible, les images plus grandes peuvent vraiment être considérées comme de véritables œuvres d'art. L'utilisation de différents artistes pour colorier le même dessin explique pourquoi certaines petites variations se produisent parfois dans les différentes teintes des couleurs finales pour des images au départ identiques ....





Quasiment toutes les œuvres de Ernest Montaut comportent un numéro, l'année de publication, les artistes et le nom de l'imprimeur. Le travail fini contient assez souvent un titre et une description de l'événement ou de l'image. Il est aujourd'hui généralement admis par les spécialistes que l'auteur et ses différents artistes-collaborateurs ont produit environ 200 œuvres différentes et variées qui n'auraient été tirées qu'à seulement 100 impressions ou éventuellement moins de chacune. Autant dire que ces œuvres d'art qui mettent en scène l'action, le drame, la vitesse et l'audace avec les pilotes et les mécaniciens qui contrôlent ces engins monstrueux sont rares et chères. Une valeur assez sure dans les ventes aux enchères d'art ....





Vers 1904, Ernest Montaut connait une notoriété internationale grandissante. Sa popularité en tant qu'illustrateur lui permettait d'ouvrir à 25 ans une galerie à New York, où il diffusait avec succès ses créations. Son atelier étant plutôt prospère, plusieurs manufacturiers et constructeurs automobiles importants le sollicitent pour des travaux personnalisés. C'est l'époque ou Ernest exécute de nombreuses affiches publicitaires et notamment pour divers commanditaires allemands et suisses ....






Hélas, après la mort prématurée de Ernest Montaut en 1909, à l'âge de seulement trente ans, d'une banale appendicite, son épouse Marguerite « Gamy » Montaut poursuit et développe son activité dans la même lignée. Elle aussi était également une dessinatrice de grand talent, qui dirigera donc jusqu'en 1913 son atelier en essayant même de le faire grossir en produisant à son tour de nombreuses nouvelles œuvres sur le même thème de l'automobile et de l'aéronautique, qui ressemblaient souvent à s'y méprendre aux précédentes superbes créations de son défunt mari ....





Hervé Poulain, commissaire priseur de renom, et auteur de " L'Art et l'Automobile ", milita avec conviction pour une reconnaissance de l'intérêt majeur du travail de Ernest Montaut. En 1977, il organisait même une grande exposition qui lui était entièrement consacrée. C'est à cette occasion qu'il fit connaitre ces fresques murales sur céramique représentant des victoires dans des courses automobiles les plus célèbres de l'époque. Elles sont peintes sur les murs de l'ancien siège social de Michelin à Londres. Durant ses ventes d'Automobilia, il commença aussi à proposer certaines des œuvres de Montaut, créant ainsi un marché autour de son nom ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Youtube
- © LMGallerie - © Carcatalog





Ernest Montaut Illustrateur ...






JPBlogAuto

lundi 18 avril 2016

Peugeot 308 GTI - 2015







308gti00.jpg



Il y a encore peu, Peugeot avançait sur la pointe des pieds dès lors qu’il s’agissait de versions sportives dans sa gamme. Le lion de Sochaux n’osait même plus utiliser le label GTi, pourtant historique dans sa gamme, le réservant aux marchés d’export. Mais aujourd’hui, la Peugeot 308 GTi fait son grand retour, il faut sans doute y voir là la passion de Carlos Tavares, patron de PSA, pour les produits à fort caractère. Désormais, le complexe est fini, la 308 GTi reviens et en se moquant du qu’en dira-t-on elle affiche même fièrement une superbe robe bicolore optionnelle ….


308gti01.jpg


Signe du retour en grâce de la sportivité, il convient d’appeler cette nouvelle compacte sportive 308 GTi by Peugeot Sport. Certes, le patronyme est long mais il faut sans doute y voir la passion. D'ailleurs le patron du département Peugeot Sport, Bruno Famin, affirme : « Pour développer la 308 GTi, nous avons comme en compétition utilisés toutes les options possibles, le poids, l’efficacité du châssis et des freins, les performances moteur, le maintien du siège. Les propriétaires vont vivre des sensations intenses avec cette nouvelle version car elle offre de série des performances de haut niveau. » Elle sera décliné en deux versions une méchante de 270 chevaux pour les passionnés et une un peu plus calme de 250 chevaux ….


308gti02.jpg


Visuellement, la Peugeot 308 GTi reste plutôt discrète malgré son bouclier avant généreusement aéré et son diffuseur arrière intégrant une sortie d’échappement de chaque côté. À moins d’opter pour la livrée dite « Coupe franche » mêlant le rouge et le noir, les teintes standard sont au nombre de six, bleu Magnetic, noir Perla Nera, gris Artense, blanc Nacré, gris Hurrican ainsi qu’un inédit rouge Ultimate. Le bouclier avant trahit le niveau de performance atteint. En partie supérieure, les projecteurs Full LED encadrent une nouvelle calandre exclusive. Deux déflecteurs parachèvent le bouclier et contribuent à la perception d’une voiture bien collée au bitume ainsi qu’à la performance aérodynamique avec un SCx de seulement 0,69 ....


308gti03.jpg


La face arrière de la Peugeot 308 GTi est visuellement posée au sol par l’extracteur noir laqué intégrant deux généreuses sorties d’échappement. La signature GTi est apposée sur les ailes avant et sur le hayon arrière. Pure et racée, la 308 GTi n’a besoin d’aucun artifice supplémentaire pour donner naissance à sa version sportive. Sa posture est radicale avec une assiette abaissée de onze millimètres et ses grandes roues de 19 pouces baptisées Carbone19. Sur la version GTi 270, celles-ci associent des pneumatiques Michelin Super Sport à des jantes de type Reverse qui laissent admirer les disques avant d’un diamètre de 380mm, pincés par un solide étrier à quatre pistons. Teinté rouge, l’étrier arbore la signature Peugeot Sport ....


308gti04.jpg


Qui dit Peugeot pense immédiatement au fameux toucher de route cher à la marque au Lion. Les ingénieurs ont donc retravaillé le châssis en conséquence en offrant des réglages spécifiques beaucoup mieux adaptés, ressorts plus raides, amortisseurs spécifiques, butées revues, barre anti-dévers assouplie, voilà qui promet un réel agrément de conduite. Cette quête de la légèreté se matérialise par un rapport poids puissance record de 4,46 kg/ch sur la version GTi 270, gage d’un comportement dynamique de haute volée. Peugeot Sport a développé la nouvelle 308 GTi sur la base d’un cahier des charges explicite, une sportive compacte incisive et très sûre pour un plaisir de conduite ultime. Tous les domaines ont donc été améliorés, les trains roulants, le moteur, le freinage, et aussi les assistances électroniques ....


308gti05.jpg


La Peugeot 308 GTi présente une foule d'équipements modernes HiTech. Un grand écran tactile, avec son thème " Redline ", apporte la touche finale pour composer le Peugeot " i-Cockpit ". Grâce à l’ergonomie naturelle de celui-ci, la conduite devient instinctive et plus sûre, élément clé pour une voiture affichant de telles capacités. Le " Driver Sport Pack " offre le loisir au conducteur d’augmenter l’ambiance sportive à bord. L’appui sur le bouton Sport situé sur la console centrale commute la couleur des combinés de blanc à rouge, et envoie une foule d'informations complémentaires dans l'ordinateur central (puissance, couple, pression de suralimentation, accélérations latérale et longitudinale), et renforce la présence sonore du moteur en changeant la cartographie de la pédale d’accélérateur ....


308gti06.jpg


Dans la Peugeot 308 GTi l’habitacle est lui aussi résolument sportif avec notamment une ambiance visuelle foncée jusqu’au pavillon. Des surpiqûres rouges ponctuent la planche de bord, les sièges, les contre-portes, le soufflet du levier de vitesses et les tapis de sol. Enfin, le seuil de porte, siglé " Peugeot Sport " et " GTi ", est en aluminium comme le pédalier, le repose-pied et le pommeau du levier de vitesses. Dans la version GTi 270, le siège baquet tendu de cuir et d'alcantara, lui aussi siglé " Peugeot Sport ", offre un excellent maintien latéral du pilote. Le volant très compact, de 351 x 329 mm, offre aussi une excellente prise en main naturelle. En cuir pleine fleur, il arbore à sa base le logo GTi et en son sommet un repère de centrage rouge très typé course. Au final c'est sportif mais très confortable ....


308gti07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique, la Peugeot 308 GTi se décline donc en deux versions, une de 270 chevaux pour les plus passionnés et l'autre de 250 chevaux. Répondant à la norme Euro 6 et fonctionnant avec des indices d’octane RON 95 ou RON 98,, le moteur le plus puissant de la gamme, à savoir le quatre-cylindres essence 1.6 THP 270 S&S développe 270 chevaux à 6.500 tr/min et un couple de 330 Nm. Néanmoins, doté d’un Stop&Start il contient ses émissions de CO2 à seulement 139 g/km soit 6,0 l/100 km, un record dans cette catégorie. Pour encaisser le couple élevé, la boîte manuelle à six rapports a été renforcée. Ses deux arbres sont donc désormais grenaillés et ses pignons traités par carbonitruration profonde. En plus cette transmission est équipée d'un différentiel à glissement limité Torsen ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Énergie : Essence
  • Disposition : Avant
  • Puissance : 270 chevaux à 6.500 tr/min
  • Couple : 330 Nm
  • Transmission : Traction avec différentiel Torsen
  • Boîte de vitesses : Manuelle à 6 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Peugeot




La Peugeot 308 GTI de 2015 ...



La Peugeot 308 GTI de 2015 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 7