@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Miura

Fil des billets

lundi 24 octobre 2011

Lamborghini Countach - 1974



LAMBORGHINI COUNTACH ….







Quand Ferrucio Lamborghini, grand fabricant Italien de machines agricoles, se lança dans la production automobile ce fut pour prouver à Enzo Ferrari qu'il était capable de faire mieux . Sa marque « Lamborghini » réussit à faire trembler Ferrari en 1966 avec sa superbe Miura . Mais Ferrucio souhaitait aller plus loin encore dans la course à la puissance qu'il était bien décidé à gagner . C'est ainsi que fut lancé à la fin des années 60 le projet 112, deuxième Lamborghini de l'Histoire à moteur central arrière, elle recevra ensuite l'appellation de Countach, une expression piémontaise synonyme d'étonnement et d'admiration, qu'elle n'a pas volée . Grande surprise du salon de Genève en mars 1971, au Stand Lamborghini elle été exposée à côté de la dernière Miura . Si la présentation de la Miura fit l'effet d'une bombe, la découverte de la Countach ne fut pas moins explosive, car la seconde avait pour vocation de prendre à terme la relève de la première ….



La Lamborghini Countach est, avec la Ferrari 512 Berlinetta Boxer, le modèle le plus important sur le marché de l'automobile sportive des années 1970 qui a été produite de 1974 à 1978 . Parmi les voitures de légende des années 70, la Countach fait figure de véritable Mythe Sacré . Succédant à la remarquable Miura, la Countach fit l'effet d'une bombe dans le monde de l'automobile dès sa présentation . Imaginez un peu, à la veille du premier choc pétrolier, quelle passion a pu susciter cette GT véritable OVNI équipé d'un V12 de plus de 350 chevaux et capable de franchir la barre psychologique des 300 Km/h . Bien qu'elle demeure fidèle à la position centrale arrière du moteur, l'architecture abandonne la disposition transversale de la Miura pour une orientation longitudinale de son gros V12 . Toutefois, pour obtenir une répartition des masses aussi favorable qu'avec la formule transversale, les ingénieurs ont adopté une nouvelle implantation du groupe motopropulseur, désormais disposé en avant de l'essieu arrière . Comme la Miura, la Countach est l'œuvre du jeune styliste Marcello Gandini, travaillant pour Bertone . La ligne générale est très futuriste, la Countach ayant des airs de vaisseau spatial, autant à l'extérieur qu'à l'intérieur . Très spectaculaire, agressive et élégante, la Lamborghini Countach s'admire sous tous les angles comme une véritable oeuvre d'art . Elle va même inspirer le style Lamborghini pendant des années jusqu'à la toute dernière Gallardo ….



Du point de vue esthétique, la Lamborghini Countach apparaît comme une création révolutionnaire, qui marque l'évolution de l'art de Marcello Gandini vers une radicalité sans complexe . Elle s'inscrit dans le style défini en 1968 par le designer sur l’Alfa Romeo Carabo, puis deux ans plus tard sur la Stratos . Cette écriture stylistique fera école et influencera profondément le design automobile des années 70 . La carrosserie monocorps de la Countach dessine une forme trapézoïdale on ne peut plus futuriste, terminée par une poupe somptueuse, elle est animée par des portes à ouverture en élytres empruntées à la Carabo . Totalement dépourvues de galbes, les lignes d'une pureté souveraine composent une géométrie de surfaces lisses brisées par des arêtes vives, une sculpture moderne à couper le souffle . Dessinée d'un trait uniforme et presque plat de l'avant à l'arrière, elle est très basse et son cockpit est au raz du sol et avancé au maximum afin de dégager de la place pour le moteur en position centrale arrière . La partie arrière est également superbe avec ces feux en trapèze qui lui donnent une allure de vaisseau spatial, bien avant Star Wars . L'arrière est très fin, relevé dans sa partie basse pour laisser s'exprimer les quatre sorties d'échappement du V12 . En un mot, le look très futuriste de la Lamborghini Countach est à tomber, c’est aujourd’hui devenu carrément un mythe de la catégorie Vintage Classic des plus prisés ....



Dans un habitacle très dépouillé, l'ambiance futuriste présente une instrumentation à affichage digital qui donne des informations sur les principaux organes mécaniques de la très insolite Lamborghini Countach . Anticipant sur l'avenir, un schéma de la voiture donne des informations sur les organes éventuellement défaillants . Placée au centre de la voiture, la transmission avance dans l'habitacle, sous la console, et le levier de vitesses se trouve en prise directe avec la boîte de vitesses . Contrairement au monocoque de la Miura, la Countach avait un châssis-cadre en treillis tubulaire, mais assez léger et très rigide faisant corps avec la carrosserie . Celle-ci est entièrement réalisée en aluminium avec sur les derniers modèles, des rajouts en fibre de verre . La complexité du treillis permet à chaque tube droit d'interagir avec ses voisins en torsion et en compression . Au centre, un large tunnel laisse la place à la transmission . De chaque côté de la voiture, deux gros réservoirs de 40 Litres permettent d'alimenter le moteur, tout en équilibrant les masses sur le châssis . Des sortes de cages accueillent les suspensions à quatre roues indépendantes, composées de bras triangulaires, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs à huile . Malgré son âge avancé, la Countach demeure l'une des voitures les plus performantes du monde . Son faible poids combiné à son puissant V12 en position centrale lui confère des performances de premier ordre et un comportement routier diablement efficace . Agile, équilibrée et presque facile à contrôler dans tous les enchaînements à vitesse moyenne, la Lamborghini Countach est l'une des rares supercars qui soit aussi utilisable sur la route au quotidien ....



Dans un tonnerre mécanique, l’étonnante Lamborghini Countach n'a d'autre but que de vous emmener au septième ciel de l'extase automobile . Son moteur souple et rageur, toujours disponible vous gave les tympans d'une symphonie de décibels en 12 cylindres majeur totalement enivrante . Le moteur de la Countach est directement issu de celui de la Miura . Datant de 1963, ce V12 Bizzarrini monté à la main reste l'un des plus beaux monuments mécaniques du monde et anime encore aujourd'hui la Murcielago . La Countach dispose d’un V12 de 4 litres qui développe 375 chevaux à 8000 tr/mn et un couple maxi de 51 Mkg à 5200 tr/mn . Ce 12 cylindres en V à 60° est entièrement réalisé en aluminium avec un long vilebrequin à sept paliers . Chaque culasse est percée de 2 grands orifices de soupapes par cylindre et possède un double arbres à cames en tête entraîné par chaîne . L' alimentation se fait par 3 carburateurs Weber double corps latéraux par banc de cylindres, soit au total, 6 aspirateurs à carburant et à air pour alimenter le monstre . Sérieusement remanié à chaque nouvelle version de la Lamborghini Countach , le moteur voit sa cylindrée portée à 5,2 litres par une augmentation de la course de six millimètres et d'un nouveau vilebrequin en fin de carrière . L'apparition de ce monstre de 455 chevaux suit de peu le lancement de la Ferrari Testarossa de 390 chevaux ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V12
  • Cylindrée : 4.0 Litres
  • Puissance : 375 chevaux à 8000 tr/mn
  • Couple : 51 Mkg à 5200 tr/mn
  • Vitesse : 292 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 5’’0







La « Lamborghini Countach », c'est ça ...



La « Lamborghini Countach », c'est ça ...





JPBlogAuto

vendredi 21 octobre 2011

Lamborghini Miura - 1967



LAMBORGHINI MIURA ….







Après la sortie de la 350 GT, la marque « Lamborghini » rêve en secret d'un modèle plus puissant, d'une GT ultra-performante pour asseoir encore plus sa réputation et pour assouvir la soif de compétition de Gianpaolo Dallara, Paolo Stanzani et Bob Wallace qui sont venus chez Lamborghini avec le secret espoir de faire courir les taureaux de Sant'Agata . Dallara pense à une GT à moteur central arrière et l’étude finit par se concrétiser en 1965 . avec cette architecture à moteur central, héritée de la compétition et appliquée pour la toute première fois à une GT de production, Lamborghini devance Ferrari, Maserati et tout l'establishment de la voiture sportive de haut de gamme . De plus, la mécanique est disposée transversalement dans la structure de la voiture qui se compose d'une plate-forme en acier sur laquelle sont soudés des caissons et deux berceaux (avant et arrière), l'ensemble étant allégé par de multiples perforations ….



La très étonnante Lamborghini Miura est officiellement présentée à la presse et au grand public lors du Salon de Genève en mars 1966 . Esthétiquement la Miura étonne en raison de sa ligne assez éloignée des standards automobile de l'époque qui sont souvent des modèles à l'habitacle reculé derrière un long capot, alors que celui de la Miura semble avoir été rejeté vers l'avant . L'architecture de la Miura est la seconde particularité du modèle, étant l'un des tout premiers articulés autour d'un moteur central arrière . Cette caractéristique était alors l'apanage des voitures de compétition, et même Enzo Ferrari ne voulait pas en entendre parler sur ses modèles de grand tourisme . En ce sens, Ferruccio Lamborghini aura fait figure de précurseur et fera ainsi de sa Miura la première supercar de l'histoire . La Miura est à prendre comme un chef-d'œuvre intemporel, bien avant toute considération objective . Ce trait de génie est dû à un jeune designer italien de 27 ans, Marcello Gandini, nouvellement intronisé responsable du style chez Bertone . Ce coup de maître, qui le fait découvrir au monde entier, inaugure une longue collaboration entre Bertone et Lamborghini . Son dessin est le fruit d'une étude analytique effectuée en soufflerie et cette recherche a permis d'aboutir à des résultats très affinés en matière d'aérodynamisme sur l’insolite Lamborghini Miura ….



La Lamborghini Miura est donc un magnifique coupé deux places très bas, aux lignes affûtées et totalement nouvelles . Mais c’est aussi et surtout une GT dont l'innovation n'est pas seulement esthétique mais aussi technique . La carrosserie est constituée de trois partie distinctes avec l'avant, le cockpit et l'arrière, démontables séparément les unes des autres pour faciliter l'accès au moteur et autres éléments mécaniques . Les dimensions de la voiture son parfaitement équilibrées . L'empattement de 2,50 m pour une longueur totale de 4,36 m limite le porte-à-faux avant et arrière . La largeur de 1,76 m n'est pas impressionnante mais avec des voies AV/AR de 1,41 m et surtout une hauteur de 1,05 m seulement, la Miura semble posée par terre, collée à la route avec ses roues de 15 pouces chaussées de pneus à flancs hauts . Cet excellent comportement provient en partie du faible poids de la voiture car elle est légère, comme une authentique voiture de course, elle pèse moins d'une tonne, 980 kg exactement . La Lamborghini Miura connaît un succès commercial dépassant largement les attentes de la marque, pour laquelle elle ne devait constituer qu'un modèle marginal fort en image . La demande s'avère même très supérieure aux capacités de fabrication de l'usine à l’époque ....



La magnifique Lamborghini Miura fut produite de 1966 à 1973 et elle est devenue un des modèles majeurs de l'histoire de l'automobile sportive considérée même comme l’une des plus belle voiture de l'histoire . C’est certainement la plus magnifique sportive des temps modernes, disons de la seconde moitié du XXème siècle . Sous quelque angle que le regard l'aborde, pas le moindre défaut n'est à regretter, pas une ligne à corriger, pas une courbe à modifier, pas un détail à reprendre, « La perfection ! ». Pourtant, trop tôt entrée en production, la Miura souffre d'une mise au point imparfaite . La finition, le confort, la ventilation et l'insonorisation ne sont pas conformes à ce que l'on est en droit d'attendre d'un véhicule de ce prix . Mais bien vite au salon de Turin de 1968, la nouvelle Miura S, première évolution du modèle, vise à répondre aux critiques les plus vives . La finition et le confort apparaissent en très net progrès . Le dessin des sièges et du volant est revu et corrigé . L'intérieur a été particulièrement soigné et les vitres électriques font désormais partie de l'équipement de série avec la sellerie cuir et l'air conditionné . La Lamborghini Miura est à la fin des années 60, la voiture la plus rapide du monde . Toute la presse et les pilotes en parlent avec une étincelle dans les yeux, c’est véritablement une GT magique ....



La plus puissante Lamborghini Miura est la version P400 S qui atteint le cap psychologique des 300 km/h en vitesse de pointe . Elle porte au plus haut la puissance du V12 de 4.0 litres de cylindrée qui est dopé à l'admission par de nouveaux arbres à cames et bénéficiant d'un taux de compression porté à 11,5 . Ce V12 développe maintenant 440 chevaux à 8500 tr/mn, une puissance proche de celle d'une Ford GT 40 et un rendement exceptionnel pour un moteur atmosphérique . Les accélérations sont convaincantes avec un kilomètre départ arrêté en moins de 20 secondes et environ 3 secondes pour passer de 0 à 100 km/h . Mais le travail sur le V12 ne s'arrête pas là car les ingénieurs ont aussi réussi à obtenir une courbe de puissance plus pleine et un meilleur fonctionnement à bas régime . Ce moteur atteint un niveau de puissance très important pour l'époque car en comparaison, la Formule 1 championne du monde en titre est alors une Lotus de 205 chevaux, quant à la Porsche 911, elle s'en tient à cette époque à 130 chevaux . De fait, la vitesse maxi et les accélérations devancent nettement la concurrence . De nos jours, c’est un modèle Vintage Classic très recherché et très cher lorsqu'il est en bon état, une véritable œuvre d’art ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V12
  • Cylindrée : 4.0 Litres
  • Puissance : 440 chevaux à 8500 tr/mn
  • Couple : 450 Nm à 5500 t/mn
  • Vitesse : 300 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’0
  • Performance : Le 1000 m D.A en 19’’8







La « Lamborghini Miura », c'est ça ...



La « Lamborghini Miura », c'est ça ...





JPBlogAuto