@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Nico Rosberg

Fil des billets

vendredi 29 septembre 2017

Grand Prix de Monaco de Formule 1






gp00.jpg


Le Grand Prix de Monaco est une des plus anciennes et l'une des trois courses les plus prestigieuses au monde, disputée en Principauté de Monaco, sur un circuit urbain conçu en 1929, par Antony Noghes fils du président de l'Automobile Club de Monaco, sous les auspices du Prince Louis II de Monaco. Cette création répondait au défi d'organiser une compétition sur le territoire exigu de Monaco, environ 1,5 km2 à l'époque, condition requise par la Commission Sportive Internationale pour que l'Automobile Club de Monaco soit désormais reconnu internationalement ....


gp01.jpg


Le 14 Avril 1929, le Prince Pierre inaugure, par un tour d’honneur effectué à bord d’une Torpedo Voisin, conduite par Charles Faroux, directeur de course, le circuit du 1er Grand Prix de Monaco. Il y avait seulement 16 voitures sur la grille de départ tirée au sort, 8 Bugatti, 3 Alfa Romeo, 2 Maserati, 1 Licorne, 2 Mercedes SSK qui ont mis tout Monaco en émoi. Le pilote Anglais Grover Williams gagne ce tout premier Grand Prix sur une Bugatti 35 B de couleur verte en 3h56’11 en ayant effectué les 100 tours à une vitesse moyenne de 80,194 k/h. La course remporta un succès triomphal qui ira grandissant au fil du temps comme en témoignent les quelques 80 affiches officielles que je vous présente ici classées années par années. Des années 30 aux environ des années 70, ces superbes affiches vintage et très kitch sont dessinées par des artistes talentueux de renom comme Géo Ham, Alex Kow, André Bermond, Falcucci, Luc Barbier, Théo Roger ou Michael Turner. Ensuite avec l'aire de la PAO, elles ne seront plus que "photo-composées" et seront donc bien moins courtisées par les collectionneurs qui préfèrent l'époque vintage ....





Interrompue pendant la guerre de 1938 à 1947, le Grand Prix de Monaco reprend en 1948 pour ne plus jamais s'effacer du calendrier. Le 21 mai 1950, le circuit accueille la seconde manche du tout nouveau et premier championnat du monde des conducteurs, enlevée par l'Alfa Romeo de Juan Manuel Fangio. Le circuit serpente autour du port Hercule, dans les rues de Monte-Carlo et de La Condamine, enchaînant les virages serrés au milieu de rails de protection. Il n'y a aucun espace de dégagement entre la piste et ceux-ci ce qui implique la présence de grues à plusieurs endroits pour dégager les monoplaces accidentées au plus vite. La piste étroite est exigeante et rend les dépassements difficiles cependant, au fil des années, l'Automobile Club a apporté des améliorations constantes notamment en ce qui concerne l'aménagement des nouveaux stands de ravitaillement ....





De nos jours, parmi toutes les courses du calendrier de Formule 1, aucun circuit ne peut vraiment atteindre le niveau d’excellence, d’élégance et de technicité du Grand Prix de Monaco. De la place du Casino jusqu’à l’épingle la plus célèbre du monde, en passant le tunnel et en longeant les luxueux yachts amarrés dans le port, le circuit de Monte-Carlo est un tracé de légende aux virages remplis d’histoire. Extrêmement éprouvant pour les pilotes comme pour les écuries, le circuit de Monte-Carlo, niché au cœur des rues élégantes de la Principauté, a nourri les rêves d’amateurs de sport automobile pendant des décennies. Pour certains pilotes, remporter le Grand Prix de Monaco est d’autant plus prestigieux qu’il est extrêmement difficile d’effectuer des dépassements dans ce tracé étroit et compliqué à appréhender ou il faut jouer l'équilibriste entre les rails. La concentration doit rester au maximum, l'effort est constant et soutenu sur toute la longueur de la course, le calme et la maitrise de soi est absolument nécessaire et tous espèrent que la pluie ne viendra pas compliquer les choses ....





L'aura du Grand Prix de Monaco, le glamour et la passion qu'il inspire en font un événement incontournable de chaque saison de Formule 1. Seuls les plus grands pilotes se sont imposés à plusieurs reprises sur ce circuit de légende et ils ne sont pas si nombreux, seulement une quinzaine en plus de 75 ans :

  • 6 victoires - Brésil - Ayrton Senna 1987, 1989, 1990, 1991, 1992, 1993
  • 5 victoires - Royaume-Uni - Graham Hill 1963, 1964, 1965, 1968, 1969
  • 5 victoires - Allemagne - Michael Schumacher 1994, 1995, 1997, 1999, 2001
  • 4 victoires - France - Alain Prost 1984, 1985, 1986, 1988
  • 3 victoires - Royaume-Uni - Stirling Moss 1956, 1960, 1961
  • 3 victoires - Royaume-Uni - Jackie Stewart 1966, 1971, 1973
  • 3 victoires - Allemagne - Nico Rosberg 2013, 2014, 2015
  • 2 victoires - Argentine - Juan Manuel Fangio 1950, 1957
  • 2 victoires - France - Maurice Trintignant 1955, 1958
  • 2 victoires - Autriche - Niki Lauda 1975, 1976
  • 2 victoires - Afrique du sud - Jody Scheckter 1977, 1979
  • 2 victoires - Royaume-Uni - David Coulthard 2000, 2002
  • 2 victoires - Espagne - Fernando Alonso 2006, 2007
  • 2 victoires - Royaume-Uni - Lewis Hamilton 2008, 2016
  • 2 victoires - Australie - Mark Webber 2010, 2012
  • 2 victoires - Allemagne - Sebastian Vettel 2011, 2017 ....






Depuis le milieu des années 50 à nos jours, les pilotes français qui se sont imposés pour le Grand Prix de Monaco lors d'un championnat du Monde de Formule 1 se comptent sur les doigts d'une seule main, c'est dire la difficulté de l'exercice, le record reviens au quadruple Champion du Monde Alain Prost avec 4 victoires :

  • 1955 - Maurice Trintignant sur Ferrari
  • 1958 - Maurice Trintignant sur Cooper-Climax
  • 1972 - Jean-Pierre Beltoise sur BRM
  • 1978 - Patrick Depailler sur Tyrrell-Ford
  • 1984 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1985 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1986 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1988 - Alain Prost sur McLaren-Honda
  • 1996 - Olivier Panis sur Ligier-Mugen Honda ....



gp79.jpg


Pour l'édition 2017, le Grand Prix de Monaco proposait une longueur du circuit de 3.337 km. Les pilotes devaient effectuer 78 tours soit une distance de course de 260,286 km que le vainqueur Sebastian Vettel a réalisé à une vitesse moyenne de 149,105 km/h. Pour ce qui est des records, le meilleur tour en course date de 2004 avec Michael Schumacher sur Ferrari en 1 min 14 s 439, et le record absolu de tous les temps sur un tour le plus rapide du circuit date de 2017 avec Kimi Räikkönen sur Ferrari en 1 min 12 s 178 ....


gp80.jpg




La pole position de Kimi Räikkönen en 2017 ...



Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - ACM © - Formula 1 © - FIA






JPBlogAuto

vendredi 25 janvier 2013

Quand le poker sponsorise la Formule 1





Le plus célèbre des jeux de cartes dans le monde est bien évidemment le poker, qui est très à la mode depuis quelques années . Il faut dire que de jouer au poker n'a jamais été aussi facile puisqu'il suffit de s'enregistrer sur un site internet gratuit spécialisé et vous pouvez passer des heures derrière votre écran à défier des inconnus aux quatre coins de la planète ….

poker-f1.jpg

La Formule 1 n’échappe pas au phénomène car comme de nombreux autres sports, la F1 est un sport planétaire qui regroupe des millions de fans et de spectateurs à travers le monde . Rattrapée dans les mailles du filet Poker en raison de pilotes plus que friands de jeux de cartes, désormais c’est aussi par la grande porte que le poker fait son apparition en devenant sponsor officiel de quelques écuries de F1, comme par exemple Virgin Racing . L’accord porte semble-t-il sur l’apparition du logo sur les monoplaces ainsi que sur les combinaisons et tenues des membres de ces écuries . L'autre solution pour les sites Internet spécialisés dans le poker est de nouer un partenariat privé directement avec un pilote . Cela permet de s'offrir un visage et un nom reconnaissable par le plus grand nombre et les internautes peuvent alors s'identifier à une star qu'ils admirent . Ainsi, nombreux sont ceux qui avouent s'être mis au poker en suivant les exploits du chanteur/acteur Patrick Bruel ou même des footballeurs comme Vikash Dhorasso ou Wayne Rooney .
C'est d'autant plus attrayant que le jeu est plutôt simple et rapide à apprendre car les règles du poker sont facile à comprendre . Même dans la BD Michel Vaillant il est fait référence au Poker dans deux albums de la série . En effet, plusieurs voitures sont sponsorisés par les "Casinos de Las Vegas" qui grâce notamment au Poker ont organisés un challenge avec un gain de 100 millions de dollars . Ces deux histoires datent de 2003 et 2004 mais déjà à l'époque, le scénariste Philippe Graton avait senti l'importance à venir du Poker dans le sponsoring automobile ….

poker2-f1.jpg

Il faut dire que de nombreux pilotes sont très friands de jeux et qu'ils étaient même allé jusqu'à faire des compétitions de poker entre eux lors des week-end de course . Robert Kubica, Jarno Trulli, Nico Rosberg, Adrian Sutil, Timo Glock, Lucas di Grassi, Giancarlo Fischella, Eddie Irvine, Jaime Alguersuari, ou même Michael Schumacher semblent vraiment adeptes de Poker . L’espagnol Fernando Alonso fait même fièrement figurer sur son casque un as pour fêter chacun de ses titres . L’avisé Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1, a rapidement mis son nez dans cette affaire très lucrative en instaurant les tournois officiels de « Pit-Stop poker » réservés aux pilotes et qui étaient bien entendu, télévisées . Le phénomène pourrait prendre de l’ampleur tant les sportifs de haut niveau font des émissaires idéaux pour le poker . Rigoureux, durs au labeur et motivés, ils ont souvent toutes les qualités pour résister à la pression, particulièrement en tournois, ou pourquoi pas a un jeu de poker gratuit pour ceux qui souhaitent tout simplement tuer le temps mais de façon ludique . On attend peut être de voir un jour des compétiteurs nés comme eux venir défier les meilleurs joueurs directement en tournois, et pourquoi pas voir un jour Michael Schumacher, qui semble aimer ce jeu, devenir lui aussi Champion du monde de Poker . En attendant il a adopté un look ravageur de circonstance pour ce nouvel exercice ....



Le « Pit Stop Poker », c'est ça ...



Le « Pit Stop Poker », c'est ça ...





JPBlogAuto

lundi 26 mars 2012

Le point en F1 après deux courses 2012






f1-2012-01.jpg


La hiérarchie est toujours incertaine au terme des deux premiers Grands Prix disputés en ce début de Championnat du Monde de Formule 1 . Tous les observateurs avertis et les chefs d’équipes estiment que la gestion des pneus sera la clé de la réussite cette saison . Si le Grand Prix d’Australie a été assez limpide avec l’équipe McLaren qui s’est montrée dominatrice grâce à Lewis Hamilton qui a réalisé la pôle position et Jenson Button qui a remporté la course, force est de constater que la pluie a largement modifié la hiérarchie du Grand Prix de Malaisie en nous offrant un dénouement surprenant avec la victoire de Fernando Alonso devant Sergio Perez . Ferrari et Sauber ne s’attendaient surement pas à pareille fête et la pluie et le talent de leurs pilotes ont fait le reste bien aidés il est vrai par sans doute une meilleure utilisation de ces fameux pneus pluie ….

f1-2012-02.jpg

Si les stratégies, les conditions météo et les incidents de course ont joué un rôle important dans le résultat, les déceptions sont principalement venues des écuries ne parvenant pas à exploiter leurs gommes . Mercedes en est l'exemple le plus frappant puisque l'équipe possède une monoplace très performante mais dont la plage d'exploitation optimale est très limitée par l'usure prématurée des gommes . C'est pourquoi Nico Rosberg et Michael Schumacher ont particulièrement souffert . Avec la fin des échappements soufflants, même Red Bull Racing qui semble plus en retrait par rapport aux deux dernières saisons compte profiter des trois semaines de coupure pour se concentrer sur l'usure des gommes avant d'attaquer le Grand Prix de Chine . L’équipe compte utiliser le temps mis à sa disposition pour mieux comprendre les pneus, c'est la donnée technique qui leur semble la plus essentielle car l’utilisation de ces nouveaux pneus parait avoir beaucoup changé par rapport à l'année dernière car on peut voir que différentes monoplaces sont plus rapides à différents moments ….

f1-2012-03.jpg

C’est un fait que sans raison apparente, on a pu voir Kimi Räikkönen s'illustrer en fin de course et enchaîner des chronos très rapides . Pourtant sur ce Grand-Prix de Malaisie, le finlandais faisait connaissance avec les pneus intermédiaires et les pneus pluie ainsi qu'avec le comportement de sa Lotus E20 sur un tarmac qui est passé par toutes les phases, de sec jusqu'à gorgé d'eau . Dans ces conditions délicates et pénalisé de 5 places sur la grille de départ, il a fait une très belle remontée jusqu’à la cinquième position en espérant que la prochaine course sera l'occasion pour l'écurie d'Enstone de montrer ce dont elle est réellement capable . En d'autres termes, Kimi attend avec impatience de connaître un week-end sans nuage, sans pénalité et sans pépin mécanique, ça promet et ça prouve s’il le fallait de sa réelle motivation ....

f1-2012-04.jpg

Chez Ferrari, Fernando Alonso a redonné le sourire aux hommes de Maranello avec sa splendide victoire à Sepang . L'Asturien reste dévoué à la cause du Cheval Cabré et affiche une confiance inébranlable en son équipe qui en performance pure n’est surement pas la ou elle aimerais être . Même si le Grand Prix de Malaisie a eu une issue incertaine avec la menace Sergio Perez, Fernando a été le meilleur pour arracher la victoire et offrir un succès inespéré à la Scuderia qui occupe la tête du Championnat Pilotes et la troisième du Championnat Constructeurs à seulement 20 points de McLaren et sept unités de Red Bull, où les deux pilotes de chaque team rentrent régulièrement dans les points . Bien que conscient du manque de performances de sa F2012, l'Asturien est persuadé que Maranello sera capable de se reprendre dans la saison . L’asturien pense que Ferrari a prouvé ce dont ils étaient capables au cours de ces 60 dernières années et estime que sur le plan psychologique, cette victoire apporte davantage de motivation aux hommes qui travaillent jour et nuit pour améliorer la performance de sa monoplace ....

f1-2012-05.jpg

Au final, ce Grand Prix atypique à révélé un pilote mexicain plutôt méconnu du grand public, Sergio Perez qui regrette d'être passé si près de la victoire . Sa performance réalisée le week-end dernier à Sepang le place sous les feux de la rampe et il semble convaincu que la réussite arrivera . Après avoir profité de l'interruption de course et des averses, le pilote Sauber a été opportuniste, il s'est montré particulièrement menaçant auprès de Fernando Alonso avant de commettre une légère erreur dans les derniers tours de la course . Sa deuxième place reste un exploit au Mexique, et il a même été félicité par le président Felipe Calderon . Mais il regrette tout de même d'être passé si près de son premier succès tout en réalisant aussi que la deuxième place est également un résultat magnifique et que c'est une vraie motivation pour l'équipe Sauber dont l'objectif est désormais d'améliorer les performances de la monoplace ....

f1-2012-06.jpg




Le « Grand Prix d’Australie 2012 », c'est ça ...



Le « Grand Prix de Malaisie 2012 », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 2