@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Nigel Mansell

Fil des billets

vendredi 24 avril 2009

Le chiffre « 51 »

Je ne sais pas si le chiffre « 51 » rappelle quelque chose aux passionnés d’automobiles mais j’avoue que pour moi il a fait immédiatement tilt dans ma mémoire pourtant vieillissante . Je vous aide un peu, cinquante et une victoire en course ça ne vous dit rien ? Les plus jeunes d’entre vous vont immédiatement citer Sébastien Loeb qui vient de remporter au Portugal dernièrement son 51° succès en rallye, mais les plus anciens vont également penser à Alain Prost et ses 51 victoires en Formule 1 . Deux références absolue du sport automobile français, mais à deux époques et dans deux disciplines complètement différentes ….



Si l’on ne compare strictement que les chiffres, sans aucune analyse sous-jacente, Sébastien prend l’avantage avec cinq titres mondiaux contre quatre pour Alain . Ces 51 victoires sont gagnées en 117 rallyes sur une période de six ans et demi pour Loeb contre 199 Grand Prix sur douze ans pour Prost . Le petit jeune a remporté tous ses rallyes dans des Citroën, soit 28 dans des Xsara puis 23 dans des C4, alors que le professeur en a glané 9 chez Renault puis 30 chez McLaren ( avec deux moteurs différents TAG-Porsche puis Honda), 5 chez Ferrari et 7 chez Williams ….

A la décharge d’Alain, pendant sa carrière en F1, le plateau était plus relevé et équilibré qu'en Mondial des rallyes depuis le début du XXIe siècle . En fait Prost a dû se confronter, parfois dans la même équipe, à des pointures comme Ayrton Senna, Nelson Piquet ou Nigel Mansell . Pour Loeb, une fois liquidés Carlos Sainz et Colin McRae tous deux en fin de carrière, il a suffi de dégoûter Petter Solberg, pas aidé par une Subaru déclinante, puis d'envoyer Marcus Grönholm et sa Ford moins performante à la retraite, avant d'entamer la course aux records face à une concurrence réduite depuis fin 2007 à un seul élément, Mikko Hirvonen ….

Comme pour Michael Schumacher, Loeb à l’avantage de s'appuyer sur une équipe Citroën Racing toute acquise à sa cause avec un copilote idéal Daniel Elena, et n'a rien à craindre de Dani Sordo clairement identifié comme pilote N°2 du team . Prost quant à lui, dans des équipes à dominante anglaise ou italienne, a souvent dû se battre contre des contextes politiques moins favorables et des "coéquipiers" considérés comme des N°1 ex aequo . L'incomparable Brésilien Ayrton Senna a été l'adversaire le plus récalcitrant de Prost, capable de remporter 41 victoires en 161 GP disputés, et trois titres mondiaux . Les duels Prost-Senna sont restés dans les mémoires, souvent à grands coups de roues et d’accrochages divers, alors que les bagarres entre Loeb et Marcus Grönholm, toujours fair-play, ont plutôt fait rage par chronomètres et temps partiels interposés ….

Pour clore cette analyse plutôt décalée car les disciplines et les époques ne sont justement pas comparables, on peu noter que Sébastien Loeb qui est un vrai dingue de sports mécaniques s’est aussi essayé en endurance (Pescarolo, Peugeot) et en F1 (Renault, Red Bull) alors que Alain Prost obsédé par la Formule1 n'a fait qu'une brève apparition au rallye du Var en 1982 sur une R5 Turbo et participé depuis 2004 au Trophée Andros ….

Ma conclusion de cette analyse va en décevoir certains car je ne donnerais pas de nom pour désigner "le meilleur" . En fait je suis autant admiratif de l’un comme de l’autre bien que ma préférence aille à la Formule 1 depuis ma plus tendre enfance . Avantage à Sébastien toutefois car vu son jeune âge il devrait faire encore quelques belles saisons et pulvériser les statistiques de sa discipline . En résumé, deux immenses champions français qui ont marqué au fer rouge les annales du sport automobile mondial, pas si courant pour être signalé ….


JPBlogAuto

lundi 9 février 2009

Des médailles en Formule 1 ?

Il y a quelque semaines, Bernie Ecclestone, le grand argentier gérant des droits commerciaux de la F1, annonçait qu'il souhaitait remplacer le système de points actuel par des médailles, d'or, d'argent et de bronze, pour récompenser les trois premiers d'un Grand Prix, le champion du monde étant déterminé à la fin de l'année par le nombre de médailles d'or remportées, je cite : « Cette idée va rendre la F1 plus excitante et spectaculaire, car elle va inciter les pilotes à tout faire pour gagner . Nous devrions voir plus de dépassements, les pilotes prendront plus de risques . Actuellement, nous voyons certains se contenter d'assurer leur deuxième, troisième ou quatrième place, et la course est déjà jouée après le dernier arrêt aux stands . Les pilotes ne sont pas à blâmer, c'est le système de points qui les force à agir ainsi . S'ils veulent décrocher le titre, il est parfois préférable de sauver quelques points plutôt que de chasser celui qui est devant au risque de tout perdre .» ….

mvf1.jpg

Lors du dernier conseil mondial de la FIA, son président Max Mosley, a annoncé qu'une étude serait faite avant de décider quoi que ce soit, mais que avant tout cela il serait judicieux d’interroger les fans en général car ce sont eux qui payent pour voir de la Formule 1 . Notre cher Max qui vient tout juste d’échapper à une affaire embarrassante concernant sa vie privée serait-il subitement devenu hyper diplomate afin d’éviter de faire trop de vagues ? Quoi qu’il en soit, si une telle mesure était adoptée cela constituerait une véritable révolution en Formule 1, où le système des points existe depuis la création du championnat en 1950, même si, comme le savent les spécialistes, il a été aménagé à plusieurs reprises ….

Avec le nouveau système Ecclestone, le Brésilien Felipe Massa (Ferrari), vainqueur de six courses cette année, aurait été champion à la place du Britannique Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes), qui n'a remporté que cinq Grands Prix et capitalise pourtant un point de plus au championnat . Suite à ce débat, la FIA vient tout juste de publier une analyse qui vise à évaluer la pertinence de ce système de médailles en revisitant le palmarès de la discipline à travers le temps et en modifiant les points par des médailles . Moi qui suit amateur de statistiques, je dois avouer que je suis perplexe devant un tel résultat ….

Avec le système des médailles, le résultat de 37 Championnats sur 59 aurait été modifié et le nom du champion du monde aurait changé à 13 occasions . Trois pilotes, jamais couronnés, auraient été titrés : Stirling Moss, Didier Pironi et Felipe Massa . Alain Prost aurait été titré à cinq reprises et Nigel Mansell aurait remporté 2 Championnats supplémentaires (1986 et 1987) . Bien sûr, ces changements virtuels ne signifient rien dans l'absolu puisque les pilotes auraient suivant toute logique conduit différemment si le système de médailles avait eu cours à leur époque . Ironie de l'affaire, l'écurie Brabham se serait retrouvée dépouillée de tout titre pilotes pendant la période où Bernie Ecclestone en était le patron ….

RESULTATS DE L’ANALYSE DE LA FIA
Les 13 titres de champions du monde si le système de médailles était rétroactif

  • 1958 Stirling Moss à la place de Mike Hawthorn
  • 1964 Jim Clark à la place de John Surtees
  • 1967 Jim Clark à la place de Denny Hulme
  • 1977 Mario Andretti à la place de Niki Lauda
  • 1979 Alan Jones à la place de Jody Scheckter
  • 1981 Alain Prost à la place de Nelson Piquet
  • 1982 Didier Pironi à la place de Keke Rosberg
  • 1983 Alain Prost à la place de Nelson Piquet
  • 1984 Alain Prost à la place de Niki Lauda
  • 1986 Nigel Mansell à la place de Alain Prost
  • 1987 Nigel Mansell à la place de Nelson Piquet
  • 1989 Ayrton Senna à la place de Alain Prost
  • 2008 Felipe Massa à la place de Lewis Hamilton

Le palmarès des meilleurs pilotes si le système de médailles avait cours

  • Michael Schumacher 7 (1994 1995 2000 2001 2002 2003 2004)
  • Juan Manuel Fangio 5 (1951 1954 1955 1956 1957)
  • Alain Prost 5 (1981 1983 1984 1985 1993)
  • Jim Clark 4 (1963 1964 1965 1967)
  • Ayrton Senna 4 (1988 1989 1990 1991)
  • Jack Brabham 3 (1959 1960 1966)
  • Jackie Stewart 3 (1969 1971 1973)
  • Nigel Mansell 3 (1986 1987 1992)

Le palmarès réel des meilleurs pilotes

  • Michael Schumacher 7 (1994 1995 2000 2001 2002 2003 2004)
  • Juan Manuel Fangio 5 (1951 1954 1955 1956 1957)
  • Alain Prost 4 (1985 1986 1989 1993)
  • Jack Brabham 3 (1959 1960 1966)
  • Jackie Stewart 3 (1969 1971 1973)
  • Niki Lauda 3 (1975 1977 1984)
  • Nelson Piquet 3 (1981 1983 1987)
  • Ayrton Senna 3 (1988 1990 1991)



JPBlogAuto

vendredi 24 octobre 2008

Les 60 ans de « Honda »

Né le 17 Novembre 1906 au Japon et décédé le 5 Août 1991, « Soichiro Honda » sera parti de rien pour parvenir en haut de la pyramide comme un des plus fameux industriels d’envergure mondiale, un véritable maître à penser qui aura passé sa vie à inventer l’avenir en bousculant les idées reçues . Dans les années 40, il crée une petite fabrique de pistons, mais ce n’est qu’après guerre en 1948 qu’il fonde « Honda Motors » une firme de fabrication de moteurs qui va devenir la base des premières motos . On connaît la suite, les motos « Honda » vont envahir la planète, premier constructeur japonais de moto dès 1955, en 1966 la firme gagne toutes les catégories du Championnat du monde moto (50, 125, 250, 350 et 500) un exploit jamais réédité par aucun autre constructeur depuis, 10 millions de motos vendues en 1968 ….

60honda.jpg

En 1960, " Honda " crée un centre de recherche et développement performant qui va œuvrer dans plusieurs domaines, la mécanique, l’aviation, la robotique, l’énergie et bien sur l’automobile . Ce n’est qu’en 1962 que la marque va proposer sa toute première voiture, la célèbre « S600 » un petit roadster devenu mythique . Les innovations et développements techniques vont devenir monnaie courante pour la firme comme les moteurs tout alu, le double arbre à cames en tête, la suppression des coussinets au profit de roulements à aiguilles, le contrôle de la combustion CVCC, le haut rendement énergétique à faible consommation VTEC, la pile à combustible automobile FCX, en fait « Honda » va faire partie des rares constructeurs qui se comptent sur les doigts d’une seule main à avoir déposer autant de brevets industriels ….

Bien évidemment la compétition sera aussi un des fer de lance de la marque qui va s’engager comme motoriste au plus haut sommet la Formule 1 en décrochant sa première victoire en 1965 . Les années 85-90 seront les plus fastes avec six titres d’affilés et des pilotes de la trempe de Keke Rosberg, Nigel Mansell, Nelson Piquet, Ayrton Senna ou Alain Prost . Toutes ces aventures sportives sont très bien racontées dans l’excellent « Dossier Michel Vaillant » qu’a consacré le « Studio Graton » à cette marque et son créateur intitulé « Honda, 50 ans de passion » à lire ou à relire sans faute ….




De nos jours, "Honda" c'est aussi ça ...



JPBlogAuto

- page 1 de 2