@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Niki Lauda

Fil des billets

vendredi 29 septembre 2017

Grand Prix de Monaco de Formule 1






gp00.jpg


Le Grand Prix de Monaco est une des plus anciennes et l'une des trois courses les plus prestigieuses au monde, disputée en Principauté de Monaco, sur un circuit urbain conçu en 1929, par Antony Noghes fils du président de l'Automobile Club de Monaco, sous les auspices du Prince Louis II de Monaco. Cette création répondait au défi d'organiser une compétition sur le territoire exigu de Monaco, environ 1,5 km2 à l'époque, condition requise par la Commission Sportive Internationale pour que l'Automobile Club de Monaco soit désormais reconnu internationalement ....


gp01.jpg


Le 14 Avril 1929, le Prince Pierre inaugure, par un tour d’honneur effectué à bord d’une Torpedo Voisin, conduite par Charles Faroux, directeur de course, le circuit du 1er Grand Prix de Monaco. Il y avait seulement 16 voitures sur la grille de départ tirée au sort, 8 Bugatti, 3 Alfa Romeo, 2 Maserati, 1 Licorne, 2 Mercedes SSK qui ont mis tout Monaco en émoi. Le pilote Anglais Grover Williams gagne ce tout premier Grand Prix sur une Bugatti 35 B de couleur verte en 3h56’11 en ayant effectué les 100 tours à une vitesse moyenne de 80,194 k/h. La course remporta un succès triomphal qui ira grandissant au fil du temps comme en témoignent les quelques 80 affiches officielles que je vous présente ici classées années par années. Des années 30 aux environ des années 70, ces superbes affiches vintage et très kitch sont dessinées par des artistes talentueux de renom comme Géo Ham, Alex Kow, André Bermond, Falcucci, Luc Barbier, Théo Roger ou Michael Turner. Ensuite avec l'aire de la PAO, elles ne seront plus que "photo-composées" et seront donc bien moins courtisées par les collectionneurs qui préfèrent l'époque vintage ....





Interrompue pendant la guerre de 1938 à 1947, le Grand Prix de Monaco reprend en 1948 pour ne plus jamais s'effacer du calendrier. Le 21 mai 1950, le circuit accueille la seconde manche du tout nouveau et premier championnat du monde des conducteurs, enlevée par l'Alfa Romeo de Juan Manuel Fangio. Le circuit serpente autour du port Hercule, dans les rues de Monte-Carlo et de La Condamine, enchaînant les virages serrés au milieu de rails de protection. Il n'y a aucun espace de dégagement entre la piste et ceux-ci ce qui implique la présence de grues à plusieurs endroits pour dégager les monoplaces accidentées au plus vite. La piste étroite est exigeante et rend les dépassements difficiles cependant, au fil des années, l'Automobile Club a apporté des améliorations constantes notamment en ce qui concerne l'aménagement des nouveaux stands de ravitaillement ....





De nos jours, parmi toutes les courses du calendrier de Formule 1, aucun circuit ne peut vraiment atteindre le niveau d’excellence, d’élégance et de technicité du Grand Prix de Monaco. De la place du Casino jusqu’à l’épingle la plus célèbre du monde, en passant le tunnel et en longeant les luxueux yachts amarrés dans le port, le circuit de Monte-Carlo est un tracé de légende aux virages remplis d’histoire. Extrêmement éprouvant pour les pilotes comme pour les écuries, le circuit de Monte-Carlo, niché au cœur des rues élégantes de la Principauté, a nourri les rêves d’amateurs de sport automobile pendant des décennies. Pour certains pilotes, remporter le Grand Prix de Monaco est d’autant plus prestigieux qu’il est extrêmement difficile d’effectuer des dépassements dans ce tracé étroit et compliqué à appréhender ou il faut jouer l'équilibriste entre les rails. La concentration doit rester au maximum, l'effort est constant et soutenu sur toute la longueur de la course, le calme et la maitrise de soi est absolument nécessaire et tous espèrent que la pluie ne viendra pas compliquer les choses ....





L'aura du Grand Prix de Monaco, le glamour et la passion qu'il inspire en font un événement incontournable de chaque saison de Formule 1. Seuls les plus grands pilotes se sont imposés à plusieurs reprises sur ce circuit de légende et ils ne sont pas si nombreux, seulement une quinzaine en plus de 75 ans :

  • 6 victoires - Brésil - Ayrton Senna 1987, 1989, 1990, 1991, 1992, 1993
  • 5 victoires - Royaume-Uni - Graham Hill 1963, 1964, 1965, 1968, 1969
  • 5 victoires - Allemagne - Michael Schumacher 1994, 1995, 1997, 1999, 2001
  • 4 victoires - France - Alain Prost 1984, 1985, 1986, 1988
  • 3 victoires - Royaume-Uni - Stirling Moss 1956, 1960, 1961
  • 3 victoires - Royaume-Uni - Jackie Stewart 1966, 1971, 1973
  • 3 victoires - Allemagne - Nico Rosberg 2013, 2014, 2015
  • 2 victoires - Argentine - Juan Manuel Fangio 1950, 1957
  • 2 victoires - France - Maurice Trintignant 1955, 1958
  • 2 victoires - Autriche - Niki Lauda 1975, 1976
  • 2 victoires - Afrique du sud - Jody Scheckter 1977, 1979
  • 2 victoires - Royaume-Uni - David Coulthard 2000, 2002
  • 2 victoires - Espagne - Fernando Alonso 2006, 2007
  • 2 victoires - Royaume-Uni - Lewis Hamilton 2008, 2016
  • 2 victoires - Australie - Mark Webber 2010, 2012
  • 2 victoires - Allemagne - Sebastian Vettel 2011, 2017 ....






Depuis le milieu des années 50 à nos jours, les pilotes français qui se sont imposés pour le Grand Prix de Monaco lors d'un championnat du Monde de Formule 1 se comptent sur les doigts d'une seule main, c'est dire la difficulté de l'exercice, le record reviens au quadruple Champion du Monde Alain Prost avec 4 victoires :

  • 1955 - Maurice Trintignant sur Ferrari
  • 1958 - Maurice Trintignant sur Cooper-Climax
  • 1972 - Jean-Pierre Beltoise sur BRM
  • 1978 - Patrick Depailler sur Tyrrell-Ford
  • 1984 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1985 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1986 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1988 - Alain Prost sur McLaren-Honda
  • 1996 - Olivier Panis sur Ligier-Mugen Honda ....



gp79.jpg


Pour l'édition 2017, le Grand Prix de Monaco proposait une longueur du circuit de 3.337 km. Les pilotes devaient effectuer 78 tours soit une distance de course de 260,286 km que le vainqueur Sebastian Vettel a réalisé à une vitesse moyenne de 149,105 km/h. Pour ce qui est des records, le meilleur tour en course date de 2004 avec Michael Schumacher sur Ferrari en 1 min 14 s 439, et le record absolu de tous les temps sur un tour le plus rapide du circuit date de 2017 avec Kimi Räikkönen sur Ferrari en 1 min 12 s 178 ....


gp80.jpg




La pole position de Kimi Räikkönen en 2017 ...



Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - ACM © - Formula 1 © - FIA






JPBlogAuto

lundi 9 février 2009

Des médailles en Formule 1 ?

Il y a quelque semaines, Bernie Ecclestone, le grand argentier gérant des droits commerciaux de la F1, annonçait qu'il souhaitait remplacer le système de points actuel par des médailles, d'or, d'argent et de bronze, pour récompenser les trois premiers d'un Grand Prix, le champion du monde étant déterminé à la fin de l'année par le nombre de médailles d'or remportées, je cite : « Cette idée va rendre la F1 plus excitante et spectaculaire, car elle va inciter les pilotes à tout faire pour gagner . Nous devrions voir plus de dépassements, les pilotes prendront plus de risques . Actuellement, nous voyons certains se contenter d'assurer leur deuxième, troisième ou quatrième place, et la course est déjà jouée après le dernier arrêt aux stands . Les pilotes ne sont pas à blâmer, c'est le système de points qui les force à agir ainsi . S'ils veulent décrocher le titre, il est parfois préférable de sauver quelques points plutôt que de chasser celui qui est devant au risque de tout perdre .» ….

mvf1.jpg

Lors du dernier conseil mondial de la FIA, son président Max Mosley, a annoncé qu'une étude serait faite avant de décider quoi que ce soit, mais que avant tout cela il serait judicieux d’interroger les fans en général car ce sont eux qui payent pour voir de la Formule 1 . Notre cher Max qui vient tout juste d’échapper à une affaire embarrassante concernant sa vie privée serait-il subitement devenu hyper diplomate afin d’éviter de faire trop de vagues ? Quoi qu’il en soit, si une telle mesure était adoptée cela constituerait une véritable révolution en Formule 1, où le système des points existe depuis la création du championnat en 1950, même si, comme le savent les spécialistes, il a été aménagé à plusieurs reprises ….

Avec le nouveau système Ecclestone, le Brésilien Felipe Massa (Ferrari), vainqueur de six courses cette année, aurait été champion à la place du Britannique Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes), qui n'a remporté que cinq Grands Prix et capitalise pourtant un point de plus au championnat . Suite à ce débat, la FIA vient tout juste de publier une analyse qui vise à évaluer la pertinence de ce système de médailles en revisitant le palmarès de la discipline à travers le temps et en modifiant les points par des médailles . Moi qui suit amateur de statistiques, je dois avouer que je suis perplexe devant un tel résultat ….

Avec le système des médailles, le résultat de 37 Championnats sur 59 aurait été modifié et le nom du champion du monde aurait changé à 13 occasions . Trois pilotes, jamais couronnés, auraient été titrés : Stirling Moss, Didier Pironi et Felipe Massa . Alain Prost aurait été titré à cinq reprises et Nigel Mansell aurait remporté 2 Championnats supplémentaires (1986 et 1987) . Bien sûr, ces changements virtuels ne signifient rien dans l'absolu puisque les pilotes auraient suivant toute logique conduit différemment si le système de médailles avait eu cours à leur époque . Ironie de l'affaire, l'écurie Brabham se serait retrouvée dépouillée de tout titre pilotes pendant la période où Bernie Ecclestone en était le patron ….

RESULTATS DE L’ANALYSE DE LA FIA
Les 13 titres de champions du monde si le système de médailles était rétroactif

  • 1958 Stirling Moss à la place de Mike Hawthorn
  • 1964 Jim Clark à la place de John Surtees
  • 1967 Jim Clark à la place de Denny Hulme
  • 1977 Mario Andretti à la place de Niki Lauda
  • 1979 Alan Jones à la place de Jody Scheckter
  • 1981 Alain Prost à la place de Nelson Piquet
  • 1982 Didier Pironi à la place de Keke Rosberg
  • 1983 Alain Prost à la place de Nelson Piquet
  • 1984 Alain Prost à la place de Niki Lauda
  • 1986 Nigel Mansell à la place de Alain Prost
  • 1987 Nigel Mansell à la place de Nelson Piquet
  • 1989 Ayrton Senna à la place de Alain Prost
  • 2008 Felipe Massa à la place de Lewis Hamilton

Le palmarès des meilleurs pilotes si le système de médailles avait cours

  • Michael Schumacher 7 (1994 1995 2000 2001 2002 2003 2004)
  • Juan Manuel Fangio 5 (1951 1954 1955 1956 1957)
  • Alain Prost 5 (1981 1983 1984 1985 1993)
  • Jim Clark 4 (1963 1964 1965 1967)
  • Ayrton Senna 4 (1988 1989 1990 1991)
  • Jack Brabham 3 (1959 1960 1966)
  • Jackie Stewart 3 (1969 1971 1973)
  • Nigel Mansell 3 (1986 1987 1992)

Le palmarès réel des meilleurs pilotes

  • Michael Schumacher 7 (1994 1995 2000 2001 2002 2003 2004)
  • Juan Manuel Fangio 5 (1951 1954 1955 1956 1957)
  • Alain Prost 4 (1985 1986 1989 1993)
  • Jack Brabham 3 (1959 1960 1966)
  • Jackie Stewart 3 (1969 1971 1973)
  • Niki Lauda 3 (1975 1977 1984)
  • Nelson Piquet 3 (1981 1983 1987)
  • Ayrton Senna 3 (1988 1990 1991)



JPBlogAuto

jeudi 18 janvier 2007

Pourquoi je préfère Prost

smile4.gif Alain Prost sur sa Toyota a remporté ce week-end, à Super Besse, son premier titre dans le Trophée Andros . Auteur d'un carton plein vendredi, le quadruple Champion du Monde de Formule 1 a pu se contenter de gérer samedi, se permettant même d'offrir la victoire en course à son coéquipier, Olivier Panis . Alain Prost serait-il le meilleur pilote de tous les temps ?
A une époque si vous vouliez étalonner la valeur d’un pilote de F1 vous étiez obligé de le comparer à Juan Manuel Fangio . Moi qui suit assez friand de statistiques et de palmarès, je doit reconnaître que ce temps la est révolu et que maintenant la référence absolue en la matière s’appelle désormais Michaël Schumacher .

Donc pour connaître la véritable valeur d'Alain Prost on est bien obligé de comparer sa carrière à celle de Michaël . Au niveau du palmarès, y’a pas photo, c’est 7 titres pour l’allemand et 4 pour le français . Mais si Alain a effectué 13 saisons complètes de 1980 à 1993, Michaël lui en a effectué 15 de 1992 à 2006 soit 2 saisons de plus .

J’entends déjà vos commentaires oui 2 saisons de plus ça ne veut pas dire deux titres de plus ! Ok, c’est sur, surtout à l’époque d'Alain Prost ou il y avait une lutte acharnée avec 10 Champions du Monde sur la grille de départ d’un Grand Prix (Nelson Piquet, Alan Jones, Kéké Rosberg, Emerson Fittipaldi, Jody Scheckter, Mario Andretti, Nigel Mansell, Niki Lauda, Ayrton Senna, et Michaël Schumacher) .
Les choses ont du être plus facile pour Michaël qui lui n’en a côtoyé que 6 (Ayrton Senna, Mikka Hakkinen, Alain Prost, Damon Hill, Jacques Villeneuve, Fernando Alonso) . Le regretté Ayrton Senna n’ayant fait que quelques Grands Prix avant de trouver la mort et Alain Prost une seule saison avec Schumi, force est de constaté que Michaël a réalisé 14 saisons avec seulement 4 Champions du Monde comme adversaire, l'avantage est de taille . De plus si on se souvient que Fernando Alonso n'est arrivé que sur la fin, finalement Michaël n'avait que Hakkinen, Villeneuve et Hill pour lui faire de l'ombre . Cette concurrence beaucoup moins fournie fait qu’il aura fallu 5 saisons complète avant qu’Alain ne gagne son premier titre pour seulement 2 à Michaël qui a rencontré moins de résistance .

Alain et Michaël - Dessin de Jean Graton ....
Pour être plus complet encore, il faut aussi analyser les 7 saisons de Michaël chez Ferrari ou il était 1er pilote avec un coéquipier aux ordres (Rubens Barichello et Eddy Irvine) pour ne pas les nommer . Alain Prost lui n’a couru chez McLaren que 5 saisons complètes mais sans statut privilégié avec des partenaires comme Niki Lauda qui lui ravira 1 titre pour un demi point, ou Ayrton Senna qui lui ravira 2 titres dont un volé (Ayrton le déclarera plus tard) et un autre perdu de quelques points (malgré un total de points supérieur mais seulement 11 GP retenus) . Pour faire simple :

  • Michaël - 15 saisons contre 5 Champions du Monde – 7 titres gagnés
  • Alain - 13 saisons contre 10 Champions du Monde – 4 titres gagnés


L'avisé Jean Todt aurait retiré les deux Champions du Monde Ayrton Senna et Niki Lauda des pattes d’Alain Prost s'il avait été directeur technique chez McLaren en les remplaçant par des pilotes moins performants tels Rubens Barichello et Eddy Irvine aux ordres comme chez Ferrari pour éviter de partager les victoires, et vous auriez 7 titres gagnés comme Schumi mais en deux saisons de moins et avec le double de concurrence, voila ce qu’il fallait dire, et ça ce ne sont pas des suppositions ou des spéculations hasardeuses, ce n’est que la stricte réalité des chiffres et des faits ….
Pour confirmer la masse de chiffres et de dates que je vous annonce dans ce billet, vous pouvez vous reporter sur l’excellent site de statistiques sur la Formule 1 qui est ici et dont je me suis copieusement servi pour rafraichir ma mémoire viellissante ….

Pour conclure, j'avoue humblement que m'on esprit cocardier a un peu monté la mayonnaise, car si je le confesse j’adore Prost, je ne dénigre pas pour autant Schumi chez qui je reconnaît volontiers la rapidité et la constance des grands . Et même si Michaêl m’a moins donné le frisson (sauf son dernier Grand Prix au Brésil justement) qu’Ayrton ou qu’Alain (question de feeling sans doute), je reste admiratif devant un tel palmarès car ce n’est jamais le fruit du hasard .

Donc bravo Messieurs, mais quand même ….



JPBlogAuto

- page 1 de 2