@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Park Ward

Fil des billets

lundi 30 janvier 2012

Rolls-Royce Silver Cloud - 1964



ROLLS ROYCE SILVER CLOUD ….







Après la Seconde Guerre mondiale, La Rolls-Royce Silver Cloud, signifiant littéralement « Rolls-Royce Nuage d'argent », est le modèle principal du constructeur britannique « Rolls-Royce Limited » . L'étonnante Rolls-Royce, Silver Cloud est sans doute la voiture qui a le plus de succès pour la marque . Cette gamme de voitures est construite du 15 avril 1955 jusqu'au 31 mars 1966 et elle remplace la Silver Dawn « Aube d'argent » directement dans l'usine Rolls-Royce en Angleterre ….



La Rolls Royce Silver Cloud succède à la Silver Dawn en 1955 . Elle est elle aussi construite sur un châssis séparé comme cela se faisait à l'époque qui peut être livré directement à des carrossiers choisis par la clientèle comme James Young, Mulliner ou Park Ward . La suspension arrière est toujours constituée d'un essieu rigide suspendu par un ressort à lames . Elle mesure 5,38 m de long, 1,89 m de large et pèse près de 1,95 tonne . Une version à empattement long, étirée de 101,6 mm, fut disponible à partir de septembre 1957, très similaire en apparence au modèle standard, mais offrant un espace accru pour les passagers . D’une grande élégance, ses lignes fluides font de la Rolls Royce Silver Cloud la plus belle de toutes les Rolls-Royce à carrosserie usine . Malgré des proportions imposantes, aucune lourdeur, que de la majesté et de la distinction ….


Dernière Rolls-Royce à châssis séparé, la Rolls Royce Silver Cloud a battu, avec près de 7500 exemplaires construits, tous les records de production de la firme . Les quatre freins à tambours sont hydrauliques et assistés . La suspension est à roues indépendants à l'avant et à essieu rigide avec ressorts semi-elliptiques à l'arrière . L'assistance de direction devint une option en 1956 ainsi que l'air conditionné . Outre la berline, la Silver Cloud a, au cours de ses dix ans d’existence, reçu quelques carrosseries de coupés et de cabriolets . Quant aux versions longues, elles ont surtout été carrossées par James Young . Ce sont des limousines d’apparat destinées à de riches personnalités ou à des têtes couronnées, à l’image de celle commandée au concessionnaire parisien par le roi Hassan II du Maroc (une version à deux portes) . Entre 1955 et 1966, elle sera déclinée en trois versions légèrement améliorées tant sur le plan technique que sur les aménagements et accessoires . Au final la principale amélioration de la Rolls Royce Silver Cloud se fera en 1958, quand le moteur de 6 cylindres est remplacé par un V8 dans le double but d'améliorer les performances et de satisfaire une demande du marché américain, plutôt habitué à ce genre de motorisation ....



En 1963 est présentée la Rolls Royce Silver Cloud version III . Le poids est en augmentation avec 100 kg perdus sur la balance . Les nouvelles modifications se portent surtout sur l'intérieur et plus particulièrement sur un nouveau tableau de bord entièrement repensé avec dorénavant les instruments qui sont regroupés derrière le volant . L'équipement se dote de vitres électriques, l’habitacle est légèrement revu dans son ergonomie et son confort . Finalement, les transformations sont donc discrètes mais plutôt efficaces et la Rolls Royce Silver Cloud ne s’en trouve donc pas fondamentalement métamorphosée afin de continuer à toucher sa clientèle qui apprécie de rouler confortablement dans un véritable salon anglais et tout ça dans un silence de cathédrale ....



Pour ce qui est de la mécanique de la Rolls Royce Silver Cloud, elle a été initialement équipée d’un antique six cylindres en fonte qui arrive en bout de développement et dont la conception remonte à 1922 . La Silver Cloud version I sera en fait la dernière six cylindres de Crewe car la Silver Cloud version II consacre le passage de Rolls-Royce au V8 en 1959 . L’imposant V8 de 6,2 litres de cylindrée à course courte et vilebrequin monté sur cinq paliers est réalisé en aluminium, avec un bloc et des culasses interchangeables . Il est également équipé de poussoirs de soupapes hydrauliques . L’alimentation s’effectue par deux carburateurs SU modifiés et le taux de compression est de 9:1 . On évalue sa puissance, car elle n’est pas officiellement annoncée par l’usine, à une valeur proche de 220 chevaux à 4500 tr/mn . La transmission automatique est confiée à la version à trois rapports de la boîte Hydramatic de General Motors . Malgré ses 2100 kg, la vitesse approche les 185 km/h et elle parcourt le 0 à 100 km/h en environ 12 secondes, des chiffres plutôt flatteurs pour une limousine de grand luxe de l’époque . En conduite soutenue, la consommation flirte avec les trente litres aux cent kilomètres . Avec ses trois versions, la Rolls Royce Silver Cloud reste, de loin, le "best-seller" de la célèbre marque anglaise . Ce modèle Vintage Classic très prisé des collectionneurs s'échange aujourd'hui autour de 50.000 € en bon état . En 1966, elle est remplacée par la Silver Shadow ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 6.2 Litres
  • Puissance : 220 chevaux à 4500 tr/mn
  • Vitesse : 185 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 12’’0
  • Poids : 2100 kg






La « Rolls Royce Silver Cloud », c'est ça ...



La « Rolls Royce Silver Cloud », c'est ça ...





JPBlogAuto

lundi 18 juillet 2011

Alvis TD 21 Coupé Park Ward - 1960



ALVIS TD 21 COUPE PARK WARD ….







« Alvis » est une marque automobile de luxe anglaise d’avant la seconde guerre mondiale crée en 1920 par T.G. John et G.P.H. de Freville, ancien collaborateur de Bentley . Cette nouvelle société essaye de rivaliser avec Rolls-Royce ou Bentley ou encore Aston-Martin sur le marché britannique . Mais, comme Rolls-Royce, la marque fabrique aussi des moteurs d'avion et des véhicules blindés . La guerre permet à Alvis de tirer de larges bénéfices et de s'écarter de la branche automobile . Dans les années 1950, les voitures ne sont plus l'activité essentielle de la firme et elles ne sont plus qu'une vitrine pour l'extérieur . Pourtant, en 1958, c'est avec la maison Park Ward, carrossier de Rolls-Royce, qu'un accord est trouvé . Sur la base de la TD 21, elle même issue de la TC 108G, un tout nouveau coupé est fabriqué . Le dessin élégant et flatteur de cette carrosserie fut confié au styliste Suisse Graber qui en fit une voiture de sport coupé produite de 58 à 63 ….



Cette nouvelle est très étonnante « Alvis TD 21 Coupé Park Ward ne déroge pas à l’esprit de la maison, des voitures synonyme de savoir-faire et de performance . Cette dernière ne fait pas exception, même si ses origines remontent à 1953 . En fait, la TD 21 a été présentée en Octobre 1958 et a bénéficié d’origine d'un châssis renforcé, et plus nettement d’une augmentation de l’espace intérieur dédié aux passagers . La suspension est restée à triangulation avec des ressorts hélicoïdaux à l'avant avec un pont moteur arrière et des ressorts semi-elliptiques, alors qu’une boîte manuelle d’origine Austin-Healey à quatre vitesses est devenue la norme, tout comme les freins à disque avant . La carrosserie en acier et aluminium est magnifique, c’est un beau coupé qui peut accueillir facilement quatre passagers dans le confort, mais qui est assez puissant pour s’autoriser quelques prétentions sportives . Dés sa sortie, l’insolite , Alvis TD 21 Coupé Park Ward a reçu toute les louanges de la presse qui l’a jugée quasiment excellente à l’époque ….



La nouvelle suspension indépendante de la jolie Alvis TD 21 Coupé Park Ward alliée a une barre stabilisatrice plus performante et a des freins à disques à l'avant ont été dans le bon sens pour rendre la voiture plus sécurisante d’autant que la puissance moteur était en augmentation . Cette belle ligne ponton savamment sculptée lui va très bien et impose le respect . L’option des jantes à rayon sont un véritable plus qui fini la voiture en soignant les détails . Au final, elle en impose de par ses dimensions généreuses, mais elle fait classe par sa finition et elle dégage de la force et de la puissance . L’habitacle de la jolie Alvis TD 21 Coupé Park Ward est lui aussi particulièrement bien fini et soigné . La sellerie est superbe avec son élégant cuir anglais et le tableau de bord serti de ronce de noyer est un modèle de clarté et de concision . Placé en position centrale il permet à quatre passagers de lire sans encombre les indications du compteur ou du compte-tours . Les moquettes et tissus sont épais et participent au confort et tous les équipements et accessoires disponibles à l’époque sont bien présent dans la voiture . Vous l’aurez compris, la superbe Alvis TD 21 Coupé Park Ward est elle aussi dans le clan des Vintage Classic, indémodable, enviable, rare et donc chère ....



Pour ce qui est de la motorisation, la superbe Alvis TD 21 Coupé Park Ward utilise un 6 cylindres en ligne de 3 litres et de 115 chevaux grâce à une amélioration des têtes de cylindre et à l’augmentation du taux de compression qui passe de 8.0:1 à 8.5:1 . Ce moteur de 86 kW est souple et coupleux et dispose d’une cavalerie respectable à l’époque qui procure à la voiture des performances au dessus de la moyenne . La transmission est confiée à la nouvelle boîte manuelle à quatre rapport issu de l'Austin-Healey, mais sur option on pouvait disposer d’une boîte automatique Borg Warner à trois vitesses . Même si ce côté sportif n’est pas le terrain de chasse du coupé, la chose est complémentaire au confort et ne déplait pas à la clientèle . En 1960, la belle Alvis TD 21 Coupé Park Ward avait une vitesse de pointe de (103 mph) 166 km / h et pouvait accélérer de 0 à 100 km / h en 13,5 secondes, alors que sa consommation de carburant avoisinait les 14,0 L/100 km . La branche automobile est cédée en 1965 à Rover, qui est à son tour rachetée par le groupe Leyland en 1967. Mais Leyland possède Jaguar qui n'a pas besoin d'un concurrent au sein du même groupe . Dès lors, le sort d'Alvis est scellé et la marque disparait du monde de l'automobile cette même année ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 6 en ligne
  • Cylindrée : 3.0 Litres
  • Puissance : 115 chevaux
  • Taux de compression : 8.5:1
  • Vitesse : 166 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 13’’5








Les « Alvis TD 21 Coupé Park Ward », c'est ça ...



Les « Alvis TD 21 Coupé Park Ward », c'est ça ...



Les « Alvis TD 21 Coupé Park Ward », c'est ça ...





JPBlogAuto