@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Peugeot

Fil des billets

vendredi 9 novembre 2018

Edouard Martinet Artiste Sculpteur Mécanique









Édouard Martinet est un artiste français très talentueux né en 1963 dans la ville du Mans, la préfecture du département de la Sarthe. C'est un artiste vraiment très particulier qui est en fait un sculpteur pas du tout courant puisqu'il transforme en œuvres d’art des objets d'origine mécanique. D'ailleurs, il est désormais reconnu à l'échelle internationale comme un artiste confirmé de l'art mécanique ....





Édouard Martinet a effectué un parcours scolaire assez classique avant d'effectuer des études secondaires artistique à l'École Supérieure d’Art Graphique et d’Architecture Intérieure (ESAG). Diplôme en poche, il va débuter son cursus professionnel par un travail en free-lance auprès d’agences de publicité pendant 4 ans, avant de rapidement devenir enseignant à l’Institut des Arts Appliqués de Rennes par la suite ....





Édouard Martinet est donc un artiste très particulier capable de transformer en œuvres d’art des objets du quotidien plutôt d'origine mécanique comme des pièces de vélo, de motos ou de voitures qu'il récupère dans des brocantes, des casses ou des braderies et qu’il assemble sans aucune soudure. En fait, les pièces tiennent par simple emboîtement et par quelques vis uniquement pour finalement finir par former un extraordinaire bestiaire métallique avec des insectes, des batraciens, des poissons, des crustacés ou des oiseaux ....








Les œuvres incroyables de Édouard Martinet sont d'autant plus remarquables que sa technique d'assemblage est vraiment inédite. En effet, cela est carrément inhabituel car l'artiste ne soude pas ou ne brase pas non plus ses pièces, mais il utilise uniquement des vis, des rivets ou des clips de fixation, en sélectionnant seulement les composants parfaits qui "s'emboîtent" dans chaque assemblage à la manière d'un puzzle. Ce microcosme d'animaux mécaniques laisse entrevoir des marques connues sur certaines pièces suivant leur provenance comme par exemple Peugeot, Monet Goyon, Koehler Escoffier, Solex, Motobécane, Schwinn, Mobylette, Bennetti, Lorette, Scintex, Louison Bobet, ou Luxor ....





Chez Édouard Martinet chaque sculpture est soigneusement préparée avec de nombreux croquis à l’appui et exige du temps depuis l’idée jusqu’à la réalisation. Cela peut prendre des mois, même des années pour se mettre en place au gré des heureuses trouvailles de pièces détachées de l’artiste. Une pompe à vélo à la bonne dimension qui va former l’abdomen d’une libellule, les essuie-glaces qui vont servir de pattes à la mouche ou les logos en métal d’un fabricant de vélos en nombre suffisant qui sont superposés pour créer les écailles denses d’un poisson ....





Édouard Martinet détourne toutes ces pièces suivant ses idées. Des ressorts flexibles ou des tubes deviennent des jambes. Les ornements de capot, les plaques de réservoir, les protège-chaînes, les ornements de vélo ou de moto, les billes, les câbles, les feux arrière, les capuchons d’essence, les écrous à oreilles, les bras d'essuie-glace, les charnières de capot, les phares de moto et de vélo, les tuyaux d'échappement de moto, les ventilateurs de voiture, les rétroviseurs, les maillons de chaîne, autant de pièces qui habillement détournées vont servir à créer un nouvel animal. Ce bestiaire présente deux niveaux de lecture car si de loin on peut voir un animal, de près on joue aussi sur l’échelle en grossissant les détails ....








Ce qui distingue le travail de Édouard Martinet, c'est la clarté brillante de ses sculptures et leur extraordinaire élégance d'articulation. Son degré de virtuosité est unique car sans aucune soudure ni collage tous les éléments de ses sculptures sont vissés ensemble. Cela donne à ses œuvres un niveau supplémentaire de richesse visuelle avec un esprit gracieux, une réinvention de l'évidence dans laquelle un objet superbement fini trouve une nouvelle vie. Aujourd'hui internationalement reconnu, Édouard Martinet, qui a reçu de nombreux prix, multiplie les expositions en France, à Guernesey, en Suisse, en Belgique ou en Angleterre ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Viméo
© - Edouard Martinet © - Unidivers © - Sladmore



Edouard Martinet Artiste Sculpteur Mécanique ...






JPBlogAuto

jeudi 31 mai 2018

Opel Rak2 à réaction - 1928






rak00.jpg


En ce mois de Mai 2018, Peugeot le nouveau propriétaire de la marque allemande Opel tenait à commémorer comme il se doit un des exploits de cette vénérable filiale de Rüsselsheim acquise en 2017. En effet, en mai 1928, soit 90 ans plus tôt, le petit-fils du fondateur d’Opel s’installait au volant d’une voiture propulsée par 24 fusées qui allait lui permettre de battre un record du monde de vitesse ....





Cette surprenante histoire remonte à l’automne 1927. Fritz von Opel décide alors de s’impliquer activement dans les recherches sur le « moteur-fusée ». Avec son ami Max Valier, un autrichien passionné, ils demandent alors à Friedrich Sander, dont l’entreprise fabrique des fusées de détresse à poudre, de se joindre à leur projet commun afin de créer un moteur-fusée. La coopération entre les trois hommes commence à porter ses fruits dès mars 1928. Les premiers prototypes de véhicules-fusée sont lancés, en secret, sur la piste d’essai d’Opel situé à Rüsselsheim ....





Le 11 avril, l’étonnant Opel RAK 1 avec à son volant Kurt Volkhart, ingénieur et pilote de course Opel, atteint la barre des 100 km/h en seulement 8 secondes. Pour y arriver, cet engin est équipé de douze fusées « Sander » contenant environ 40 kg d’explosifs. Si ce premier test s’est montré concluant, l’équipe souhaite maintenant atteindre des vitesses plus élevées et se dirige alors vers le Circuit de l’Avus, à Berlin, qui présente deux longues lignes droites ....





L’équipe s’ingénie alors à améliorer le premier prototype dans tous les domaines et élabore l'insolite Opel RAK 2. Il est plus long que son prédécesseur (4,88 m), son aérodynamisme a été retravaillé, ses ailerons latéraux sont plus importants pour augmenter sa stabilité. Mais, surtout, le RAK 2 est équipé de 24 fusées à poudre en lieu et place des 12 sur le précédent modèle. L’allumage séquentiel électrique des charges se fait grâce à une pédale installée au plancher. Cette puissance doublée développe maintenant un total ahurissant de 6 tonnes de poussée alors que l’engin, lui, ne pèse pas plus de 560 kg ....





Cette fois, Fritz von Opel décide de conduire en personne son engin futuriste diabolique de 560 kilos qui ne possède ni moteur ni boîte de vitesse. Et pour marquer les esprits, il organise un véritable « show » avec une précision méticuleuse, tant sur le plan technique que sur celui de l’organisation, pour la tentative de record organisée fin mai 1928 à Berlin. Il va jusqu’à convier environ 3.000 personnes : journalistes, célébrités, athlètes, scientifiques, artistes et hommes politiques car il compte bien ouvrir et immortaliser avec succès l’ère de la propulsion à réaction avant même le début de l’ère spatiale ....





August Becker et Karl Treber, les deux fidèles mécaniciens, lèvent la bâche sur l’incroyable Opel RAK 2 et le poussent précautionneusement sur la ligne de départ. Le RAK 2 pouvait théoriquement atteindre une vitesse dépassant les 200 km/h, mais personne ne savait exactement quelle vitesse pourrait réellement atteindre ce bolide de 6000 chevaux. C’est alors seulement que les fusées sont installées et raccordées au mécanisme d’allumage. La police dégage la piste et Fritz von Opel s’installe enfin derrière le grand volant en bois. L'instant est solennel, une poignée de main émue accompagnée de quelques mots de Friedrich Sander et les spectateurs enthousiastes se taisent, le grand moment est arrivé ....





Le jeune intrépide Fritz von Opel célèbre à Rüsselsheim parvient à négocier le virage nord, et évite à la voiture de s’envoler malgré la puissance incontrôlable qui se déchaîne dans son dos. En effet, les ailerons ne fournissent pas suffisamment d’appui pour la vertigineuse vitesse atteinte. L’accélération déclenche chez le pilote une énorme montée d’adrénaline. L’affaire est bouclée en trois minutes et finalement le RAK 2 ralentit enfin lentement jusqu’à s’arrêter, le grand panache blanc de fumée disparaît dans le ciel de Berlin et est bien vite remplacé par le tonnerre des applaudissements des spectateurs, c'est un spectacle incroyable, un grand succès ....





Le verdict tombe rapidement, avec sa voiture-fusée (une étroite carrosserie peinte en noir, montée sur un châssis emprunté à l’Opel 10/40), Fritz von Opel, assis sur 120 kg d’explosifs (assez pour faire sauter tout le quartier) a atteint une vitesse de 238 km/h. En une nuit, tout le monde connaît son nom en Allemagne et l’ère de la propulsion à réaction est officiellement ouverte. La marque Opel est immédiatement reconnue comme une marque synonyme de progrès technique et d’innovation ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Opel - © Frédéric Martin - © AutoManie




Les records Opel Rak de 1928 ...








JPBlogAuto

vendredi 22 décembre 2017

La plus ancienne 911 du musée Porsche









La Porsche 911, parfois dénommée 911 Classic, est la première automobile de la longue lignée des Porsche 911, cette sportive de prestige devenue mythique développée par le constructeur allemand Porsche. Lors de sa présentation en septembre 1964, la célèbre sportive se nommait 901. Mais quand elle fut mise en production la propriété intellectuelle du "0" au milieu appartenant à Peugeot, Porsche renomma sa dernière-née " 911 " et c'est sous ce nom que les voitures produites jusqu'à aujourd'hui furent vendues ....





Porsche a retrouvé et restauré la plus ancienne 911 de sa collection, qui fut assemblée sous le nom 901. Datant d'octobre 1964, l'exemplaire en question porte le numéro 57. Après 50 ans passés dans l'oubli, il fut découvert en piteux état en 2014 dans une grange avec une 911 L un peu moins ancienne par une équipe de la chaîne de télévision allemande RTL2 durant un tournage. Porsche en fit l'acquisition pour 107.000€ et acheta également l'autre 911 L pour 14.500€, suite à des estimations d'experts ....





Après trois ans de restauration, le musée Porsche présente enfin au public en exposition avec fierté l’un des plus récents ajouts à sa collection avec cette plus ancienne Porsche 911 qu’il détient. Presque exactement 50 ans plus tard, Porsche a redonné toute sa splendeur à cette 911 coupé rouge portant le numéro de châssis 300.057 qui était l’un des rares modèles construits avant le changement de nom de la gamme. Le musée Porsche a ainsi pu combler une lacune majeure dans sa collection de voitures ....





Le soin et la qualité des travaux ont été très importants car la restauration de cette Porsche 911 s’est avérée très difficile par la rouille et le temps qui avaient fait leur œuvre. Le département Porsche Classic dispose d'un stock conséquent de pièces détachées et en re-fabrique certaines pour ce genre de travaux et ceci a été nécessaire car la rouille était omniprésente, des panneaux de carrosserie manquaient, le moteur et les freins étaient hors d'usage. Dans la mesure du possible, le constructeur a réparé un maximum d'éléments afin d'en remplacer le moins possible, une restauration complexe et étendue en utilisant des pièces authentiques ....





Le moteur, la transmission, l’électricité et l’intérieur ont tous été réparés suivant le même principe. La règle générale était de conserver autant que possible les parties et les fragments plutôt que de les remplacer. Ces méthodes complexes de restauration utilisées par le Porsche Museum comme approche standard sont précisément la raison pour laquelle il a fallu si longtemps pour donner vie à cette voiture de sport d’une grande importance historique ....





Le moteur et la boîte de vitesse d’origine ont aussi été restaurés par Porsche Classic. Chaque pièce a été démontée pour inspecter leur état avant nettoyage, remise à neuf et remontage afin d’avoir un moteur et une boîte entièrement refaite comme à l'origine. Le reste des pièces comme le châssis, la carrosserie, la suspension, les sous-bassement, l’intérieur, les sièges, les garnitures, les moquettes, les chromes, l’accastillage, sont également remis à neuf, en se basant sur les documents et les photos d’époque et sur les manuels d’atelier d’origine ....





Au final, après un gros travail de carrosserie, la coque a été sauvée et remise en forme afin d’être peinte dans sa teinte de sortie d'usine. Les trois années de travail méticuleuses et acharnées auront finalement permis de pouvoir présenter une merveille revenue à son état d'origine et le résultat est vraiment bluffant, quand on voit sur les photos la base de départ qui était dans un état lamentable. Même le 2 litres Flat 6 de 140 chevaux, maintenant flambant neuf, ronronne comme un bijou ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 6 cylindres à plat
  • Cylindrée : 1997cc
  • Puissance : 140 ch à 6500 t/mn
  • Transmission : Propulsion avec boite à 5 rapports
  • Vitesse : Environ 215 km/h



Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Porsche
© - YouTube © - Motorlegend © - SportAuto




La plus ancienne 911 du musée Porsche restaurée et exposée ...



La plus ancienne 911 du musée Porsche restaurée et exposée ...







JPBlogAuto

- page 1 de 31