@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Porsche

Fil des billets

vendredi 2 octobre 2015

Dessins publicitaires automobiles







L'année dernière ici même, je vous avais déjà proposé un article consacré à ces publicités artistiques automobiles dessinées par des illustrateurs de talents pour quasiment toutes les marques dans les années 30 à 60, vous pouvez le voir ici.
A cette époque, les différents constructeurs avaient donc adapté leur publicité spécifiquement avec des graphismes assez sophistiqués plutôt chic et classe.


Après guerre, les nombreux progrès technologiques de la photographie couleurs et des métiers de l'imprimerie ne permettaient pas encore de sublimer sur papier l'élégance des nouvelles automobiles, mais pour illustrer leurs catalogues, les constructeurs vont faire appel à une foule d'artistes plus ou moins connus pour composer des œuvres graphiques plus alléchantes les unes que les autres.


Ces superbes créations artistiques étaient très souvent surchargées de couleurs chatoyantes afin de mieux séduire les acheteurs potentiels. Tout était permis, ainsi les proportions pouvaient ne pas être respectées mais volontairement exagérées ou du moins amplifiées dans le but de faire paraître ces autos soit plus larges, soit plus basses voir même plus longues que dans la réalité afin de les sublimer encore plus.


Voici donc aujourd'hui une nouvelle sélection très sympa de quelques exemples vraiment très kitch et vintage des constructeurs de l'époque pour un petit voyage bucolique dans leur univers coloré (Cliquez sur les images pour les agrandir) ....


- * Austin Healey 3000 Roadster - 1959 ...

art-auto-15.jpg
- * Austin Healey Sprite Décapotable - 1962 ...

art-auto-12.jpg
- * Borgward Isabella - 1954 ...

art-auto-14.jpg
- * Jaguar Mark VII - 1954 ...

art-auto-06.jpg
- * Jaguar Type E - 1961 ...

art-auto-16.jpg
- * Lincoln Continental Cabriolet - 1941 ...

art-auto-19.jpg
- * Mercedes 190 SL - 1956 ...

art-auto-10.jpg
- * Mercedes 220 Décapotable - 1957 ...

art-auto-11.jpg
- * Morris Mini Traveller - 1961 ...

art-auto-18.jpg
- * NSU Prinz - 1960 ...

art-auto-05.jpg
- * Oldsmobile Cruiser Club Coupé - 1941 ...

art-auto-20.jpg
- * Opel Kapitan - 1951 ...

art-auto-03.jpg
- * Peugeot 203 Cabriolet - 1955 ...

art-auto-07.jpg
- * Porsche 356 - 1952 ...

art-auto-01.jpg
- * Saab 93 - 1958 ...

art-auto-08.jpg
- * Simca Aronde - 1956 ...

art-auto-13.jpg
- * Triumph TR3 Roadster - 1953 ...

art-auto-04.jpg
- * Vauxhall Cresta - 1956 ...

art-auto-02.jpg
- * Volkswagen Karmann Cabriolet - 1954 ...

art-auto-09.jpg


On est bien obligé de constater que ces illustrateurs et dessinateurs connus ou inconnus sont toutefois de véritables artistes et qu'ils ont beaucoup de talent car les voitures sont superbement représentées et mises en valeur ....

Source : © - Google image





JPBlogAuto

lundi 14 septembre 2015

Les chroniques de Jidéhem







jidehem01.jpg



Souvenez vous d'un temps, pas si éloigné, où l'automobile n'était pas encore un objet montré du doigt avec mépris. Oui, souvenez vous, il fut un temps béni où l'essence était bon marché et le plaisir réel de prendre sa voiture pour des balades au hasard des routes. On ne se souciait pas encore de la pollution, des limitations de vitesse, des économies, des bouchons, du permis à points, des crises de l'énergie et de toutes ces restrictions actuelles qui nous gâchent notre plaisir. C'était un âge d'or situé dans les années 60. Ils ne sont pas si nombreux ceux qui surent dessiner les voitures de cette époque au point de les sentir "vivre" et de les rendre inséparables de leurs personnages. Parmi ces orfèvres en réalisme on peut citer Jean Graton et son pilote de course Michel Vaillant ou aussi Jidéhem et son journaliste Starter ....





Né le 21 décembre 1935, Jean De Mesmaeker, dit Jidéhem, suit les cours d'art décoratif à l'institut Saint-Luc de Bruxelles. En 1957, il entre au journal de Spirou et collabore avec André Franquin sur les séries Spirou et Fantasio et Gaston Lagaffe. Peu après il reprend à Franquin les illustrations de la série "Starter" écrite par le journaliste automobile Jacques Wauters pour une rubrique dédiée à la voiture. Car à l'orée des sixties, la voiture ça attire et fascine encore, elle est en Occident au début de son règne et elle stimule les rêves, particulièrement chez les jeunes ou elle propage les mythes comme celui de James Dean et symbolise aussi les révolutions technologiques, autant de machines à fantasmes prêtes à tourner à plein régime ....





Les Chroniques de Starter dessinées par Jidéhem paraissent chaque mois dans le Journal de Spirou, parlant d'une voiture, ou de deux. Les textes de Wauters sont à la fois humoristiques et très précis techniquement car il s'agit d'un vrai banc d'essai, mais l'intérêt est dans le choix des voitures présentées. Il ne s'agit pas pourtant de systématiquement aller au rêve absolu en ne parlant que des Ferrari, des Porsche ou des Ford Mustang, mais d'aborder aussi les curiosités insolites ou la voiture de "Monsieur Tout le monde". En fait, grand connaisseur des dernières nouveautés de l'industrie automobile, parfois intransigeant mais souvent enthousiaste, Jidéhem faisait partager aux petits comme aux grands son amour des belles mécaniques ....





Si ces Chroniques de Jidéhem étaient tant appréciées c'est parce qu'elles étaient de véritables essais, tels que ceux que l'on peut lire dans les vraies revues automobiles spécialisées avec des croquis, des textes techniques et aussi des appréciations. Et quand il fallait être féroce ou critique à l'encontre d'une voiture ou d'une marque, Starter ne se privait pas. Ainsi, quand Starter critique la Jaguar Type E, nul doute que ses commentaires ont déplu aux responsables de la marque : "Signalons une boîte quatre vitesses dont la synchronisation n'est vraiment pas digne de la voiture. Que Jaguar aille donc voir comment est construite une boîte Porsche, sapristi!" ....





Au fil des Chroniques de Starter, nous retrouvons tous ces modèles qui ont fait le bonheur des années 60 et qui avaient une "gueule" permettant de les distinguer les unes des autres. Des voitures familiales, des populaires, des engins plus insolites, ou des voitures de sport, aucunes ne furent oubliées au fil des commentaires de Jidéhem toujours très enthousiastes. Des voitures agréables à vivre, des voitures douillettes et idéale pour le camping, des beautés au look et aux superbes lignes très artistiques, des étrangetés vraiment étonnantes ou insolites carrément oubliées, des voitures rustiques qui nécessitaient de l'huile de coude pour les conduire, ou des modèles de course, toutes furent étudiées et dessinées avec grande précision ....





Finalement Starter ce petit personnage de Jidéhem à marqué toute une génération entière de son analyse et de sa passion pour l'automobile. En effet, le dessin de Jidéhem est exceptionnel de précision et de détails. "Jusqu'à chaque boulon" aurait pu être sa devise. Nombre de lecteurs ont vraiment apprécié la finition des décors et paysages dans lesquels les voitures évoluent ainsi que la beauté du trait général et la ligne de chaque engin présenté. Ce sont surtout des chroniques pleines de verve et d'entrain, un double plaisir de retrouver un héros de l'âge d'or de la BD et celui de redécouvrir une époque vintage révolue où la voiture permettait encore de rêver en donnant le goût de la conduite et de l'analyse d'un véhicule. Les dessins de Jidéhem, précis, détaillés, vivants et toujours drôles, valaient souvent beaucoup mieux qu'une vidéo moderne vue aujourd'hui sur Internet, et les critiques objectives de Starter étaient un modèle de littérature, d'humour et de connaissance de la mécanique ....





A la fin des années 60, après le départ de Jacques Wauters, Jidéhem reprend finalement la série avec l'écriture des chroniques et les illustrations. Oui, mais malheureusement la belle époque de l'automobile se termine et en 1975, Starter ferme la porte du garage et dépose les clés de la rubrique. Pourquoi ? Il explique : "Avec les années 70, l'automobile a trop privilégié l'aspect utilitaire pour avoir encore droit au titre d'oeuvre d'art. Aujourd'hui, les voitures modernes ont perdu une grande partie de leur magie et leur utilisation est devenue un acte trop banal." Aujourd'hui encore, grâce à ce tandem, Starter-Jidéhem, les chroniques automobile du Journal de Spirou alimentent toujours bien des rêves même chez les adultes ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Spirou - © Dupuis




Jidéhem ou la magie de l'auto ...





JPBlogAuto

vendredi 21 août 2015

Porsche Citroën 911 DS - 2014







911ds00.jpg



Se lancer des défis est très souvent le crédo des passionnés et des restaurateurs de voitures anciennes. Dirigée par Stewart Johnson, la jeune société BrandPowder, spécialisée dans les expérimentations visuelles de communication vient de se lancer dans un de ces projets un peu fou. Le défi consistait à prendre les deux plus belles voitures jamais construites, à savoir la Citroën DS, la berline rendue célèbre par le Général de Gaulle, et la Porche 911 la sportive qui a fêté ses 50 ans en 2013, et de les fusionner pour en faire une ode à la voiture éternelle un genre de super voiture parfaite. Tronçonner deux voitures pour n'en faire qu'une quel audacieux défi ! ….





S’en prendre à ces icônes du design automobile a quelque chose de vraiment insolite et plutôt iconoclaste, mais seul le résultat final compte. En effet, prendre le meilleur de ces deux voitures faisant toutes les deux parties du Top 5 des voitures du siècle pour créer un semblant de voiture parfaite constituait un challenge vraiment très osé et quasiment insurmontable. On pouvait en fait penser que Ferdinand Porsche, considéré comme le premier et principal ingénieur du siècle pour les voitures de sport ainsi que le sculpteur italien Flaminio Bertoni qui avait conçu la DS encore aujourd'hui considéré comme la voiture la plus avancée jamais produite, devaient connaitre leur sujet par cœur. Pourtant l’équipe de Brandpowder a osé le faire ….





Brandpowder est un cabinet d'études indépendant qui travaille effectivement dans le domaine de " la spéculation sur les possibilités créatives " comme ils aiment le préciser. Donc, ils travaillent habituellement sans client et leur défi quotidien est de produire des idées très vendables, qui sont ensuite financées et réalisées lorsque la conception est terminée. Cette prise de risque demande une certaine dose de créativité et d'innovation mais surtout de superbes idées et un travail de conception irréprochable. En effet, Brandpowder a la liberté de concevoir sans un client, mais dans ce projet à qui le résultat final profite-t-il, à Porsche ou à Citroën ? ....





La Porsche 911 et la Citroën DS sont des véhicules totalement différents, tant au niveau du poids, de la forme, de la dynamique, de la mécanique, et sans parler de la puissance et des contraintes qui vont avec. Un simple copier/coller n’est donc pas du tout possible ou alors seulement sur une simple image ou une petite maquette. Néanmoins, Brandpowder a décidé de donner réellement vie à ce projet en invitant Stewart Johnson un ancien ingénieur en mécanique qui est probablement l’un des experts les plus réputés dans le domaine. Personne n’avait tenté quelque chose de si compliqué auparavant car les défis techniques à relever sont si énormes que même une équipe compétente en mécanique peut y passer de longues nuits blanches ....





Ce fastidieux travail a donc débuté avec une étude assez sommaire de plusieurs croquis dessinés à la main pour avoir une idée de départ des diverses possibilités d'assemblage. Ensuite et venue le moment de la planche à dessin pour préciser plus clairement le tout avec les bonnes dimensions à l'échelle réelle. Au final on est passé à la modélisation virtuelle en 3D sur informatique pour pouvoir enfin visualiser un assemblage réaliste. Tout ce long processus pour déterminer si la partie avant serait celle de Porsche ou de Citroën ou vice versa car les deux possibilités ont été testées. Finalement le moteur arrière l'a emporté et donc l'avant est celui de la 911. Il aura fallu cependant augmenter la hauteur du pare brise pour avoir une ligne de toit réaliste, fluide et harmonieuse et poursuivre également la lunette arrière avec un ajout de carrosserie pour combler le vide avec l’auvent du coffre trop arrondi ....





Si le problème du design et du look était maintenant clair et finalisé, restait en chantier celui de l'implantation mécanique générale. Après un rapide coup d’œil aux dessins informatiques en 3D, la question s'est posée de savoir où placer le moteur. En effet le nouveau défi consistait maintenant à adapter un moteur de Porsche 911 dans le capot arrière d’une Citroën DS, quasiment aussi difficile que de caser une citrouille dans une cosse de petit pois. Heureusement le Flat six s'il est large est un moteur à plat vraiment moins haut qu'un moteur traditionnel, donc sachant cela en le positionnant assez bas sur le châssis, la solution était enfin toute trouvée ....





S’en prendre à ces icônes du design automobile était vraiment risqué mais le résultat final valait la peine. Si le croisement fera hurler les aficionados des deux marques, il faut néanmoins reconnaître qu’il a du chien, preuve que la beauté des deux silhouettes n’a pas d'âge. Ce "rétro concept" appelé 911 DS a été réalisé sur base d’une DS de 1955 et d’une 911 de 1963 qui ont donc été sacrifiées sur l’autel du design. Une fois présentée à la presse, la 911 DS a causé un certain ramdam et une partie de la presse n’a pas été favorable à cette initiative. La personnalité de la 911 DS a été si forte qu’elle a réussi à la diviser en deux opinions très opposés et certains l’ont même comparée, non sans sarcasme, à un piètre petit champagne allemand. En outre, le créateur Brandpowder a essuyé pas mal de critiques ....





Pour ce qui est de la mécanique de cette incroyable Porsche Citroën 911 DS pas de grosse surprise, le constructeur a tout simplement opté pour un classique Flat 6 cylindres à plat de la 911 équipée d'un turbo qui délivre une puissance de 260 chevaux à 6300 tr/mn et un couple de 26 mkg à 5100 tr/mn. Souple et docile à bas régime, son moteur se réveille soudainement vers 5000 tr/mn et n'en démord pas jusqu'à 6500 tr/mn. Le système de refroidissement d'air d'origine avec sa soufflerie classique bien connue chez Porsche a été remplacé par un tout nouveau système à eau forcé avec radiateur. La transmission est confiée à une boite G 50 à 5 rapports elle aussi originaire de la 911. Finalement à l’heure où le tout électronique envahie l'automobile moderne, quoi de plus jouissif que de voir se réaliser le fruit de l’imagination de certains, surtout lorsque c’est bien fait et plein de bon sens ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : Flat 6 cylindres à plat
  • Cylindrée : 2,7 Litres
  • Énergie : Essence
  • Disposition : Arrière
  • Puissance : 260 chevaux à 6300 tr/mn
  • Couple : 26 mkg à 5100 tr/mn
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : Boîte manuelle G50 à 5 rapports



Sources : © Automag - © Google Images - © YouTube - © Brandpowder




La Porsche Citroën 911 DS de 2014 ...



La Porsche Citroën 911 DS de 2014 ...








JPBlogAuto

- page 2 de 35 -