@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Riviera

Fil des billets

vendredi 18 août 2017

Les Buick anciennes des années 40, 50, 60






buick00.jpg


"David Dunbar Buick" simple mécanicien d’origine écossaise, fonde en 1903 la « Buick Motor Company » qui deviendra avec le temps l’une des marques américaines d’automobiles les plus connues encore aujourd’hui dans le monde . Le nom de « Buick » évoque l’image d’une voiture familiale de luxe, fiable, élégante et moderne et surtout d’un prix relativement abordable. David Dunbar Buick conçoit sa première automobile en 1903, mais en manque de capitaux, la Buick Motor Company est reprise en main par William Crapo Durant en 1904 et deviendra l'une des pièces maîtresses de la General Motors constituée en 1908. Avec Durant, la production de Buick démarre en flèche, de 750 voitures en 1905, elle atteint 4.641 exemplaires deux ans plus tard, et 8.820 unités en 1908. En 1915, Buick vend 43.946 voitures, et 124.824 en 1916 car l'essor de l'automobile aux États-Unis est extraordinaire ....


* LES BUICK DES ANNÉES 40 :

buick00.jpg





Dans les années 40, Buick devient le deuxième constructeur de la GM après Chevrolet. Pour ce nouveau millésime, la gamme se structure autour de six séries : 40 Spécial, 50 Super, 60 Century, 70 Roadmaster, 80 Limited et 90 Limited avec un empattement plus long que celui de la 80. Question look, les optiques sont totalement intégrées aux ailes avant, et la calandre propose un nouvel ensemble composé de larges éléments horizontaux chromés. En 1941, les lignes évoluent avec une calandre plus agressive et plus massive, et un nouveau dessin des ventilations latérales de capot. Le type fastback inédit apparait sur les Special 40A et Century. A partir de 1942, le designer Harley Earl va prendre en main le look des voitures et dessine des ailes avant qui sont à demi noyées dans les portières et subtilement unies aux ailes arrière dans un mouvement continue du plus bel effet. De fin 1942 à 1945, c'est l'arrêt de toute production automobile civile à cause de la préparation de la guerre. La production ne reprend qu'en octobre 1945 mais la structure de la gamme a été simplifiée, avec trois séries, 40 Special, 50 Super et 70 Roadmaster. Il n'y a plus ni Century ni Limited. La calandre devient légèrement plus discrète, et l'on découvre un nouvel ornement de capot. Les versions Estate ou style Woody avec des éléments de carrosserie en bois font leur apparition. En 1949, le style apparaît plus élégant et plus fin, et tous les nouveaux modèles à partir de cette année se distinguent par la présence de hublots latéraux sur les ailes avant, des " ventiports " comme on les baptise chez Buick ....





* LES BUICK DES ANNÉES 50 :

buick01.jpg





A partir de 1950, la structure de la gamme demeure identique avec trois séries, 40 Special, 50 Super et 70 Roadmaster. Seule la Special est retouchée en 1950 pour s'accorder à l'aspect des autres séries. C'est l'année de la décoration dite "hallebarde", un motif latéral chromé plongeant et courant tout au long du flan. La gamme adopte aussi une impressionnante calandre édentée, une espèce de gueule béante ouverte sur neuf dents meurtrières, prêtes à déchiqueter tout ce qui passe. En 1951, cette calandre sera considérablement adoucie. Au fil du temps, le terme pour désigner ces autos va évoluer en Utility Coupe, Business Sedan ou Fleet Special. Le style et la désignation Riviera un peu plus soignée et mieux finie s'applique à plusieurs modèles. Des roues fils chromées Kelsey-Hayes qui commencent à devenir très tendance chez tous les constructeurs apparaissent aussi chez Buick. En 1954, les caisses sont redessinées, elles sont plus longues et plus larges, et adoptent un pare-brise panoramique. En 1955, le style évolue et les ailes arrière s'envolent dans un logement pour les feux et la grille de calandre se fait plus discrète, alors qu'au contraire les pare-chocs s'épaississent avec deux gros obus proéminents. En 1956, seule la face avant bénéficie d'un léger lifting. En 1957, la marque qui Jusqu'à présent, ne proposait qu'un break 4 portes de forme classique, avec montant latéral entre les portes avant et arrière, adopte désormais une version sans montant, baptisée Caballero. La gamme propose aussi des carrosseries plus basses et plus longues. En 1958, la firme propose un nouveau design pour ce millésime. La grille de calandre est composée d'une multitude de petits carrés chromés, 160 exactement, appelés drawer pull, et elle est surmontée de deux doubles phares. Une décoration d'ailes et de portes arrière avec des variantes selon les modèles complète le nouveau design ....





* LES BUICK DES ANNÉES 60 :

buick02.jpg





En 1960, les dénominations des séries changent totalement. Les Special, Century, Super et Roadmaster cèdent leur place aux Skylark, Le Sabre, Invicta, et Electra. . Les lourdeurs de la saison précédente sont gommées. On remarque un bord des ailes avant relevé au dessus des phares, et des ailerons longs et fins qui contribuent à l'originalité du nouveau look. L'une des optiques est plus haute que l'autre, et une baguette fait astucieusement presque entièrement le tour de la voiture. Cette nouvelle décennie met un terme au style éclatant et prestigieux des années cinquante pour un retour à la simplicité et à une élégance un peu plus sobre malgré ces ailerons longs et fins du genre nageoire caudale de poisson. Une part importante de la clientèle américaine se lasse de ces mastodontes de plus en plus grands, de plus en plus lourds, de plus en plus gourmands et les ventes diminuent. Pour compenser cette chute des ventes, parallèlement aux productions 100 % made in USA, le réseau Buick vend depuis 1958 un nombre croissant d'Opel importées d'Allemagne. Par ailleurs, dans le plus grand secret, le bureau d'études de la marque prépare l'avenir, sous la forme d'une compacte, qui est planifiée pour un futur proche sur le modèle des voitures européennes. Au milieu des années 60, Buick produit près de trois fois moins de voitures qu'en 1955. Alors que ce constructeur avait acquis la troisième place du marché US, il se traîne désormais seulement à la septième position ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Buick - © GM - © Carcatalog



Buick 1940 ...



Buick 1950 ...



Buick 1960 ...





JPBlogAuto

samedi 3 septembre 2011

Buick Riviera Boattail - 1971



BUICK RIVIERA BOATTAIL ….







Conçue par Bill Mitchell, la Riviera a été imaginée à l’origine pour ressusciter la marque La Salle et à ce titre, elle devait être construite par Cadillac . La Riviera est apparue au catalogue de la marque américaine Buick en 1949 avec cette appellation qui désignait un modèle "hardtop" sans montants centraux . Finalement tombée dans l’escarcelle de " Buick ", elle s’installe au sommet de la gamme de la marque, dont elle sera le modèle le plus cher jusqu'en 1973 . La voiture connaîtra un grand succès et dépassera la T-Bird, avant d’être imitée par la Pontiac Grand Prix au sein même de la General Motors . Coupé sportif haut de gamme à la ligne spécifique, la « Buick Riviera » est entièrement nouvelle dans son concept et son design . En cela, elle se singularise par rapport aux précédentes Buick ainsi qu’à l'ensemble des modèles de la G M . Son objectif est de concurrencer la Thunderbird sur le créneau spécifique des voitures personnelles de luxe, un genre où la marque Ford règne alors en maître ….



Trois générations de Buick Riviera vont se succéder sur une période de onze ans . D’abord construite sur une plate-forme spécifique de 2,97 mètres d'empattement, la voiture n'est disponible qu'en une seule version de coupé . Superbe dans sa sobriété et son agressivité retenue, la ligne apparaît comme un des plus beaux designs réalisés sous l'autorité de Bill Mitchell . La Riviera subit une profonde métamorphose esthétique en 1966, qui s'accompagne d'un remaniement du châssis allongé de cinq centimètres, mais la ligne perd un peu de son caractère, tandis que l’arrière de la voiture évolue vers un profil fastback . Coup de théâtre en 1971, la Riviera fut complètement redessinée et sa ligne ne laissait personne indifférent en se parant de lignes hors du commun, qui dessinent une sculpture comme peu de voitures nous ont donné à voir et que seul le design américain pouvait proposer . Articulé autour d'un losange, composé des deux capots symétriquement pointus, le dessin exprime une force inouïe et particulièrement l’arrière fastback, un chef d'œuvre, qui s'achève en poupe de bateau (boattail). Très controversé, ce trait original, auquel tenait Bill Mitchell, rappelle clairement le coupé Corvette Sting Ray de 1963 . Campée sur ses larges voies, avec son allure trapue et ses arêtes vives, la Buick Riviera Boattail exprime la puissance et l'agressivité d'une bête féroce . Une impression que ne dément pas la face avant au profil de requin, dominée par un impressionnant capot . Quant à la face arrière, au profil concave en forme de V planté en son milieu, elle apparaît comme une provocation à celui qui vient d'être dépassé ….



Techniquement, la Buick Riviera Boattail avait aussi bien évolué par rapport aux premiers modèles de la série . Les freins à disques à l'avant qui étaient en option depuis 1967 étaient maintenant standard et la suspension était complètement nouvelle et vraiment plus performante . De superbes jantes plus larges faisaient aussi parti de l’équipement standard pour une meilleure tenue de route, et il était possible en option de choisir des jantes à rayons qui donnaient à la voiture un look encore plus ravageur . Avec son design très insolite, la voiture proposait aussi un habitacle soigné . Le luxueux intérieur hyper chromé apparaît comme une caractéristique du style américain, où la planche de bord brille de mille éclats . La sellerie en cuir, la radio, la climatisation et les vitres électriques font partie de l'équipement de série . L’accoudoir central, les sièges au dessin ergonomique et les épaisses moquettes participent grandement au confort des passagers . Le montage et la finition de l’ensemble ont fait l’objet des plus grands soins . L’étonnante et superbe Buick Riviera Boattail sera produite de 1971 à 1973 et elle est considérée toujours de nos jours comme une voiture à la forte personnalité, dont le style, les performances et le comportement routier ont fait l'un des grands classiques américains de l'après-guerre ....



Pour ce qui est de la mécanique, la Buick Riviera accueillait le V8 Buick de 6,5 litres de cylindrée dans sa version poussée à 325 chevaux, celle qui équipait les Invicta, Wildcat et Electra . En option et en exclusivité sur la Buick Riviera Boattail, ce moteur, réalésé à 7 litres de cylindrée, développe désormais la bagatelle de 360 chevaux, et cette superbe mécanique devient la monte standard . Côté transmission, la boîte automatique à deux vitesses des débuts est maintenant remplacée par une Turbo-Hydramatic à trois rapports bien mieux étagée et plus performante . Plus proches d'une Corvette que d'une Thunderbird, les performances sont remarquables pour l’époque, la voiture atteignant sans difficultés les 200 km/h . Digne des performances, la tenue de route de la Buick Riviera Boattail souligne l’authentique vocation sportive de la voiture, des qualités routières peu communes à souligner pour une Américaine des années 70 . De nos jours, elle est devenue un des plus beaux fleurons incontestables et recherchés de la fameuse catégorie des Vintage Classic ....







Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 7 Litres
  • Puissance : 360 chevaux
  • Boîte : Turbo-Hydramatic à 3 rapports
  • Vitesse : 200 km/h






La « Buick Riviera Boattail », c'est ça ...



La « Buick Riviera Boattail », c'est ça ...



La « Buick Riviera Boattail », c'est ça ...





JPBlogAuto