@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Salon

Fil des billets

vendredi 13 septembre 2019

François de la Cloche - Artiste Peintre









François de la Cloche est un artiste peintre et illustrateur Français talentueux né en 1954 et vivant à Chaumont-en-Vexin une petite commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. C'est un artiste assez particulier et plutôt atypique puisqu'il ne propose quasi exclusivement que des œuvres consacrées au " Monde Automobile " réalisées principalement au crayon de couleur ....





Depuis sa plus tendre enfance, François de la Cloche est un véritable passionné d’automobile. Après avoir effectué un parcours scolaire tout à fait classique, il va enchainer sur des études supérieures qui vont lui permettre d'obtenir un diplôme de l’ENSAAMA (l’Ecole Nationale Supérieure des Art Appliqués à l’industrie et des Métiers d’Art). Ce cursus scolaire va lui permettre de trouver rapidement du travail dans les années 70 dans le marketing automobile auprès du constructeur Simca puis après sa disparition chez Peugeot ....





Entrepreneur dans l’âme, François de la Cloche va ensuite poursuivre son parcours professionnel en prenant en charge une concession automobile, toujours pour la marque au lion. Lorsque soudainement en 2005, poussé par sa famille et ses amis, il décide de changer de vie et de voie et se réoriente vers son amour de toujours, l’art. Mais pas question pour lui d’abandonner pour autant les belles mécaniques. Il allait combiner les deux ....





François de la Cloche réalise depuis des œuvres colorées dont la particularité est d’être faites au crayon de couleur " polychromos de chez Faber Castel ". Les spécialiste connaissent bien ce type de crayons dont les couleurs intenses et les pigments résistent à l’eau et à la lumière, assurant la stabilité de l’œuvre. Quant à ses profonds reflets issus de la composition unique de la mine, ils permettent de subtils jeux de transparence ....





François de la Cloche décline donc de superbes œuvres mettant en lumière une voiture, toujours associée à un décor principalement au crayon de couleur, mais quelquefois aussi au simple crayon de papier Conté ou également à la sanguine. Ce décor peut être des chefs d’œuvre architecturaux historiques ou en rapport avec l’époque de la voiture illustrée, mais aussi des situations dans la nature (arbres en fleurs, couchers de soleil, neige) ou encore d’autre objets mobiles en arrière-plan. La passion du détail anime toujours François de la Cloche que ce soit pour des travaux sur commande ou pour des affiches. Ainsi, il pourra passer des heures à reproduire les rayons d’une roue Borrani, ou les reflets de lumière sur une aile avant de Bugatti ....





François de la Cloche ne se limite pas aux belles anciennes, comme les Ferrari, Bugatti, Hispano, mais s’intéresse aussi aux plus populaires comme par exemple les Peugeot 404 Cabriolet ou Ford Vendôme. Selon l’inspiration ou les commandes, les Supercars modernes sont aussi à l’honneur comme par exemple les Mercedes SLS ou Porsche 911. Son travail étant tellement précis et méticuleux, il ne réalise que seulement six à huit compositions par an. Mais certaines sont devenues maintenant célèbres, ayant été reproduite dans la presse comme par exemple la " Ferrari devant la Villa d’Este ". ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - François de la Cloche © - AutoNews






JPBlogAuto

vendredi 26 avril 2019

Réalités Magazine






real00.jpg


Réalités est un ancien magazine français grand public, totalement indépendant, de l'après Seconde Guerre mondiale fondé en février 1946 et disparu en 1978. Fondée par Humbert Frèrejean et Didier-W Rémon, avec pour rédacteur en chef Alfred Max, c'était le titre phare édité par le groupe de presse la SEPE qui s'inspirait dans l'esprit de l'hebdomadaire américain illustré Life et préfigurait des titres plus contemporains comme le Figaro Magazine et donc s'adressait à un lectorat plutôt bourgeois ....





Réalités Magazine voyait le jour après guerre, à une époque où la télévision était encore balbutiante, et où peu de Français avaient l'occasion de voyager. Bien que n'étant pas spécifiquement consacrée à l'automobile cette revue est à cette époque digne d'intérêt car c'est quand même un des rares magazines qui parle régulièrement de voitures avec de bons articles et de belles photos ....





Réalités Magazine est un mensuel d'une centaine de pages plutôt luxueux avec un dos carré, une impression en quadrichromie, et d'un prix plutôt élevé de 590 francs en 1956, soit l'équivalent de 2 dollars ou environ 12 Euros actuels. Chose rare pour l'époque, la revue accorde une large place à la photographie et une grande importance au choix des couvertures. Ainsi parmi ses photographes titulaires, on trouve des stars comme Édouard Boubat, Jean-Philippe Charbonnier, Michel Desjardins, Jean-Louis Swiners, Henri Cartier-Bresson, William Klein, Richard Avedon, ou Robert Doisneau ....





Les fondateurs de Réalités Magazine ayant émis le souhait, après plusieurs années de guerre et de restrictions, d'offrir à leur lectorat une information fiable, avec une ouverture sur l'extérieur qui soit objective, positive et de qualité, il en fut de même pour la section automobile qui occupait suivant chaque numéros entre 20 et 25 % de la pagination totale. Cette formule éditoriale eut du succès pendant plus de deux décennies. Réalités, revue illustrée influente dans la France des années 1950 à 1970, s'écoulait alors en moyenne à 160.000 exemplaires ....





Poussé par d'autres publications concurrentes, Réalités Magazine va se voir contraint de proposer à ses lecteurs en octobre un numéro essentiellement consacré à l'actualité du Salon de l'Automobile de Paris. Pour cette occasion, la quasi totalité de la pagination de la revue sera essentiellement consacré à l'automobile et des journalistes spécialisés de renom comme par exemple Charles Faroux écrirons les articles les plus importants. Le magazine va également faire appel à des illustrateurs spécialisés comme habituellement à l'époque tels que Géo Ham ou Alex Kow par exemple ....





En 1965, Réalités Magazine change de format pour des raisons économiques et fatalement devient aussi visuellement moins intéressant. Pour tenter d'endiguer le déclin, la revue passe sous la direction de Robert Salmon mais rien n'y fait. N’ayant pas réussi à saisir et comprendre les bouleversements induits par les évènements de 1968, Réalités est devenu aux yeux des publicitaires une revue «bourgeoise et ringarde». En une dizaine d'années, la télévision a tué à petit feu ces magazines en images et donc criblé de dettes, Réalités Magazine cessera finalement de paraître en décembre 1978 avec le numéro 390 ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carcatalog © - DocPresse






JPBlogAuto

vendredi 15 février 2019

La F1 Vaillante-Crosslé à Rétromobile 2019






g


Rétromobile 2019 est la 44e édition du salon automobile qui est consacré aux voitures anciennes et à l’ensemble des thèmes de la voiture de collection. Il se tient au Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, en France. Cette édition fête deux anniversaires prestigieux, les 100 ans de Citroën avec une exposition intitulée « Origins Since 1919 », mais aussi les 100 ans de Bentley la vénérable marque britannique ....





Rétromobile c'est Le rendez-vous annuel pour tous les passionnés d’automobile à ne surtout pas manquer. Les différents pavillons abritent des trésors automobiles pour le plus grand bonheur des 120 000 hommes et femmes visiteurs du monde entier. L’inédit, l’extraordinaire et l’inattendu se disputent la vedette, mais c’est la passion qui est finalement le dénominateur commun de ce salon hors du commun. En ces temps moroses, c'est le moyen de voyager dans le temps ou d'assouvir votre passion. Rêver, s’extasier, s’informer, investir, aller à la rencontre des artistes, constructeurs, clubs, fédérations, vendeurs de pièces détachées et de miniatures, restaurateurs, marchands d’automobile, tout est permis car Rétromobile c'est :

  • 650 exposants
  • 72 000 m² d'exposition
  • 600 voitures exposées
  • Plus de 100 clubs présents
  • Des constructeurs
  • Des clubs et fédérations
  • Des organisateurs d'événements
  • Des médias
  • Des marchands d'automobilia
  • Des marchands de pièces détachées et l'outillage
  • Des marchands de véhicules
  • Des maisons de ventes aux enchères
  • Des restaurateurs carrossiers
  • Des restaurateurs mécaniciens
  • Des assureurs
  • Des galeries d'art automobile ....






Parmi les nombreuses voitures de collection présentes à la Porte de Versailles, une petite monoplace bleue a braqué les projecteurs sur elle. Grâce aux efforts du Studio Graton et son directeur du développement Jean-Louis Dauger, le petit constructeur Crosslé et la Classic Racing School, une « vraie » Vaillante sentant bon la compétition des années 60 a été présentée ....





En effet, dans le carré des artistes, le stand Michel Vaillant qui expose ses superbes Art Strips (reproductions très qualitatives de dessins tirés de l’œuvre du dessinateur Jean Graton) est l’un des plus fréquentés. Et, surprise pour les visiteurs de Rétromobile : la présentation du premier exemplaire d’une « vraie » Vaillante terminée il y a quelques jours seulement. Basée sur une Crosslé 90F, cette jolie petite machine bleue de France a été inspirée des Vaillante de Formule 1 que l'on découvre dans l’album « L’honneur du samouraï » sorti en 1964 ....





Dans ce dixième tome de la saga, Michel Vaillant et Steve Warson doivent affronter un singulier pilote japonais nommé Yori Yoshisa qui pilote une Lotus équipée d’un moteur Honda. Un adversaire qui leur donnera bien du fil à retordre et deviendra plus tard leur allié ....





A l’instar de la Vaillante Grand Défi du début des années 2000, aujourd'hui la superbe « Vaillante - Crosslé » est un passage fidèle de la fiction à la réalité où jouer aux sept erreurs est presque mission impossible. Le logo du plus célèbre des constructeurs de bande dessinée est omniprésent jusqu’au pommeau de levier de vitesse en passant par le harnais ou le centre du volant ....





Cette petite entreprise basée en Irlande du Nord fabrique depuis les années 50 des voitures de course, notamment pour les championnats de Formule Ford. Cette belle Vaillante vintage sera produite à 13 exemplaires seulement et pas un de plus ne seront construits. Un chiffre chargé en symboles pour les fans les plus fidèles de Michel Vaillant. Jean-Louis Dauger, responsable du développement de Michel Vaillant, et Paul McMorran, patron de Crosslé, sont assez fiers de leur coup ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - SpeedMag
© - Crosslé © - F1i © - ArtStrips






JPBlogAuto

- page 1 de 33