@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Salon

Fil des billets

vendredi 25 octobre 2019

Benoît Deliège - Artiste Peintre









Benoît Deliège est un artiste peintre Belge renommé très talentueux qui est né à deux pas du mythique circuit de Spa-Francorchamps dans la province de Liège en Belgique. Il vit actuellement à Polleur qui est une section de la commune belge de Theux située en Région wallonne dans la province de Liège ....





Ce haut lieu de la course automobile baptisé " Le Toboggan des Ardennes " a donc bercé l'enfance de Benoît Deliège et cette ambiance fascinante de la compétition automobile lui a tout naturellement donné le goût des belles voitures, de la vitesse et de la compétition. Toutes ces émotions et sensations fortes de l'adolescence ne seront jamais oubliées et serviront plus tard à raconter de merveilleuses histoires dans chacune de ses œuvres ....





Benoît Deliège a durant son adolescence suivi un parcours scolaire plutôt classique. Captivé très tôt pour le dessin en général, il à effectué des études supérieures artistiques d'Arts Graphiques qui le destine à une carrière dans la publicité, métier qu'il exerce toujours à l'heure actuelle au sein de son agence ....


note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif


Benoît Deliège dit de lui : « Depuis mon enfance, si loin dont je me souvienne, j’ai toujours été attiré par le dessin, les couleurs, l’image, l’illustration. Reproduire ce que mon cerveau a capté pendant une journée, un moment, une heure me plaît. L’image m’intéresse plus que tout car elle doit raconter un bout d’histoire, un moment, une atmosphère, une ambiance, une émotion. Et parce que le circuit de Francorchamps a baigné mon enfance et ensuite mon adolescence, le sujet d’illustration est devenu évident, dessiner puis peindre des automobiles en action. La vitesse devient un maître mot. Capter sur la toile ou le papier cet instant fugace devient une nécessité  » ....


note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif


Les œuvres admirables de Benoît Deliège sont disponibles, en édition originale ou limitée. Ce n'est qu'au milieu des années 90 que l'artiste a créé sa propre maison d'édition afin de commercialiser ses créations au plus grand nombre de passionnés amateurs de compétition automobile. S'adonnant avant tout à la peinture par simple plaisir, Benoît Deliège honore aussi des commandes privées pour des particuliers ou des institutions ....





Chez Benoît Deliège, tout ce travail rentre dans le registre du logique, du banal puisque justement ce n'est plus un travail mais une passion. Pour le spectateur, c’est déjà plus troublant, car les œuvres produites sont vraiment inattendues tant elles sont variées et inhabituelles. De l’action, le spectateur passe directement à l’émotion car le sport automobile est d’abord une histoire d’homme avec ses joies et ses drames, cette vie qui peux basculer en une fraction de seconde. Le public aime l'artiste qui laisse vivre mon pinceau sur la toile pour raconter cette histoire ....


note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif note5.gif



Combinant avec bonheur le réalisme et l'interprétation graphique, Benoît Deliège illustre des scènes de courses chargées d'émotion, nous faisant revivre ainsi l'aspect saisissant, dangereux voire tragique du sport automobile, avec toujours ce souci du décor naturel, son dada et ce rendu surprenant si particulier qu’il parvient à donner à l’aquarelle, à l’acrylique ou au crayon. C’est ici que la sensibilité de l’artiste se révèle, et qu’il restitue si bien ce sport que nous aimons tous. Benoît Deliège fait partie des tout grands artistes en ce domaine particulier et spectaculaire qu’est l’art automobile ....





Benoît Deliège compte parmi ses clients des noms prestigieux comme Paul Frère, Henri Pescarolo, Jurgen Barth, Jacky Ickx, Sirling Moss, Mario Andretti, Jochen Mass, Derek Bell ou encore Eric van de Poele et bien d'autres. Les œuvres de Benoît Deliège sont très régulièrement exposées dans des cadres bien adaptés comme par exemple les 24h du Mans, les 24h de Spa en passant par le salon Interclassics Brussels ou le salon EpoquAuto ou encore le salon Rétromobile ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - YouTube
© - Benoît Deliège © - Pinterest © - Vedia



"Les Héros de Francorchamps", de Benoît Deliège ...






JPBlogAuto

vendredi 13 septembre 2019

François de la Cloche - Artiste Peintre









François de la Cloche est un artiste peintre et illustrateur Français talentueux né en 1954 et vivant à Chaumont-en-Vexin une petite commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. C'est un artiste assez particulier et plutôt atypique puisqu'il ne propose quasi exclusivement que des œuvres consacrées au " Monde Automobile " réalisées principalement au crayon de couleur ....





Depuis sa plus tendre enfance, François de la Cloche est un véritable passionné d’automobile. Après avoir effectué un parcours scolaire tout à fait classique, il va enchainer sur des études supérieures qui vont lui permettre d'obtenir un diplôme de l’ENSAAMA (l’Ecole Nationale Supérieure des Art Appliqués à l’industrie et des Métiers d’Art). Ce cursus scolaire va lui permettre de trouver rapidement du travail dans les années 70 dans le marketing automobile auprès du constructeur Simca puis après sa disparition chez Peugeot ....





Entrepreneur dans l’âme, François de la Cloche va ensuite poursuivre son parcours professionnel en prenant en charge une concession automobile, toujours pour la marque au lion. Lorsque soudainement en 2005, poussé par sa famille et ses amis, il décide de changer de vie et de voie et se réoriente vers son amour de toujours, l’art. Mais pas question pour lui d’abandonner pour autant les belles mécaniques. Il allait combiner les deux ....





François de la Cloche réalise depuis des œuvres colorées dont la particularité est d’être faites au crayon de couleur " polychromos de chez Faber Castel ". Les spécialiste connaissent bien ce type de crayons dont les couleurs intenses et les pigments résistent à l’eau et à la lumière, assurant la stabilité de l’œuvre. Quant à ses profonds reflets issus de la composition unique de la mine, ils permettent de subtils jeux de transparence ....





François de la Cloche décline donc de superbes œuvres mettant en lumière une voiture, toujours associée à un décor principalement au crayon de couleur, mais quelquefois aussi au simple crayon de papier Conté ou également à la sanguine. Ce décor peut être des chefs d’œuvre architecturaux historiques ou en rapport avec l’époque de la voiture illustrée, mais aussi des situations dans la nature (arbres en fleurs, couchers de soleil, neige) ou encore d’autre objets mobiles en arrière-plan. La passion du détail anime toujours François de la Cloche que ce soit pour des travaux sur commande ou pour des affiches. Ainsi, il pourra passer des heures à reproduire les rayons d’une roue Borrani, ou les reflets de lumière sur une aile avant de Bugatti ....





François de la Cloche ne se limite pas aux belles anciennes, comme les Ferrari, Bugatti, Hispano, mais s’intéresse aussi aux plus populaires comme par exemple les Peugeot 404 Cabriolet ou Ford Vendôme. Selon l’inspiration ou les commandes, les Supercars modernes sont aussi à l’honneur comme par exemple les Mercedes SLS ou Porsche 911. Son travail étant tellement précis et méticuleux, il ne réalise que seulement six à huit compositions par an. Mais certaines sont devenues maintenant célèbres, ayant été reproduite dans la presse comme par exemple la " Ferrari devant la Villa d’Este ". ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - François de la Cloche © - AutoNews






JPBlogAuto

vendredi 26 avril 2019

Réalités Magazine






real00.jpg


Réalités est un ancien magazine français grand public, totalement indépendant, de l'après Seconde Guerre mondiale fondé en février 1946 et disparu en 1978. Fondée par Humbert Frèrejean et Didier-W Rémon, avec pour rédacteur en chef Alfred Max, c'était le titre phare édité par le groupe de presse la SEPE qui s'inspirait dans l'esprit de l'hebdomadaire américain illustré Life et préfigurait des titres plus contemporains comme le Figaro Magazine et donc s'adressait à un lectorat plutôt bourgeois ....





Réalités Magazine voyait le jour après guerre, à une époque où la télévision était encore balbutiante, et où peu de Français avaient l'occasion de voyager. Bien que n'étant pas spécifiquement consacrée à l'automobile cette revue est à cette époque digne d'intérêt car c'est quand même un des rares magazines qui parle régulièrement de voitures avec de bons articles et de belles photos ....





Réalités Magazine est un mensuel d'une centaine de pages plutôt luxueux avec un dos carré, une impression en quadrichromie, et d'un prix plutôt élevé de 590 francs en 1956, soit l'équivalent de 2 dollars ou environ 12 Euros actuels. Chose rare pour l'époque, la revue accorde une large place à la photographie et une grande importance au choix des couvertures. Ainsi parmi ses photographes titulaires, on trouve des stars comme Édouard Boubat, Jean-Philippe Charbonnier, Michel Desjardins, Jean-Louis Swiners, Henri Cartier-Bresson, William Klein, Richard Avedon, ou Robert Doisneau ....





Les fondateurs de Réalités Magazine ayant émis le souhait, après plusieurs années de guerre et de restrictions, d'offrir à leur lectorat une information fiable, avec une ouverture sur l'extérieur qui soit objective, positive et de qualité, il en fut de même pour la section automobile qui occupait suivant chaque numéros entre 20 et 25 % de la pagination totale. Cette formule éditoriale eut du succès pendant plus de deux décennies. Réalités, revue illustrée influente dans la France des années 1950 à 1970, s'écoulait alors en moyenne à 160.000 exemplaires ....





Poussé par d'autres publications concurrentes, Réalités Magazine va se voir contraint de proposer à ses lecteurs en octobre un numéro essentiellement consacré à l'actualité du Salon de l'Automobile de Paris. Pour cette occasion, la quasi totalité de la pagination de la revue sera essentiellement consacré à l'automobile et des journalistes spécialisés de renom comme par exemple Charles Faroux écrirons les articles les plus importants. Le magazine va également faire appel à des illustrateurs spécialisés comme habituellement à l'époque tels que Géo Ham ou Alex Kow par exemple ....





En 1965, Réalités Magazine change de format pour des raisons économiques et fatalement devient aussi visuellement moins intéressant. Pour tenter d'endiguer le déclin, la revue passe sous la direction de Robert Salmon mais rien n'y fait. N’ayant pas réussi à saisir et comprendre les bouleversements induits par les évènements de 1968, Réalités est devenu aux yeux des publicitaires une revue «bourgeoise et ringarde». En une dizaine d'années, la télévision a tué à petit feu ces magazines en images et donc criblé de dettes, Réalités Magazine cessera finalement de paraître en décembre 1978 avec le numéro 390 ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carcatalog © - DocPresse






JPBlogAuto

- page 1 de 33