@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Sebastian Vettel

Fil des billets

vendredi 29 septembre 2017

Grand Prix de Monaco de Formule 1






gp00.jpg


Le Grand Prix de Monaco est une des plus anciennes et l'une des trois courses les plus prestigieuses au monde, disputée en Principauté de Monaco, sur un circuit urbain conçu en 1929, par Antony Noghes fils du président de l'Automobile Club de Monaco, sous les auspices du Prince Louis II de Monaco. Cette création répondait au défi d'organiser une compétition sur le territoire exigu de Monaco, environ 1,5 km2 à l'époque, condition requise par la Commission Sportive Internationale pour que l'Automobile Club de Monaco soit désormais reconnu internationalement ....


gp01.jpg


Le 14 Avril 1929, le Prince Pierre inaugure, par un tour d’honneur effectué à bord d’une Torpedo Voisin, conduite par Charles Faroux, directeur de course, le circuit du 1er Grand Prix de Monaco. Il y avait seulement 16 voitures sur la grille de départ tirée au sort, 8 Bugatti, 3 Alfa Romeo, 2 Maserati, 1 Licorne, 2 Mercedes SSK qui ont mis tout Monaco en émoi. Le pilote Anglais Grover Williams gagne ce tout premier Grand Prix sur une Bugatti 35 B de couleur verte en 3h56’11 en ayant effectué les 100 tours à une vitesse moyenne de 80,194 k/h. La course remporta un succès triomphal qui ira grandissant au fil du temps comme en témoignent les quelques 80 affiches officielles que je vous présente ici classées années par années. Des années 30 aux environ des années 70, ces superbes affiches vintage et très kitch sont dessinées par des artistes talentueux de renom comme Géo Ham, Alex Kow, André Bermond, Falcucci, Luc Barbier, Théo Roger ou Michael Turner. Ensuite avec l'aire de la PAO, elles ne seront plus que "photo-composées" et seront donc bien moins courtisées par les collectionneurs qui préfèrent l'époque vintage ....





Interrompue pendant la guerre de 1938 à 1947, le Grand Prix de Monaco reprend en 1948 pour ne plus jamais s'effacer du calendrier. Le 21 mai 1950, le circuit accueille la seconde manche du tout nouveau et premier championnat du monde des conducteurs, enlevée par l'Alfa Romeo de Juan Manuel Fangio. Le circuit serpente autour du port Hercule, dans les rues de Monte-Carlo et de La Condamine, enchaînant les virages serrés au milieu de rails de protection. Il n'y a aucun espace de dégagement entre la piste et ceux-ci ce qui implique la présence de grues à plusieurs endroits pour dégager les monoplaces accidentées au plus vite. La piste étroite est exigeante et rend les dépassements difficiles cependant, au fil des années, l'Automobile Club a apporté des améliorations constantes notamment en ce qui concerne l'aménagement des nouveaux stands de ravitaillement ....





De nos jours, parmi toutes les courses du calendrier de Formule 1, aucun circuit ne peut vraiment atteindre le niveau d’excellence, d’élégance et de technicité du Grand Prix de Monaco. De la place du Casino jusqu’à l’épingle la plus célèbre du monde, en passant le tunnel et en longeant les luxueux yachts amarrés dans le port, le circuit de Monte-Carlo est un tracé de légende aux virages remplis d’histoire. Extrêmement éprouvant pour les pilotes comme pour les écuries, le circuit de Monte-Carlo, niché au cœur des rues élégantes de la Principauté, a nourri les rêves d’amateurs de sport automobile pendant des décennies. Pour certains pilotes, remporter le Grand Prix de Monaco est d’autant plus prestigieux qu’il est extrêmement difficile d’effectuer des dépassements dans ce tracé étroit et compliqué à appréhender ou il faut jouer l'équilibriste entre les rails. La concentration doit rester au maximum, l'effort est constant et soutenu sur toute la longueur de la course, le calme et la maitrise de soi est absolument nécessaire et tous espèrent que la pluie ne viendra pas compliquer les choses ....





L'aura du Grand Prix de Monaco, le glamour et la passion qu'il inspire en font un événement incontournable de chaque saison de Formule 1. Seuls les plus grands pilotes se sont imposés à plusieurs reprises sur ce circuit de légende et ils ne sont pas si nombreux, seulement une quinzaine en plus de 75 ans :

  • 6 victoires - Brésil - Ayrton Senna 1987, 1989, 1990, 1991, 1992, 1993
  • 5 victoires - Royaume-Uni - Graham Hill 1963, 1964, 1965, 1968, 1969
  • 5 victoires - Allemagne - Michael Schumacher 1994, 1995, 1997, 1999, 2001
  • 4 victoires - France - Alain Prost 1984, 1985, 1986, 1988
  • 3 victoires - Royaume-Uni - Stirling Moss 1956, 1960, 1961
  • 3 victoires - Royaume-Uni - Jackie Stewart 1966, 1971, 1973
  • 3 victoires - Allemagne - Nico Rosberg 2013, 2014, 2015
  • 2 victoires - Argentine - Juan Manuel Fangio 1950, 1957
  • 2 victoires - France - Maurice Trintignant 1955, 1958
  • 2 victoires - Autriche - Niki Lauda 1975, 1976
  • 2 victoires - Afrique du sud - Jody Scheckter 1977, 1979
  • 2 victoires - Royaume-Uni - David Coulthard 2000, 2002
  • 2 victoires - Espagne - Fernando Alonso 2006, 2007
  • 2 victoires - Royaume-Uni - Lewis Hamilton 2008, 2016
  • 2 victoires - Australie - Mark Webber 2010, 2012
  • 2 victoires - Allemagne - Sebastian Vettel 2011, 2017 ....






Depuis le milieu des années 50 à nos jours, les pilotes français qui se sont imposés pour le Grand Prix de Monaco lors d'un championnat du Monde de Formule 1 se comptent sur les doigts d'une seule main, c'est dire la difficulté de l'exercice, le record reviens au quadruple Champion du Monde Alain Prost avec 4 victoires :

  • 1955 - Maurice Trintignant sur Ferrari
  • 1958 - Maurice Trintignant sur Cooper-Climax
  • 1972 - Jean-Pierre Beltoise sur BRM
  • 1978 - Patrick Depailler sur Tyrrell-Ford
  • 1984 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1985 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1986 - Alain Prost sur McLaren-TAG
  • 1988 - Alain Prost sur McLaren-Honda
  • 1996 - Olivier Panis sur Ligier-Mugen Honda ....



gp79.jpg


Pour l'édition 2017, le Grand Prix de Monaco proposait une longueur du circuit de 3.337 km. Les pilotes devaient effectuer 78 tours soit une distance de course de 260,286 km que le vainqueur Sebastian Vettel a réalisé à une vitesse moyenne de 149,105 km/h. Pour ce qui est des records, le meilleur tour en course date de 2004 avec Michael Schumacher sur Ferrari en 1 min 14 s 439, et le record absolu de tous les temps sur un tour le plus rapide du circuit date de 2017 avec Kimi Räikkönen sur Ferrari en 1 min 12 s 178 ....


gp80.jpg




La pole position de Kimi Räikkönen en 2017 ...



Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - ACM © - Formula 1 © - FIA






JPBlogAuto

mercredi 30 septembre 2009

Le Zapping de Septembre 2009



Décidemment la Formule 1 devient folle depuis quelque saisons en s’enlisant dans les affaires . Après l’affaire McLaren qui espionne Ferrari, voici venir l’affaire Renault . Un genre d’imbroglio pas très catholique entre Max Mosley, Nelson Piquet Senior, Nelson Piquet Junior, Pat Symonds, Flavio Briatore et un certain Mr X de chez Renault . Au final Piquet Junior aurait (sur les conseils avisés de Piquet Senior) proposé à Pat Symonds (son directeur technique) une stratégie de course avec crash de sa part au moment propice dans le but de faire gagner Fernando Alonso son équipier étant entendu que cet acte garantissait son maintien dans l’équipe alors que Flavio Briatore devait le licencier vu ses piètres performances . Bilan de l’opération Nelson Piquet cherche un volant, Pat et Flavio ont pris la retraite et Renault cherche un nouveau directeur et un nouveau pilote car Alonso semble partir pour Ferrari, une vraie Sitcom comme à la télé . Pour en revenir au sport, il y avait deux Grand Prix en Septembre, Monza et Singapour, Le temple de la vitesse et la nuit asiatique . En Italie, le team Brawn GP a repris du poil de la bête et le plus ancien de ses pilotes Rubens Barrichello s’est brillamment imposé . Son coéquipier Jenson Button prend la 2° place et Kimi Raikkönen monte sur la troisième marche du podium . A Singapour, c’est au tour de Lewis Hamilton, d’imposer sa McLaren de manière imparable devant Timo Glock et Fernando Alonso, alors que chez Brawn Gp on est à la peine 5° et 6° pour Rubens Barrichello et Jenson Button . BMW et Red Bull marquent le pas ce qui fait qu’au championnat, Jenson Button dispose encore à trois courses de la fin d’une petite avance de 15 points qui semblerait lui suffire . Mathématiquement seul son coéquipier Barichello et le jeune Sebastian Vettel sont encore en course pour la victoire . On devrait y voir un peu plus clair après Suzuka début Octobre . Pour conclure sur une note d’humour, je ne résiste pas au plaisir de publier le dessin de Fizmann qui travaille dans l’excellent magazine Auto Hebdo pour ceux qui ne l’aurait pas vu ….




En Rallye WRC, notre champion national Sébastien Loeb sur sa Citroën C4 après les cinq victoires d’affilé pour les cinq premières manches du championnat a finalement subit un vrai passage à vide en enchaînant les déboires comme il avait enchainé les victoires . En fait son grand rival Mikko Hirvonen vient d’enchainer lui aussi quatre victoires consécutives est vient donc de passer en tête de cinq points sur Sébastien suivi de son coéquipier Dani Sordo . L’équipe Citroën est toujours bien en tête du Championnat constructeur avec 13 points d’avance au compteur sur celui du team Ford qui est deuxième . En Octobre tout ce beau monde va se retrouver pour le Rallye d’Espagne et d’Angleterre . Sébastien Loeb est bien décidé à s’imposer en Espagne pour conserver ses chances de remporter la couronne mondiale en WRC mais malgré tout, le Français sait qu’il doit compter sur le fait que Mikko Hirvonen ne prenne pas la deuxième place pour revenir sur le Finlandais . l’Alsacien sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur s’il veut encore avoir une chance d’être titré au soir du dernier Rallye de Grande Bretagne, mais il sait aussi que s’il venait à s’imposer à deux reprises et que dans le même temps, Mikko Hirvonen terminait à la deuxième place à chaque fois, le Finlandais terminerait la saison avec un point d’avance sur l’Alsacien . La seule solution consiste alors à ce qu’un autre pilote vienne s’intercaler au moins une fois entre eux deux ….


Dans le Championnat WTCC de voitures de Tourisme, en terminant en sixième position à deux reprises à Imola, James Thompson a décroché les premiers points de Lada dans le Championnat du Monde des voitures de tourisme . Deux mois et demi après le lancement de sa nouvelle Priora en WTCC, le constructeur russe confirme ainsi sa montée en puissance . A Imola, Gabriele Tarquini a fait le plus dur en confirmant ses récentes performances, assumer son statut et accroitre son avance en tête du championnat du monde. En partant de la pole, la mission de l’Italien était facilitée . Il parvient à prendre un bon départ, laissant derrière lui les ennuis et en finissant par s’imposer ; Son coéquipier Yvan Muller sur sa Seat a remporté la deuxième course d’Imola, alors qu’il ne s’était plus imposé en WTCC depuis Valence, fin mai ce qui lui permet de rester mathématiquement dans la course au titre . Du côté des pilotes BMW, c’est l’hécatombe, seuls Alex Zanardi et Sergio Hernandez rentrent dans le top 8 mais les leaders habituels, Augusto Farfus et Andy Priaulx, peuvent oublier cette course . Il reste désormais 40 points à distribuer dans les deux dernières courses, à Okayama le 1er novembre et à Macao le 22 novembre . Et le titre devrait donc vraisemblablement se jouer entre les deux pilotes Seat car Augusto Farfus (BMW), qui n'a marqué qu'un point en Italie, est décroché avec 17 points de retard sur Tarquini ….




Tout ça pour ça ....





JPBlogAuto

lundi 31 août 2009

Le Zapping d'Août 2009


Décidemment en Formule 1, cette saison n’arrête pas de nous réserver des surprises et c’est tant mieux pour le sport car ce championnat reste encore incertain alors que l’on disait Brawn GP invincible . Les affaires de changement de pilotes n’ont pas changé la donne tant chez Toro Rosso qui après l’éviction de Sébastien Bourdais, a voir dans ce billet n’a pas trouvé en Jaime Alguersuari son sauveur, ni même chez Ferrari ou le remplacement du malheureux Felipe Massa accidenté par le pilote essayeur maison Luca Badoer n’aura rien montré tant ce dernier est vraiment peu performant . Mais pour revenir au sport, deux Grands Prix ce mois-ci avec Valence en Espagne et Spa en Belgique . Sur le circuit Catalan, on assiste à un nouveau changement des valeurs, a savoir Rubens Barrichello qui reprend le pouvoir et place sa Brawn GP sur la plus haute marche du podium contrairement à son coéquipier Jenson Button qui n’arrive pas à faire fonctionner correctement ses pneus et ne fini qu’à la 7° place . Heureusement pour Jenson, les deux pilotes Mark Webber et Sebastian Vettel qui avaient brillé en Allemagne et en Angleterre ne rentrent pas dans les points . Le Team Brawn GP est toujours à la peine et son leader au championnat Jenson Button se laisse rattraper . Dans le wagon des poursuivants ont trouve Ferrari, et McLaren qui progressent eux aussi avec Lewis Hamilton second sur sa McLaren et Ferrari avec Kimi Raikkönen qui monte sur la troisième marche du podium . La semaine suivante, encore une révolution avec l’incroyable pôle position de la Force India du quasi retraité Giancarlo Fisichella qui va finir deuxième de la course et le réveil du Maître des Ardennes Kimi Raikkönen qui va l’emporter avec talent . Seul Vettel va limiter les dégâts pour Red Bull en finissant troisième . Pour les autres, Mark Webber, Jenson Button, Lewis Hamilton, Fernando Alonso, Rubens Barrichello ou Jarno Trulli c’est la bérézina . A noter cependant le réveil tardif du team BMW qui place ses deux pilotes 4 et 5° . Bilan après les vacances estivales, le britannique Jenson Button est toujours leader du championnat mais son avance fond comme neige au soleil . Red Bull semble avoir progressé et reviens à grand pas sur Brawn GP . Ferrari et McLaren semblent avoir retrouvé de la performance pour tenter d’être la troisième force et rentrer plus régulièrement dans les points, mais les surprises comme Force India et BMW pourraient encore troubler l’issue de cette saison qui était déjà incertaine . Finalement ce championnat est vraiment passionnant et la suite promet encore du sport ….

En Rallye WRC, notre champion national Sébastien Loeb sur sa Citroën C4 vient de finir second du Rallye de Finlande sur les terres de son rival le plus sérieux au championnat Mikko Hirvonen qui remporte cette victoire à la maison . Après les cinq victoires d’affilé pour les cinq premières manches du championnat, Sébastien s’était incliné en Mai au Rallye d’Italie ou il termine quatrième en ayant eu des soucis techniques, et le mois de Juin à été pour lui un véritable cauchemar, iI fallait bien que ça arrive un jour ou l’autre . Au Rallye de Grêce, après avoir touché une souche Sébastien abandonne, et en Pologne après beaucoup d’ennuis il ne fini que 7° . Un mois de Juin à oublier très vite car au Championnat du Monde, Mikko Hirvonen est passé en tête de trois points sur Sébastien suivi de son coéquipier Dani Sordo qui lui compte 24 points de retard . L’équipe Citroën est toujours bien en tête du Championnat constructeur avec 109 points au compteur contre 105 points à celui du team Ford qui est deuxième . En Septembre tout ce beau monde va se retrouver pour le Rallye d’Australie . Sur un tout nouveau parcours autour de la ville de Kingscliff en Nouvelle-Galles du Sud, Sébastien Loeb devra relever un sacré défi sur des routes que tout le monde découvre . l’Alsacien sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur s’il veut encore avoir une chance d’être titré au soir du dernier Rallye de Grande Bretagne, mais il sait aussi qu’il aura affaire à un adversaire motivé et particulièrement performant lorsqu’il s’agit de découvrir un nouveau tracé. Courage Sébastien rien n’est perdu ….

Dans le Championnat WTCC de voitures de Tourisme, en Août c’était la pause pour les vacances . Le plateau au grand complet se retrouvera en Septembre en Allemagne . A quatre épreuves du terme de la saison, rien n’est encore décidé . Si Yvan Muller sur sa Seat mène le championnat, les poursuivants n’ont pas dit leur dernier mot à l’image d’Augusto Farfus sur BMW, revenu à six points à la faveur de sa victoire à Brands Hatch, mi-juillet . Vainqueur des trois premiers championnats WTCC entre 2005 et 2007, l’autre pilote BMW Andy Priaulx ne croit plus en ses chances d’aller coiffer une nouvelle couronne en fin d’année . Grâce à sa régularité dans les moments difficiles, Yvan Muller, garde la tête du championnat avec encore 5 points d’avance sur son coéquipier Gabriele Tarquini et 6 points d’avance sur la première BMW celle de Augusto Farfus, mais il reste lucide et déclare : « Oschersleben n’est pas un circuit qui nous sera super favorable, il faudra essayer de limiter les dégâts en Allemagne . Pour la suite, honnêtement, je pense que ça sera très compliqué car nous vivons sur nos acquis et sur les erreurs qu’ont pu commettre nos adversaires, mais nos voitures, du fait des dispositions règlementaires qui ont été prises en cours de saison, ne sont plus en mesure d’imposer leur loi . » A suivre, ça promet d’être chaud ….




Kimi Raikkönen à Spa, c’est ça ....





JPBlogAuto