@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Skoda

Fil des billets

vendredi 23 février 2018

Vaclav Zapadlik - Artiste Peintre









Vaclav Zapadlik est un artiste peintre et illustrateur tchèque né à Prague le 23 Septembre 1943, spécialisé dans le dessin et la peinture de voitures historiques, en particulier des années 1940 aux années 1970. Né dans un milieu très industriel et autodidacte en dessin, il se passionne très jeune pour les automobiles mais vivant derrière le rideau de fer il ne pourra pas dessiner librement ses automobiles préférées sous peine de se voir accuser de traîtrise au régime politique en vigueur dans son pays. Il va cependant devenir plus tard dessinateur automobile, et même le plus renommé de toute l’Europe de l’Est ....





Pour Vaclav Zapadlik, artiste de la République Tchèque, persécuté par la politique et étouffé par les bureaucrates dans son travail, l'art automobile était une passion, une pratique qui non seulement préserverait sa passion pour les automobiles, mais aussi l'aiderait dans son exode pour mieux vivre à l'Ouest car il allait en faire à force de persévérance et d'acharnement son métier. En fait comme tous les autres artistes de l'automobile il est doté d'une profonde connaissance de l'histoire de l'automobile et du désir de partager cette passion avec le reste du monde ....







Les dessins de Vaclav Zapadlik sont véritablement captivants et connus de tous les fans de voitures anciennes. Ces illustrations montrent les plus belles carrosseries vintage, des carrosseries faites « sur-mesure ». Souvent l’auteur a dû s’appuyer sur des documents rares et il a essayé de placer chaque voiture sous un angle permettant de détacher au mieux leurs lignes gracieuses. Un travail difficile ayant exigé de nombreuses heures de patience et beaucoup de recherche et de documentation ....





Tous les passionnés de vieilles voitures sont sans cesse surpris des compétences artistiques de Vaclav Zapadlik et de son sens aigu des détails, de la minutie employée dans chaque partie du dessin et de leur étonnant réalisme. Dans chaque œuvre, l’auteur a placé non seulement son talent et son savoir-faire mais aussi une partie de cet amour nourri depuis des décennies pour les voitures de son pays. Et année après année ses dessins charment toujours plus d’amateurs émerveillés par la beauté de son travail ....





Malheureusement longtemps considéré comme une menace pour le mode de vie communiste, plusieurs des premières œuvres de Vaclav Zapadlik pourtant exceptionnelles ont été brûlées par des autorités enragées au simple motif qu'un drapeau américain figurait dans le dessin ce qui dans le contexte était considéré comme un véritable crime odieux contre l'État. Ses toiles de vieilles voitures ne sont pas seulement techniquement parfaites, elles ont leur poésie grâce aux élégantes réflexions de la lumière savamment représentées sur la carrosserie chromée. Dans son domaine, il n'a pas de véritable concurrence, mais il est beaucoup plus connu parmi les fans d'automobiles vintage anciennes que dans les milieux artistiques traditionnels ....





La vie de Vaclav Zapadlik va réellement basculer lorsqu’en 1990 il se rend à Retromobile avec une douzaine de toiles sous le bras. Là il se fait repérer par deux personnes, Don Williams, l’un des plus grand collectionneurs d’automobiles anciennes au monde et Lorin Tryon, instigateur du concours d'élégance automobile de Pebble Beach. Pour Vaclav, homme doux et humble, sa bonne nature voulait seulement savoir si d'autres aimeraient autant son travail que lui. Les deux mécènes ont rencontré un artiste souriant, aux lunettes avec la moustache noire et ont immédiatement été très impressionnés par la qualité de l'œuvre qu'il avait présentée. Pris sous leur aile Zapadlik va finalement devenir rapidement un artiste mondialement reconnu ....





Vaclav Zapadlik qui s'est installé maintenant en Europe a une vie active professionnelle très productive en tant qu'artiste automobile et de multiples exemples de son travail peuvent être trouvés dans de très nombreuses collections. Ses œuvres sont maintenant montrées à des expositions permanentes dans plusieurs musées étrangers, en particulier aux États - Unis. Il a également coopéré avec le prestigieux Blackhawk Automotive Museum à San Francisco. Dans les années 70, il a commencé à être sollicité pour imprimer ses dessins de voitures dans plusieurs revues et magazines automobile. Juste retour des choses, il a même connu son heure de gloire en URSS grâce à son album « Les gagnants du temps » qui a été publié en 1987 et qui contient 25 "portraits" de plusieurs voitures particulières de l’apogée de l’industrie automobile Tchécoslovaque de 1920 à 1940. Outre des marques bien connues comme Skoda, Tatra, Praga, on y découvre des raretés comme des Aero, Walter ou Wikov. Cerise sur le gâteau en guise de revanche, depuis 2012, la Poste Tchèque a publié, selon ses dessins, des timbres qui ont été édités jusqu'en 2016 ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Wallcoo - © Vaclav Zapadlik



Vaclav Zapadlik - Artiste Peintre ...






JPBlogAuto

vendredi 18 septembre 2015

Jean Graton Designer







graton00.jpg



graton01.jpg



Jean Graton, est né le 10 août 1923 à Nantes dans la Loire-Atlantique en France, c'est un scénariste, dessinateur, artiste et designer français. Il a créé la bande dessinée Michel Vaillant dans le Journal de Tintin en 1957. La série, qui compte plus de soixante-dix albums, est à l'origine de la vocation de nombreux pilotes de course et elle a inspiré des séries télévisées et un film de cinéma. Il devient même l’ami de nombreux pilotes, comme par exemple les célèbres Jacky Ickx ou Alain Prost, qui avoueront devoir leur vocation à la lecture de ses albums de Michel Vaillant ....


graton06.jpg graton07.jpg


En 1947, Jean Graton quitte sa Bretagne natale et débarque à Bruxelles ou il commence assez rapidement par réaliser des dessins pour le Journal Les Sports. Deux ans plus tard, il illustre des Histoires de l’Oncle Paul, récits complets en quatre pages à vocation éducative et documentaire pour le Journal Spirou. Mais sa véritable passion c'est l'automobile et aussi bien sur les courses automobiles. Ce n'est qu'à partir de 1957, que Jean Graton va pouvoir assouvir cette passion dans le Journal de Tintin en imaginant un univers formidablement riche et cohérent qui se passe réellement dans le milieu automobile, la saga Michel Vaillant était née ....


graton08.jpg graton09.jpg


Le véritable coup de génie de Jean Graton est d'avoir su très habillement mêler les personnages fictifs qu'il avait inventé pour ses histoires avec le monde réel des courses automobiles, des circuits, et des véritables pilotes en exercice pour chaque époque. Ainsi son Michel Vaillant va faire des courses contre Fangio, Stewart, Hill, Senna, Prost, ou Hamilton. Il va donc emmener ses lecteurs sur les circuits d'Europe et d'Amérique comme Sebring, Le Mans, Indianapolis, ou Monaco, qu'il va aussi représenter avec énormément de réalisme et de minutie, les lecteurs vont adorer. Pour que tout soit crédible, Jean Graton va même se transformer en véritable "Designer Automobile" pour imaginer une nouvelle marque de voitures " Vaillante ", qui donnera le jour à une gamme de modèles de compétition et de tourisme ....


graton10.jpg graton11.jpg


En scénariste avisé, Jean Graton va créer son écurie de course "Vaillante" et va lui adjoindre un adversaire qui aura le rôle du méchant le team "Leader". Cette longue saga va au final réclamer beaucoup d'imagination et énormément de travail pour inventer et designer plus de 150 voitures différentes. Jean va donc se trouver dans l'obligation de constituer une petite équipe pour l'assister, le "Studio Graton" qui au fil des décennies verra défiler des assistants talentueux comme Christian Denayer, Daniel Bouchez, Claude Viseur, Nedzad Kamenica, Christian Papazoglakis, ou Guillaume Lopez. Un certain Luc Donckerwolke designer Belge de talent et ami personnel de Jean Graton, celui la même qui œuvre dans le groupe Volkswagen pour des marques comme Audi, Skoda, Seat, Lamborghini ou Bentley, a aussi été pigiste de luxe pour aider à designer certaines Vaillante dans quelques albums. Finalement le superbe Design de toutes ces merveilleuses voitures va grandement participer au succès de Jean Graton et de son héros le pilote Michel Vaillant ....


graton12.jpg graton13.jpg


Voici une sélection d'une cinquantaine de modèles les plus réussis :



graton02.jpg graton03.jpg


Le public est conquis, et tout un univers se développera au fil des albums autour des usines Vaillante. Cette passionnante reconstitution romancée des compétitions automobiles réelles depuis les années cinquante ne laissera pas les médias insensibles et la presse automobile spécialisée louera même le talent de designer de Jean Graton à maintes reprises. Il était donc logique que plusieurs marques réelles comme Honda, Seat, BMW, Skoda, Chevrolet ou Peugeot veuillent associer leur nom à ce phénomène. Ainsi on verra rouler sur nos routes certaines de leurs voitures badgées "Vaillante" ou même courir sur circuits en compétition d'autres voitures entièrement décorées aux couleurs "Vaillante", la fiction se mélange à la réalité ....


graton04.jpg graton05.jpg


Ainsi cerise sur le gâteau, les Vaillante conçues et dessinées par Jean Graton vont véritablement courir en compétition aux 24 Heures du Mans, aux 24 Heures de Spa Francorchamps, aux 24 Heures de Barcelone ou dans le monde entier en Championnat WTCC, une véritable consécration. Cette reconnaissance sera même complétée par une série télévisée et un film cinéma réalisé par Luc Besson. En 2009 sera créé à Bruxelles la Fondation Jean Graton qui a pour but la conservation, la pérennité, et le développement de la notoriété de l’œuvre ce qui a permis à Jean Graton de faire son entrée dans le monde de l'Art Contemporain avec les premiers "Michel Vaillant Art Strips" qui sont des adaptations de dessins retravaillés et mis en valeur par Dominique Graton, belle-fille de l'artiste et directrice artistique ....


graton14.jpg graton15.jpg


En 2004, Jean Graton décide de s’accorder une retraite bien méritée et arrête de dessiner, laissant crayons et plumes au "Studio Graton" qui se charge désormais de la totalité du travail graphique. La même année, le Ministre de la Culture français le fait Commandeur dans l’Ordre des Arts et Lettres. En 2005, en Belgique cette fois, il devient Chevalier de l’Ordre de Léopold. Maintenant, depuis son lieu de retraite bruxellois confortable, Jean Graton observe avec grand intérêt et aussi bienveillance la suite des aventures de son héros Michel Vaillant dirigé par son fils Philippe Graton qui a pris la succession et soutenu par les éditions Dupuis ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
© Dupuis - © Michel Vaillant - © Fondation Jean Graton




La Vaillante Chevrolet en WTCC ...



La Vaillante Courage aux 24 Heures du Mans ...



Les Vaillante Grand Défi sur le circuit du Mans ...



Michel Vaillant le film de Luc Besson ...





JPBlogAuto

mercredi 22 février 2012

Skoda 1000MB - 1969



SKODA 1000 MB ….







Un des plus gros industriels tchécoslovaque « Skodovy Zavody » construit des véhicules depuis 1925 sous la marque L & K qui va devenir à partir de 1927 après rachat et fusion une marque à part entière « Škoda » . Cette nouvelle production industrielle avec à sa tête le Directeur Emil Škoda va occuper avec succès le créneau de la voiture populaire au point de représenter avec son concurrent Tatra le symbole de l’industrie automobile tchèque . Škoda Auto est donc un constructeur automobile tchèque, créé en 1919, et appartenant depuis 1991 à l’allemand Volkswagen . Si le groupe industriel "Škoda" existe depuis 1869, la division automobile n’apparaît que 50 ans plus tard, et il faudra attendre 1927 pour voir le nom de la marque sur une voiture de série . La division automobile voit le jour en 1919 et pendant sept ans, elle survit grâce à la production de camions . Mais à la fin de l’année 1924, l’entreprise rachète au constructeur français Hispano-Suiza la licence de son torpédo H6B, sorti en 191 ….



Dès années trente à nos jours, « Škoda » n’a cessé de construire des voitures populaires particulièrement économiques et fiables avec une robustesse légendaire qui liée à la nervosité des moteurs en on fait des véhicules vraiment recherchés sortant des usines de Pilsen en République Tchèque . Après la Seconde Guerre mondiale en 1946, le gouvernement de l’époque nationalise l'entreprise qui malgré tout va commencer à lentement diversifier sa gamme . La Škoda 1000 MB (pour 1 000 cm³ et Mlada Boleslav) sort en septembre 1964, et se distingue par sa technique de fabrication en utilisant des matériaux modernes, elle pèse 200 kg de moins que ces devancières . Entièrement nouvelle, cette voiture marque un tournant dans l’histoire de Škoda car c’est également la première Škoda à bénéficier de la nouvelle usine, qui a nécessité l’intervention de 134 fournisseurs étrangers originaires de plus de 15 pays dont Renault, qui a fourni les machines-outils . La principale innovation de la 1000 MB tenait à l'emplacement du moteur à l'arrière, alors que toutes les Škoda antérieures avaient le moteur placé à l'avant, avec un mode de propulsion arrière . Si cette technique paraît totalement obsolète de nos jours, elle faisait encore dans les années 60 les beaux jours de Renault, Simca, Volkswagen, NSU, Hillman ou Fiat . Avec le recul du temps, on s'aperçoit que ce choix technique sur l’étonnante Škoda 1000 MB fut déterminant, car il allait engager la firme tchécoslovaque pour un quart de siècle ….



La gamme Škoda 1000 MB comptera dans ses rangs la MBX un petit coupé, la MBG une berline familiale, et la MBT qui se veut un modèle de base plus abordable . En 1969, le visiteur du Salon de Belgrade découvrira même une version Rallye plus sportive . Si le dessin général de la voiture change légèrement u fil des années, la base technique n’évolue presque pas, le moteur restant toujours à l’arrière sur toutes les versions . D’ailleurs, l’usine fête la sortie de la 500.000e Škoda équipée d’un moteur arrière le 11 février 1970 . En septembre de la même année, Škoda présente la 110 R, un coupé dérivé de la 110, qui sera bientôt un succès en Europe de l’Ouest . Surnommé parfois « la Porsche de l’Est », ce joli coupé 2+2 se contentait pourtant d’un modeste quatre cylindres . La première modification cosmétique intervenait en mars 1966 au salon de Genève . L'imposante prise d'air latérale arrière était remplacée par une grille plus sobre, et mieux adaptée à ce type de véhicule . Parallèlement, la puissance du moteur était en augmentation . Au même salon de Genève 1966, Škoda présentait une nouvelle version deux portes, baptisée 1000 MBX dont la puissance bondissait violemment de 4 chevaux sur cette nouvelle version . A partir d'une Škoda 1000 MB, les stylistes de l’usine avait redessiné le pavillon avec une nouvelle lunette arrière, puis ils avaient enlevé le montant latéral central ....



La marque très active en cette fin de décennie modifiait de manière significative l'apparence de ses modèles 1969 de l’insolite Škoda 1000 MB . Une large moulure argentée barrait la largeur de la calandre, le toit perdait sa crête centrale, et les montants de custode s'épaississaient, supprimant du coup la présence de la lunette arrière panoramique . D'un point de vue technique, la fiabilité du moteur était améliorée, ainsi que l'insonorisation de l'habitacle et la protection contre la corrosion . En avril 1969, au salon de Belgrade, le constructeur tchécoslovaque, à l'âme sportive, présentait la 1000 MB Rallye, d'une puissance de 65 chevaux . Quatre projecteurs supplémentaires et une décoration latérale à base de bandes noires et d'inscriptions " Rallye " achevaient de convaincre l'acquéreur hésitant . Encore une fois, plusieurs évolutions esthétiques accompagnaient ces nouveaux modèles, capot avant plat, clignotants dans les pare-chocs, disparition totale des ailerons, feux arrière verticaux remplacés par des feux horizontaux, grille sur tout la largeur arrière sous ces feux, etc ... Dans l'habitacle de la surprenante nouvelle version de la Škoda 1000 MB, on notait une nouvelle planche de bord, tandis que la suppression des passages de roues libérait plus de place pour les passagers ....



A la fin de 1969, avec toutes ces modifications de la gamme, on se serait cru en Amérique . La Škoda 1000 MB devenait S 100 avec le moteur 988 cm3, tandis que la 1100 MB se faisait appeler S 110 avec le 1107 cm3 . L'offre était simplifiée avec la seule présence d'une berline quatre portes, en configuration S 100, S 110 L ou SL . Cette dernière était équipée du moteur du nouveau coupé S 110 R . Le " S " disparaissait peu de temps après de la dénomination, pour ne conserver que le nom de Škoda " 100 " et " 110 ". Pour ce qui est de la mécanique, ce joli coupé 2+2 se contentait pourtant d’un modeste quatre cylindres de 62 chevaux, lui permettant d’atteindre les 100 km/h en 8,5 secondes, et de pousser jusqu’à 145 km/h . La carrière de la 110 prendra fin en 1976, et celle de la 100 en avril 1977. Le coupé 110 R, qui n’a pas encore de successeur dans la nouvelle gamme, ne s’éteindra qu’en 1980, après avoir été produit à 56.902 exemplaires . Aujourd’hui la Škoda 1000 MB est un modèle très Vintage Classic pas très couteux qui justifie cependant sa place en collection ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 988 cm3
  • Puissance : 62 chevaux
  • Vitesse : 145 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 8’’5






La « Škoda 1000 MB », c'est ça ...



La « Škoda 1000 MB », c'est ça ...



La « Škoda 1000 MB », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 4