@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Studebaker

Fil des billets

vendredi 14 décembre 2018

Porsche Taycan - 2018











On ne présente plus la marque d'automobiles Porsche fondée en 1931 et basée en Allemagne à Leipzig et à Zuffenhausen. Porsche est le constructeur le plus rentable de l'histoire de l'industrie automobile qui pourtant est quasiment spécialisé que dans la voiture de sport. Porsche possède un service engineering indépendant très performant qui a fourni des études pour de très nombreuses marques comme par exemple Studebaker, RUF, Seat, Daewoo, Mercedes, Peugeot, Lada, Audi, Volkswagen, Subaru ou même Harley-Davidson ....





Ce puissant service d'engineering du constructeur de Stuttgart s'est donc déjà largement distingué pour la conception d'une longue lignée de sportives de la marque. Mais désormais, il compte bien être à la pointe dans le domaine de la sportive électrique, pour ne pas se faire ravir ce segment de marché par de nouveaux venus comme Tesla, Rimac ou la marque du groupe Volvo, Polestar. Plusieurs essais de motorisations électriques ont déjà été réalisées mais uniquement en hybrides sur la Panaméra, le Cayenne ou la 918 Spyder, mais maintenant Porsche sort le grand jeu en lançant sa toute première voiture 100% électrique baptisée Porsche Taycan ....





La Porsche Taycan est une berline électrique sportive qui sera commercialisée par le constructeur automobile allemand à partir de 2019. C'est le premier modèle 100% électrique du constructeur dévoilé le 10 juin 2018 à l'occasion des festivités du 70e anniversaire de la marque dont le nom signifie d'après Porsche « jeune cheval fougueux ». Avec la Taycan, Porsche joue donc sa crédibilité sur ce nouveau créneau des véhicules sportifs tout électriques. Pour Porsche, le futur est résolument électrique. L'entreprise annonce qu’elle veut passer à l'électromobilité avant tous les autres constructeurs automobiles allemands. Concrètement, d'ici 2025, la moitié des Porsche vendues aura une unité d'entraînement électrique ....





Certains puristes et passionnés de la marque pourraient s'inquiéter et pourtant la Porsche Taycan sera bel et bien une vraie Porsche annonce Stefan Weckbach, le responsable en chef du développement de la première voiture électrique du constructeur allemand. Dans une interview, l’ingénieur allemand s’est confié plus en détail sur l'expérience qu'offrira la future berline électrique à ses occupants : "Elle se conduit et se comporte comme une Porsche et ressemble en tout point de vue à une Porsche." a t-il annoncé. Les ambitions pour la Porsche Taycan sont quant à elles déjà grandes, puisque la firme allemande compte en vendre 20.000 unités par an. À titre de comparaison, cela équivaut aux deux tiers des chiffres de ventes actuels de la best-seller Porsche 911 ....





Pour alimenter la motorisation, cette Porsche Taycan disposera de batteries offrant un niveau de puissance de 270 watts par kilo et fonctionnant en 800 volts. Concrètement, il s’agit d’accumulateurs de très haut vol au lithium-ion lui permettant de disposer d'une autonomie de 500 kilomètres. La batterie, de 300 kg, est constituée de 200 cellules fonctionnant sous 4 volts pour une tension de fonctionnement général de 800 volts. Pourquoi une telle puissance ? Pour pouvoir rouler plus longtemps et réduire le plus possible la durée de charge des batteries. Ainsi, la Taycan devrait pouvoir rouler 500 kilomètres. Pour booster l’autonomie, Porsche annonce une recharge à 80% en seulement un quart d’heure ....





L'habitacle intérieur de la superbe Porsche Taycan a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails comme il se doit sur ce genre de véhicules. Le design des sièges et de la planche de bord du Taycan donnent une impression de grande simplicité futuriste, mais pourtant la voiture embarque de nombreuses technologies avant-gardistes. Le tableau de bord est incurvé, incliné et séparé de la planche de bord. Il peut être personnalisé à loisir. Il affiche cinq cadrans virtuels au design caractéristique de Porsche en technologie OLED, qui correspondent à différentes catégories de fonctions : énergie, Porsche Connect, performance, navigation et Sport Chrono, donnant un avant-goût de la conduite de demain. L’alliance intelligente du réel et du virtuel pour une conduite intuitive, rapide et sans distraction ....





Pour la motorisation, la Porsche Taycan est équipée de deux moteurs synchrones à aimant permanent, développés en interne par les ingénieurs Porsche, qui produisent une puissance cumulée de 600 chevaux ou 440 kW, des performances habituelles pour le constructeur de Stuttgart, qui ne dépayseront pas les aficionados de la marque. Ces deux moteurs électriques sont disposés astucieusement un sur chaque essieu. La batterie lithium-ion, à la pointe de la technologie, est logée dans le plancher du véhicule et s’étend d’un essieu à l’autre. Les masses sont ainsi réparties uniformément sur toute la longueur de l’empattement, pour un équilibre idéal. En outre, le centre de gravité du véhicule dans son ensemble est extrêmement bas. Ces deux facteurs augmentent encore les performances de la voiture et la sensation de conduire une véritable voiture de sport. Tout ceci permet à la Taycan d'atteindre les 100 km/h en 3,5 secondes, et les 200 km/h en 12 secondes ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Électrique
  • Moteur : 2 moteurs synchrones à aimant permanent
  • Batterie : Lithium-ion de 200 cellules
  • Puissance : 600 chevaux ou 440 kW
  • Voltage : 800 volts
  • Autonomie : environ 500 km/h
  • Performances : les 100 km/h en 3,5 secondes, et les 200 km/h en 12 secondes



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Porsche - © Futura - © Motor1




La superbe Porsche Taycan - 2018 ...








JPBlogAuto

vendredi 25 août 2017

Vittorio Viotti Carrosserie






viotti00.jpg


La Carrosserie Viotti est une ancienne entreprise italienne de design de voitures et de réalisation de carrosseries spécifiques automobiles fondée par Vittorio Viotti et son associé Mario Tolfo dont l'activité dura de 1921 à 1964 à Villa Ilarione Petitti dans la banlieue de Turin ....


viotti01.jpg


Au début des années vingt, Vittorio Viotti va déposer un brevet pour la « Carrosserie Clairalpax » qui a été un grand succès car cette innovation qui comprenait le remplacement des gros montants en bois collés dans la porte par des montants minces en Alpacca, un alliage léger de zinc et de nickel, a permis une augmentation notable des surfaces en verre et donc de la luminosité dans l'habitacle. Ce brevet va lui donner les moyens financiers de créer sa propre entreprise de carrosserie ....





Des designers célèbres à l'époque comme Frua ou Mario Revelli ont travaillé pour la Carrosserie Viotti. Ce fut la première entreprise de carrosserie en Italie qui mit en place une véritable ligne de production. Avec dix ingénieurs spécialisés, ils ont construit des voitures de luxe pour répondre aux besoins des clients individuels qui n'étaient pas satisfaits des modèles de grands constructeurs automobiles et étaient à la recherche d'un produit plus raffiné et exclusif construit en fonction de leurs besoins spécifiques et de leurs goûts ....





Le soin et la qualité des travaux de la Carrosserie Viotti ont vite porté leurs fruits si bien que les commandes des particuliers s'enchainaient, et ceci aussi bien pour des Fiat que pour d'autres marques plus prestigieuses comme par exemple Bentley, Alfa Romeo, Maserati, Osch, Studebaker, Bristol ou Lancia. Ses plus belles réalisations sont les versions particulières d'après un dessin du designer Mario Revelli baptisées Giardinetta qui ont fait l'objet d'un dépôt de brevet préfigurant la naissance du break moderne. Ce design sera répliqué sur des châssis Fiat, Alfa Romeo ou Lancia ....





Les dernières réalisations en petites séries de la Carrosserie Viotti sont les Fiat 1300/1500 Giardinetta qui n'ont pas eu le succès escompté, car Fiat avait décidé de produire sa propre version familiale du modèle et ceci à un moindre coût. Dans les années 1950, la production de véhicules avec un cadre en bois va disparaitre en faveur d'un cadre entièrement métallique. Par conséquent, Viotti va changer sa ligne de production Giardinetta pour les nouveaux modèles. En 1956, le fondateur Vittorino Viotti est décédé subitement à l'âge de seulement 55 ans. La direction va être reprise par son neveu, Francesco Viotti. Malheureusement la Carrosserie Viotti a été parmi les premières entreprises à être submergés par la crise qui a touché les fabricants de voitures dérivées et a fermé ses portes en 1964 ....





En 2012, le constructeur automobile chinois Jonway Automobile Co., rachète la Carrozzeria Viotti et relance l'entreprise en créant un nouveau siège à Rivoli près de Turin. La nouvelle entreprise se spécialise dans les véhicules hybrides ainsi que la conception et l'ingénierie de voitures de sport. En 2014, la Carrozzeria Viotti acquit la marque américaine Willys, et présente au Motor Show de Bologne la superbe "Willys AW380 Berlinetta", inspirée de la Willys Interlagos, assemblée par Willys au Brésil sous licence de l' Alpine A108 ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carrosserie Viotti
© - YouTube © - Conceptcar



La Lancia Aurélia B20 Viotti de 1951 ...



La Willys AW380 Berlinetta Viotti de 2015 ...





JPBlogAuto

vendredi 30 juin 2017

Packard Caribbean - 1954







packard00.jpg



Packard Motor Car était une marque américaine d'automobiles de luxe, dont le siège était à Detroit dans le Michigan qui a commercialisé ses automobiles de 1899 à 1958. Fondée par les frères James Ward Packard et William Doud Packard, la marque sera un précurseur du côté mécanique en proposant des solutions innovantes mais en gardant une qualité de construction exemplaire pour l’époque . Bien vite «Packard» va proposer des moteurs de 6, 8 et même 12 cylindres puissants et qualifiés d’incassables ainsi que des boîtes de vitesses automatiques beaucoup plus fiables et performantes et donc ces modèles vont acquérir une réputation de voitures robustes et luxueuses qui fera leur succès ....


packard01.jpg


C’est donc dans la démesure souvent que Packard va trouver son inspiration. Il va être le premier au monde au milieu des années 30 à mettre en série, sur une voiture de tourisme, un moteur de 12 cylindres en V bien avant que Ferrari ne le suive dans cette voie quelques années plus tard. Dans les années 50, les trois grands américains Ford, Général Motors et Chrysler vont littéralement écraser les petits constructeurs Américains indépendants. La plupart des indépendants tentent en fait de sauver leur peau en lançant des voitures plus simples et surtout plus économiques. A contrario, Packard qui est sorti de la guerre en bonne santé financière grâce à la fabrication des chasseurs P51 Mustang continue de vouloir concurrencer la plus prestigieuse marque Cadillac ....


packard02.jpg


La Packard Caribbean de 1954 s’adressait à de riches amateurs de conduite en plein air. Elle ambitionnait de contrer la diffusion de la prestigieuse Cadillac Eldorado et de repositionner à nouveau la marque réputée avant-guerre au sommet du marché du luxe américain. D’abord commercialisée en convertible coupé lors de son lancement, elle sera en 1956 également proposée en coupé hard top. L’objectif de Packard est très clair, c'est de concurrencer les modèles convertibles de Buick et surtout de Cadillac. Un objectif que l’on retrouve dans le prix de vente car la Caribbean est vendue 5.210 Dollars soit 1.000 Dollars de plus que la Cadillac convertible séries 62 ....


packard03.jpg


Au cours des années qui suivirent immédiatement la fin de la Seconde Guerre mondiale et malgré une qualité de fabrication exemplaire, Packard ne parvint pas à suivre le rythme de l'évolution stylistique des autres constructeurs américains. A la traine face à ses concurrents, Packard va pourtant sortir la Caribbean avec le secret espoir de pouvoir faire la différence. Construite sur un châssis de 3,10 m d'empattement, dotée d'une suspension avant indépendante, le résultat est un splendide roadster dont la faible garde au sol accentue l’allure sportive. La roue de secours était placée au dessus du pare-chocs arrière, dissimulée dans un cache basculant en tôle d’acier peint de la teinte de l’auto ....


packard04.jpg


La Packard Caribbean aura même, en série, une direction assistée ce qui était très rare dans les années 50. En 1955, Richard Teague, le jeune styliste de la maison, va relooker les Packard mais cela ne suffira pas à créer un nouvel engouement. Seulement 750 exemplaires seront commercialisés l’année du lancement en 1953 et malgré les améliorations Packard ne réussira à vendre que 400 exemplaires de la Caribbean en 1954 et 500 exemplaires entre 1955 et la fin de série en 1956. Un coupé hardtop Caribbean est lancé, mais en août, les créanciers font fermer l’usine Packard qui est finalement rachetée par Studebaker et Packard tombe dans l’oubli ....


packard05.jpg


L'habitacle de la belle Packard Caribbean est très bien équipée car elle veut s’affirmer comme un modèle de Luxe. Elle bénéficie d’une finition extrêmement soignée avec garnissage en cuir, radio avec antenne électrique, sièges et vitres a commandes électriques. Autant d’équipements que l’on ne trouvait à l’époque que sur le très haut de gamme. Le tableau de bord propose trois compteurs qui permettent de surveiller au mieux tout ce qui concerne la mécanique. On peut aussi trouver de confortables moquettes au sol et du cuir bicolore sur les sièges assorti à la couleur de la peinture de la voiture ....


packard06.jpg


Pour ce qui est de la mécanique, l'insolite Packard Caribbean était disponible équipée dans sa version la plus puissante d'un moteur V8 d'une cylindrée de 5.880 cm3 alimenté par carburateur qui développait une puissance de 300 chevaux au régime de 5500 t/mn. Accouplé à une boite manuelle à trois vitesses, cette motorisation offrait des performances honorables pour l'époque. Malheureusement elle fut victime dès 1956 de l'effondrement de la demande et la production de ce modèle original cessait définitivement ....


packard07.jpg




Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5.880 cm3
  • Puissance : 300 ch à 5500 t/mn
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : manuelle à 3 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Packard




La Packard Caribbean - 1954 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 7