@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Supercar

Fil des billets

mercredi 31 octobre 2018

Berlinette Magazine









Berlinette Magazine est un magazine automobile français grand public, totalement indépendant, haut de gamme, fait par des passionnés, qui s’adresse à des lecteurs très éclairés et passionnés eux aussi des marques Alpine et Renault. Lancé en Février 2004 par le Groupe Hommell le magazine est édité par la Société Française d’Édition et de Presse (SFEP), dont le siège social est 48/50 Boulevard Sénard à Saint Cloud ....





Berlinette Magazine, avec quasiment 15 ans d'existence, est le plus ancien magazine spécialisé de la marque Alpine en Europe qui est au cœur de la passion Alpine et Renault sportive internationale. Ce magazine publie tous les 2 mois pour les amateurs des infos sur la marque avec en particulier des sujets historiques et d’actualités proposés aussi bien par leurs historiens, que par les acteurs de la saga ou même par les lecteurs gardiens du temple ....





C'est en fait le seul magazine de langue française vendu en kiosque qui propose, outre les dernières nouveautés systématiquement présentées à l'essai, aussi du design, du sport, de l'évasion, de la technique et même de gros dossiers thématique, sans oublier bien sur le côté sportif de la marque fondée par Jean Rédélé ....





Le directeur de la publication Michel Hommell et le directeur général de la revue Jean-Claude Lebon s'accordent à dire que : " Berlinette Magazine est certainement le bimestriel parmi les plus appréciés des passionnés d’Alpine et Renault sportives par la qualité de ses articles ". En effet la revue propose un historique de la marque des plus exhaustif vraiment très apprécié des lecteurs, car grâce à une solide expérience et d’importantes archives les sujets dédiés aux hommes et aux voitures sont traités en profondeur ....





Parce qu'on a toujours besoin d'un conseil, d'un avis, ou même de pouvoir comparer différents modèles, Berlinette Magazine devient une aide précieuse qui permet au néophyte de mieux comprendre et appréhender la marque Alpine. En effet, la revue va à la rencontre des futurs propriétaires en développant en profondeur les sujets sur les pièges à éviter lors de l’achat d’un véhicule, mais aussi en épluchant le coût d’entretien et les bons « tuyaux » pour une acquisition sans soucis ....





Berlinette Magazine a bien un positionnement "premium" et propose une maquette moderne et claire qui à évoluée au fil du temps. Ce succès est incontestablement due à l'image de marque et la passion que véhicule la firme Alpine, mais aussi grâce à ses rédacteurs qui sont des journalistes automobiles compétents comme par exemple Jean-Jacques Mancel, Pierre Veneau, Fabrice Kalebjian, Thierry Liban, Stéphane Blatter, Philippe Fugier, ou Edmund Iniesta et à leurs articles pointus qui sont complétés par des photos de grande qualité ....





La bonne qualité du papier et de la couverture donne a Berlinette Magazine une belle allure générale plutôt classieuse. Si la publicité est présente comme dans tous magazines modernes, elle n'est pas envahissante et la plupart du temps colle au thème de l'automobile autant que possible. Le sérieux de la revue n'est aujourd'hui plus à démontrer. Pas une Alpine, qu'elle soit de route ou de course, n'a eu au moins droit une fois à un essai ou un comparatif ! Les avis des journalistes, véritables experts de la marque, n'en sont que plus précieux. La revue se veut être véritablement au cœur de la machine ....





En Juillet 2018, Berlinette Magazine vient de publier son numéro 87 qui est maintenant reconnu comme un gage de sérieux et de qualité ou on se sent à l’aise. Ce magazine au format A4 de 82 pages de papier glacé épais, avec des photos de bonne qualité, des articles fouillés, des pages bien documentées et dont la lecture est très agréable est plutôt luxueux. Les collectionneurs avertis et passionnés se délecteront de trouver une foule de précisions et de détails sur leurs belles agrémenté de superbes photos témoins. Au final c'est un rendez-vous à ne pas manquer, tous les deux mois, le rendez-vous de votre " Passion Alpine " ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Berlinette Mag © - Éditions Hommell






JPBlogAuto

vendredi 21 septembre 2018

Milan Red - 2018











Milan Automotive est un jeune et tout nouveau constructeur automobile autrichien. Cette toute récente marque tout droit venue d’Autriche a été fondée l'année dernière en 2017 par un jeune entrepreneur ambitieux âgé seulement de 36 ans, Markus Fux, qui veut apporter les technologies de pointe de son pays dans le monde des voitures sportives en comptant bien s’immiscer dans la cour des "hypercars" ....





Pour essayer de se faire une place sur le segment très prisé des "Hypercars", Milan Automotive a opté pour la recette habituelle constituée d'ingrédients bien connus et incontournables tels qu'une aérodynamique très travaillée, un poids maîtrisé et une conséquente cavalerie. Le challenge est difficile car on doit affronter quelques illustres mais rarissimes célébrités comme la Bugatti Veyron, la Bristol Fighter T, la SSC Ultimate Aero 2, la Zenvo ST1, la Koenigsegg One, la Hennesey Venom GT, ou la Bugatti Chiron, un marché de niche de moins d'une douzaine de voitures ....





Un an à peine après sa fondation, la marque Milan présente aujourd'hui son premier modèle, la Milan Red. Celle-ci doit son nom à un oiseau de proie, plus précisément au Milan Royal, que les Allemands nomment Rotmilan. Comme le laissent présager ses superbes lignes spectaculaires dessinées par un jeune designer, Lukas Hanzer, cette étonnante nouveauté est une sportive de conception plutôt radicale qui sans aucun doute mérite sa place dans la catégorie des "hypercars" ....





L'insolite Milan Red fait la part belle à la technologie la plus Hi-Tech et donc fatalement au carbone. En effet, la structure de la voiture est entièrement réalisée dans ce matériau, tout comme d'ailleurs les triangles de suspension qui sont fournis par une autre société autrichienne, une première mondiale selon Milan. Au final, tous ces apports hautement technologiques permettent à cet oiseau de chasse d'afficher un poids très réduit d'environ 1300 kilos sur la balance ce qui favorise grandement le rapport poids/puissance très recherché dans cette catégorie ....





Si il fut un temps où la barre des 500 chevaux était presque mystique, impossible à franchir, et complètement folle. Aujourd’hui, une simple sportive moderne développe au minimum 400 chevaux. Autant dire que le demi millier de chevaux est de l’histoire ancienne. Désormais pour faire partie de la cour des grands, ces fameuses "hypercars", il faut afficher une puissance minimum de 1000 chevaux pour ne pas être le parent pauvre de la catégorie. Pour ce faire, le moteur de la Milan Red est fourni par la société AVL, entreprise impliquée auprès de nombreux constructeurs mais également en Formule 1. Plusieurs autres sociétés autrichiennes du secteur automobile sont également impliquées dans les accessoires annexes au moteur comme par exemple Pankl Racing Systems ....





L'habitacle intérieur de la superbe Milan Red a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails comme il se doit sur ce genre de véhicules. L'ambiance générale explore deux voies, l'une sophistiquée et technique, et l'autre plus élégante et confortable. Au final le mélange de ces deux tendances est une réussite totale. Pour ce qui est de la motorisation, le choix s'est porté sur un bloc V8 de 6,2 litres de cylindré gavé en alimentation par quatre turbocompresseurs qui développe 1.325 chevaux à 7.000 t/mn avec un couple de 1.400 Nm at 6.000 t/mn. La transmission est confiée à une boite robotisée à 7 vitesses et double embrayage qui la propulse de 0 à 100 Km/h en seulement 2.47 secondes avant d'émarger à 400 km/h en vitesse de pointe ....





"Aujourd'hui, on peut conduire une voiture artistique, un monstre high-tech, un trône sur quatre roues ou une voiture qui n'a qu'un seul but, celui de voler la vedette à tout le monde. Et c'est là que nous entrons en jeu", a déclaré Markus Fux, PDG de Milan Automotive. Cette insolite Milan Red qui sera également largement personnalisable par le biais des options, devrait être produite à 99 exemplaires maximum, et quelques clients auraient déjà été séduits par son exotisme. Milan Automotive aurait déjà enregistré dix-huit commandes de son modèle, facturés aux alentours de 2.225.000 € l'unité ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V 8
  • Cylindrée : 6.200 cm3
  • Puissance : 1.325 chevaux à 7.000 t/mn
  • Couple : 1.400 Nm at 6.000 t/mn
  • Vitesse maximal : environ 400 km/h
  • Transmission : Propulsion avec Boîte robotisée de 7 rapports à double embrayage



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Milan - © Motorlegend - © Motor1




La Milan Red - 2018 ...








JPBlogAuto

vendredi 24 août 2018

BMW Nazca C2 - 1992











Au salon de l'automobile de Genève en 1991, la société ItalDesign présente une supercar, l'étonnante BMW Nazca conçue par son créateur Fabrizio Giugiaro. Ce premier grand projet d’envergure du jeune designer âgé de 26 ans est en effet un appel à BMW pour la résurrection de sa supercar BMW M1, dessinée en 1978 par son père, Giorgetto Giugiaro, et dont la succession se fait attendre depuis 1981, en quelque sorte un genre d'hommage à son père et une nouvelle vitrine pour le constructeur allemand ....





Dans la lignée des noms précolombiens chers à Giugiaro (Inca, Aztec, Maya), la voiture prend le nom des géoglyphes de la civilisation Nazca du Pérou surtout connue pour avoir tracé d’immenses séries de figures géométriques ou d’animaux stylisés dans le sol aride. Ce design novateur et plutôt impressionnant pour l'époque que l'on découvre sur cette superbe BMW Nazca a été inspiré par les voitures de course de F1 et de groupe C et a été rendu possible grâce à l'utilisation d'une carrosserie entièrement en fibre de carbone et aluminium. La voiture a été testée dans la soufflerie de BMW et a obtenu un coefficient de traînée de 0,26 ....





Sur l'étonnante BMW Nazca, certains détails de style sont assez insolites comme par exemple l'aileron et le capot du moteur qui ont été fabriqués d'une seule pièce, supprimant les lignes d'arrêt indésirables. L'ouverture de la porte est plutôt inhabituelle mais très spectaculaire car chaque porte est divisée en deux, la partie inférieure s'ouvre de la manière conventionnelle, et les fenêtres latérales à ouverture papillon sont articulées le long de la structure au centre du toit. Le grand capot du moteur pivote vers l'arrière pour révéler le cœur de la bête en position longitudinale centrale ....





L'insolite BMW Nazca propose également un immense pare-brise enveloppant qui permettait une visibilité à 360 degrés, un genre de bulle ou cockpit d'avion. La carrosserie profilée, façonnée en fibre de carbone et aluminium, assurait un poids limité car avec son châssis lui aussi en carbone la Nazca n’accusait que 1.100 kilos à la pesée. Force est de reconnaitre que conceptuellement géniale, cette BMW Nazca C2 création d'Italdesign est encore restée frappante quasiment 25 ans plus tard ....





Une variante de cette BMW Nazca C2 est présentée au Salon de Tokyo, toujours équipée d'un moteur BMW, mais préparé cette fois par Alpina pour en tirer plus de puissance. Les phares sont désormais implantés sur le museau de la C2, et non plus sur l'arrondi des ailes. La poupe en un seul bloc de la première version s'est creusée pour dégager un aileron. Finalement en 1993, Italdesign présente une troisième et dernière version de la Nazca C2 Spider au Grand Prix automobile de Monaco, avec une version de moteur BMW Alpina poussé à 5,7 litres ....





L'habitacle intérieur de la belle BMW Nazca C2 a lui aussi été bien étudié et soigné pour l'époque. Giugiaro a brillamment exploré deux voies, l'une sophistiquée et technique comme sur une Ferrari F40, et l'autre plus élégante et confortable, et jugée plus appropriée pour une BMW. Au final le mélange de ces deux tendances est un réussite totale. La planche de bord reprenait la même couleur que la carrosserie et le tableau de bord gardait son style incurvé cher aux BMW. Toute la sellerie est pourvue d'un superbe cuir de qualité aux surpiqures élégantes et soignées. Les tapis de sol se marient avec l'épaisse moquette et assurent un confort bienvenue. Un élégant volant cuir à trois branches complète l'ensemble ....





Pour ce qui est de la mécanique de la superbe BMW Nazca c2, il s'agit d'un moteur préparé par le célèbre sorcier allemand attitré de la marque bavaroise, le fameux Alpina. C'est en fait un "V 12" d'une cylindrée de 5.700 litres qui développe une puissance de 380 chevaux. Ce plus gros moteur a nécessité une transmission manuelle à six vitesses. Ainsi motorisée cette propulsion assez légère avec sa carrosserie en carbone et aluminium et son bon aérodynamisme pouvait atteindre une vitesse maximale avoisinant les 340 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V 12
  • Cylindrée : 5.700 cm3
  • Puissance : 380 chevaux
  • Vitesse maximal : environ 340 km/h
  • Transmission : Propulsion avec Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © BMW - © ItalDesign - © Giugiaro




La BMW Nazca C2 -1992 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 85