@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Supercar

Fil des billets

vendredi 24 août 2018

BMW Nazca C2 - 1992











Au salon de l'automobile de Genève en 1991, la société ItalDesign présente une supercar, l'étonnante BMW Nazca conçue par son créateur Fabrizio Giugiaro. Ce premier grand projet d’envergure du jeune designer âgé de 26 ans est en effet un appel à BMW pour la résurrection de sa supercar BMW M1, dessinée en 1978 par son père, Giorgetto Giugiaro, et dont la succession se fait attendre depuis 1981, en quelque sorte un genre d'hommage à son père et une nouvelle vitrine pour le constructeur allemand ....





Dans la lignée des noms précolombiens chers à Giugiaro (Inca, Aztec, Maya), la voiture prend le nom des géoglyphes de la civilisation Nazca du Pérou surtout connue pour avoir tracé d’immenses séries de figures géométriques ou d’animaux stylisés dans le sol aride. Ce design novateur et plutôt impressionnant pour l'époque que l'on découvre sur cette superbe BMW Nazca a été inspiré par les voitures de course de F1 et de groupe C et a été rendu possible grâce à l'utilisation d'une carrosserie entièrement en fibre de carbone et aluminium. La voiture a été testée dans la soufflerie de BMW et a obtenu un coefficient de traînée de 0,26 ....





Sur l'étonnante BMW Nazca, certains détails de style sont assez insolites comme par exemple l'aileron et le capot du moteur qui ont été fabriqués d'une seule pièce, supprimant les lignes d'arrêt indésirables. L'ouverture de la porte est plutôt inhabituelle mais très spectaculaire car chaque porte est divisée en deux, la partie inférieure s'ouvre de la manière conventionnelle, et les fenêtres latérales à ouverture papillon sont articulées le long de la structure au centre du toit. Le grand capot du moteur pivote vers l'arrière pour révéler le cœur de la bête en position longitudinale centrale ....





L'insolite BMW Nazca propose également un immense pare-brise enveloppant qui permettait une visibilité à 360 degrés, un genre de bulle ou cockpit d'avion. La carrosserie profilée, façonnée en fibre de carbone et aluminium, assurait un poids limité car avec son châssis lui aussi en carbone la Nazca n’accusait que 1.100 kilos à la pesée. Force est de reconnaitre que conceptuellement géniale, cette BMW Nazca C2 création d'Italdesign est encore restée frappante quasiment 25 ans plus tard ....





Une variante de cette BMW Nazca C2 est présentée au Salon de Tokyo, toujours équipée d'un moteur BMW, mais préparé cette fois par Alpina pour en tirer plus de puissance. Les phares sont désormais implantés sur le museau de la C2, et non plus sur l'arrondi des ailes. La poupe en un seul bloc de la première version s'est creusée pour dégager un aileron. Finalement en 1993, Italdesign présente une troisième et dernière version de la Nazca C2 Spider au Grand Prix automobile de Monaco, avec une version de moteur BMW Alpina poussé à 5,7 litres ....





L'habitacle intérieur de la belle BMW Nazca C2 a lui aussi été bien étudié et soigné pour l'époque. Giugiaro a brillamment exploré deux voies, l'une sophistiquée et technique comme sur une Ferrari F40, et l'autre plus élégante et confortable, et jugée plus appropriée pour une BMW. Au final le mélange de ces deux tendances est un réussite totale. La planche de bord reprenait la même couleur que la carrosserie et le tableau de bord gardait son style incurvé cher aux BMW. Toute la sellerie est pourvue d'un superbe cuir de qualité aux surpiqures élégantes et soignées. Les tapis de sol se marient avec l'épaisse moquette et assurent un confort bienvenue. Un élégant volant cuir à trois branches complète l'ensemble ....





Pour ce qui est de la mécanique de la superbe BMW Nazca c2, il s'agit d'un moteur préparé par le célèbre sorcier allemand attitré de la marque bavaroise, le fameux Alpina. C'est en fait un "V 12" d'une cylindrée de 5.700 litres qui développe une puissance de 380 chevaux. Ce plus gros moteur a nécessité une transmission manuelle à six vitesses. Ainsi motorisée cette propulsion assez légère avec sa carrosserie en carbone et aluminium et son bon aérodynamisme pouvait atteindre une vitesse maximale avoisinant les 340 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V 12
  • Cylindrée : 5.700 cm3
  • Puissance : 380 chevaux
  • Vitesse maximal : environ 340 km/h
  • Transmission : Propulsion avec Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © BMW - © ItalDesign - © Giugiaro




La BMW Nazca C2 -1992 ...








JPBlogAuto

vendredi 17 août 2018

Flat 6 Magazine









Flat6 est un magazine automobile français grand public, totalement indépendant, spécialisé et exclusivement dédié à la marque Porsche. Flat 6 c’est donc le titre haut de gamme qui s’adresse aux amateurs très éclairés des Porsche. Lancé en Novembre 1990 par Gilles Stievenart le directeur des Éditions Stevens, la revue et la société d'édition sont rachetées en 2011 par Marc Zighera qui en devient le nouveau directeur et produit le magazine à Abbeville dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France ....


flat6mag01.jpg


Flat 6 Magazine est le plus ancien magazine spécialisé Porsche en Europe qui propose aux amateurs des infos sur la marque et en particulier sur tous les divers modèles nouveaux ou anciens, 356, 911, 914, 964, 991, 993, 996, 997, Boxster, Cayenne, Cayman, Panaméra, Macan, Targa, Carrera, Spyder. C'est en fait le seul magazine de langue française vendu en kiosque qui propose, outre les dernières nouveautés systématiquement présentées à l'essai, aussi du design, du sport, de l'évasion, de la technique et même de gros dossiers thématique, sans oublier bien sur le côté sportif de la marque ....




Le tout premier numéro de la revue devait s'appeler Motor Carrera, mais comme pour Porsche qui n'avait pu utiliser le sigle "900" déjà déposé par Peugeot et donc se rabattre sur "911", ici la marque allemande ayant déjà déposé le sigle "Carrera", l'éditeur du magazine devra se rabattre dès le numéro deux sur le titre Flat 6 Magazine pour ne pas subir de poursuites. La revue s'est finalement très bien installée car depuis plus de 23 ans, Flat 6 a trouvé son lectorat et permis de conseiller de nombreux "porschistes", qu'ils soient débutants ou confirmés ....





Flat 6 Magazine vous propose chaque mois de visiter toute l'actualité du monde Porsche, en temps réel : nouveautés, essais, comparatifs, vie des clubs, concentrations, visites des professionnels ou des collectionneurs, présentations de modèles rares, cahier entièrement réservé aux modèles classic, sans oublier de nombreuses enquêtes pour aider les passionnés dans leurs recherches, tout y est ! Et bien sûr, l'incontournable guide d'achat mensuel où un modèle est entièrement passé en revue, jusqu'au moindre détail, un genre de bible de la marque ....





Parce qu'on a toujours besoin d'un conseil, d'un avis, ou de pouvoir comparer. Flat 6 Magazine a surtout permis de faire comprendre à un grand nombre de lecteurs que l'achat d'une Porsche était un acte tout autant passionnel que raisonnable. La fiabilité des 911, leur faible coût d'entretien, le peu de perte à la revente (voire même le gain à la revente, dans le cas de modèles ayant plus de 20 ans), la possibilité d'être assuré à moindre coût, la mise en place d'un véritable réseau de professionnels, tout contribue à ce que cet achat soit le plus balisé et sécurisé possible ....





Flat 6 Magazine a bien un positionnement "premium" et propose une maquette moderne et claire qui à évoluée au fil du temps en se modernisant à l'image de son logo qui lui aussi à changé avec les années. Ce succès est incontestablement due à l'image de marque et la passion que véhicule la firme Porsche, mais aussi grâce à ses rédacteurs qui sont des journalistes automobiles compétents comme par exemple Marc Joly, Dominique Maroni, Michel Thiriar, Thomas Schenck, Anne Malbrand, Stéphane Van Gelder, ou même des pilotes comme Jürgen Barth, Walter Röhrl ou Romain Dumas et à leurs articles pointus qui sont complétés par des photos de grande qualité ....





La haute qualité du papier et de la couverture donne a Flat 6 Magazine une belle allure générale plutôt classieuse. Si la publicité est présente comme dans tous magazines modernes, elle n'est pas envahissante et la plupart du temps colle au thème de l'automobile autant que possible. Une présentation de garages spécialisés ainsi que quelques pages sont consacrées en fin du magazine à des petites annonces gratuites en couleurs de voitures de la marque pour coller au thème. Le sérieux de la revue n'est aujourd'hui plus à démontrer. Pas une Porsche, qu'elle soit de route ou de course, n'a eu au moins droit une fois à un essai ou un comparatif ! Les avis des journalistes, véritables experts de la marque, n'en sont que plus précieux. De même, la cote de tous les modèles, publiée chaque mois dans le magazine, fait aujourd'hui référence dans le monde Porsche ....





Flat 6 Magazine est finalement "Le magazine de la culture automobile sportive luxueuse Allemande" qui s'adresse principalement à une cible masculine active, de moins de 60 ans, que les économistes qualifient de CSP+, consommatrice naturelle de produits et services techno et hightech qui désire trouver des renseignements pratiques comme une cote présentant l’évolution des prix des modèles mais aussi de nombreux services qui vous permettront par exemple de financer ou d’assurer votre véhicule ....





En Mars 2018, Flat 6 Magazine vient de publier son numéro 325 qui est maintenant reconnu comme un gage de sérieux et de qualité ou on se sent à l’aise. Ce magazine au format A4 de 180 pages de papier glacé épais, avec des photos de bonne qualité, des articles fouillés, des pages bien documentées et dont la lecture est très agréable est plutôt luxueux. Les collectionneurs avertis et passionnés se délecteront de trouver une foule de précisions et de détails sur leurs belles agrémenté de superbes photos témoins. Au final c'est un rendez-vous à ne pas manquer, tous les mois, le rendez-vous de votre " Passion Porsche " ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Flat 6 © - Éditions Presstalis



Flat 6 Magazine ...








JPBlogAuto

vendredi 27 juillet 2018

Dual Ghia Coupé L 6.4 - 1961











Dual-Ghia est une marque automobile rare et éphémère aujourd'hui complètement disparue, qui produisait des voitures aux États-Unis du milieu des années 50 au début des années 60. L'idée d'une voiture sportive en série limitée est venue du richissime entrepreneur Eugene Casaroll, qui contrôlait le constructeur de véhicules spécialisés Dual-Motors Corporation basé à Detroit dans le Michigan. Le choix du nouveau nom Dual-Ghia s'est naturellement imposé car il est tout simplement représentatif des efforts de collaboration entre les deux firmes, l'américaine et l'italienne ....





Après avoir obtenu les droits sur la conception, poursuivant son idée un peu folle, Eugene Casaroll a demandé au représentant américain de Ghia et à son vice président chez Dual, Paul Farago, de pouvoir étudier et développer cette voiture de série sportive dont il rêvait, mais en petite série limitée adaptée aux contraintes de la production. Il venait de lancer la « ligne d'assemblage la plus longue du monde » qui consistait à transporter des châssis nus mais équipés de leurs trains roulants complets d'origine Dodge en Italie. Chez le partenaire Turinois, la carrosserie et l'intérieur sont fabriqués par les ouvriers de Ghia. Une fois les véhicules partiellement assemblés, ils retournent aux États-Unis chez Dual-Motors qui est chargé de tout le reste des finitions et principalement de l'implantation de la mécanique. Au final tout ce processus s'avère long, fastidieux et très couteux ....





Le design de l'élégante Dual Ghia Coupé L 6.4 s'inspire très largement de plusieurs études de style réalisées par le designer américain Virgil Exner qu'il conçoit avec l'assistance de Luigi Segre de la carrosserie italienne Ghia pour des show-cars concepts extravagants et performants pour Chrysler. Ces voitures d'expositions fascinent tellement Eugene Casaroll, qu’il décide d'en construire au moins une qui rassemblerait le meilleur de la produire en créant la marque Dual Ghia. Son look plutôt audacieux et novateur pour l'époque est clairement destiné à attirer l’attention du public sur les qualités certaines dont elle fait preuve ainsi que sur les nouvelles technologies pouvant être employées sur les prochains modèles de série qui seront mis en production ....





Bien que ce système de production s'avère peu pratique et très cher, la stratégie générale de commercialisation de l'insolite Dual Ghia Coupé L 6.4 est un succès et elle devient rapidement la coqueluche du tout Hollywood. Cet insolite et luxueux cabriolet trouve rapidement des acquéreurs célèbres dans le cinéma, la politique, le sport et aussi le show business et notamment près des italo-américains comme Frank Sinatra et Dean Martin. Ils en font admirablement sa promotion aux côtés des autres membres du Rat Pack, Sammy Davis Jr, Eddie Fisher et Peter Lawford. Elle est également la monture de futurs présidents comme Richard Nixon et Ronald Reagan. Il faut dire que ce somptueux coupé 2 + 2 est construit avec un niveau de qualité très élevé, et donc fatalement il est une fois de plus destiné aux clients riches et célèbres ....





L'étonnante Dual Ghia Coupé L 6.4 est au final tout sauf simple à construire. En fait elle nécessite 1500 heures de travail à Turin et 200 heures de plus à Detroit pour finaliser l'assemblage. Ses coûts de fabrication sont tellement élevées que répercutés sur son prix de vente, son tarif en devient exorbitant et dépasse une certaine réalité face à des voitures d’exception aux performances similaires comme par exemple la Cadillac Eldorado, ou même comparée à des voitures plus impressionnantes comme la Ferrari Superamerica. Finalement cette italo-américaine ne pourra pas survivre auprès d’une clientèle aussi versatile et quelques années seulement après son introduction au Salon de Paris de 1960, la production doit être interrompue. À cette date, seulement 26 exemples et un prototype avaient été commercialisés ....





L'habitacle intérieur de cette élégante Dual Ghia Coupé L 6.4 propose un style à l'italienne fort plaisant avec les instruments cerclés, le cuir surpiqué et la planche de bord en aluminium anodisé du plus bel effet. Pas moins de sept compteurs cylindriques à aiguilles composent le tableau de bord et permettent d'avoir toutes les indications nécessaires à la surveillance de la mécanique. Un superbe volant Nardi à trois branches en aluminium cerclé de bois donne une note sportive. Les moquettes sont épaisses et assorties en coloris à l'ambiance générale. Les sièges semi-baquets en cuir sont très bien dessinés pour offrir un confort maximum. Les accessoires importants sont présents comme par exemple la radio et la climatisation ....





Pour ce qui est de la mécanique de cette Dual Ghia Coupé L 6.4, elle reprend un bloc moteur américain. En effet, elle est motorisée par un moteur Chrysler V8 à 90°série B, qui a une cylindrée d’environ 6,4 litres et qui va fournir le nom au modèle "Ghia L6.4". L'allumage est confié à un distributeur à deux points Mallory pour une étincelle plus fiable. Ce moteur alimenté par 4 carburateurs Carter AFB à double corps délivre une puissance maxi de 335 chevaux à 4.600 tr/min et 410 Nm de couple à 2.400 tr/min, et est accouplé à une boite de vitesses Chrysler Torqueflite, automatique à trois rapports. Ainsi équipée la voiture offrait des performances plutôt haut de gamme pour l'époque avec par exemple une vitesse maximum avoisinant les 225 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 8 cylindres en V
  • Cylindrée : 6.4 litres
  • Puissance : 335 chevaux à 4.600 tr/min
  • Couple : 410 Nm à 2.400 tr/min
  • Boite de vitesse : Torqueflite automatique à trois rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Dual - © Ghia - © Stubs




La Dual Ghia Coupé L 6.4 de 1961 ...








JPBlogAuto

- page 2 de 86 -