@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - TVR

Fil des billets

vendredi 7 juillet 2017

Bernardo Fissore Carrosserie






fissore00.jpg


La Carrosserie Fissore est une ancienne entreprise italienne de conception et de fabrication de carrosseries automobiles dont l'activité dura de 1921 à 1976 à Savillan, dans la banlieue de Turin. Dès 1914, Bernardo Fissore se lance dans le secteur automobile en créant un atelier de réparation de carrosseries et de modification de remorques agricoles et routières. En 1921, avec son frère Antonio Fissore, ils créent la société "Carrozzeria Fissore S.p.A". Leurs jeunes frères Giovanni et Costanzo les rejoindront plus tard ....


fissore27.jpg


Si à l'origine, l'activité de la Carrosserie Fissore est essentiellement portée sur les chariots agricoles, la réparation et la modification des carrosseries automobiles et véhicules utilitaires prend chaque année de l'ampleur jusqu'à devenir la seule activité au lendemain de la Première Guerre mondiale. En 1936, Bernardo Fissore prend seul la direction de la société et commence à se spécialiser dans la construction de carrosseries spéciales pour automobiles, ambulances, véhicules funéraires, commerces ambulants, fourgons postaux et les minibus. C'est ainsi que la société va acquérir une renommée internationale ....





Après la guerre, la société reprend ses activités premières de transformation de carrosseries de véhicules privés. L'année 1947 marque une étape importante pour l'entreprise avec le succès de la nouvelle Fiat 1100 dont la Carrosserie Fissore présente une variante "Giardinietta" qui propulse le carrossier sur le devant de la scène. Il enchaine les succès avec la mode des carrosseries spéciales construites sur plusieurs modèles Fiat. Fissore se fait remarquer aussi pour ses réalisations de véhicules publicitaires ce qui a contribué à faire croître l'entreprise au point où environ 200 personnes travaillaient au milieu des années soixante ....





C'est à cette époque que la Carrosserie Fissore est également sollicitée pour collaborer avec d'autres constructeurs automobiles pour la réalisation de petites séries. DKW, TVR et De Tomaso sont parmi les tout premiers clients. Même si Fissore n'a jamais atteint la notoriété de Pininfarina ou de Bertone dans ce domaine, il a toutefois acquis une reconnaissance mondiale et une excellente réputation ....





Dès le milieu des années 1960, la Carrosserie Fissore a connu son plus grand essor, en collaborant avec les fabricants célèbres dans la production de leurs voitures de sport et de course, parmi lesquels les célèbres marques italiennes Osca, Cisitalia, Lancia, Maserati et De Tomaso, mais aussi la marque Vemag du Brésil ou encore la Japonaise Mitsubishi et même l'allemand Opel ....





En 1969, la Carrosserie Fissore signe avec le constructeur suisse Monteverdi un contrat pour devenir son designer et atelier de carrosserie officiel. Ce contrat doit fournir un flux régulier de travail mais les volumes de vente atteints au cours de ces années obligent Fissore à renoncer à sa production artisanale et à orienter son usine vers une industrialisation de la production. Le designer Fiore Trevor est alors embauché chez Fissore, pour étudier et développer les modèles ....





Le 3 janvier 1973, Bernardo Fissore et son épouse décèdent en vacances à San Remo. La société est ainsi privée de son dirigeant visionnaire. En 1975, malgré la présence du constructeur suisse Monteverdi au capital de la société, la crise financière qui fait suite aux évènements sociaux qui ont débuté en France en 1968, en Italie en 1969 et dans les autres pays les années suivantes, conduisent à l'arrêt de la production de carrosseries et à réorienter l'activité de la société uniquement vers le design. La fille de Bernardo Fissore et son mari, Giulio Malvino, décident alors de maintenir le nom et la réputation de la marque en créant, en 1976, la société Rayton Fissore ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carrosserie Fissore
© - YouTube © - Autopassion



La DKW Fissore ...



La Cisitalia DF85 Coupe Fissore ...





JPBlogAuto

vendredi 3 mars 2017

TVR Sagaris - 2004







tvr00.jpg



« TVR » est un constructeur automobile anglais qui fabrique depuis plus de 50 ans des coupés et roadsters au caractère exclusif et sans concession, des voitures de sport rapides et puissantes qui déchaînent les passions. L’histoire de la marque commence à Blackpool, au Nord-Ouest de l'Angleterre, lorsque Trevor Wilkinson, jeune ingénieur talentueux, construit en 1947 sa première voiture. Mais ce n’est qu’à partir de 1954 qu'apparaissent les premières TVR, une contraction de son prénom "TreVoR", fabriquées à l'unité avec des moyens vraiment limités ....





L'histoire de la marque TVR est plutôt chaotique car en fait pas moins de cinq dirigeants et propriétaires se sont succédés en près de six décennies. Le dernier propriétaire qui a l’ambitieux projet pour la marque de construire 5000 voitures par an et conquérir des marchés comme Dubai, la Malaisie ou Singapour est un très jeune oligarque russe, Nicolaï Smolenski, fils du magnat de la banque Alexander Smolenski. Après une succession de nombreux modèles insolites comme les Tina, Grantura, Trident, Gem, Vixen, Tuscan, Griffith, Tasmin, Cerbera ou Chimera, la firme propose au Birmingham Motorshow de 2004 la nouvelle TVR Sagaris ....





Initiée et étudiée par TVR sous la présidence de Peter Wheeler, la TVR Sagaris avait été conçue comme une voiture de course à usage routier pour que quotidiennement son conducteur ressente les mêmes sensations qu'au volant d'un prototype des 24 Heures du Mans car jusqu'à présent, le credo de TVR était un châssis inspiré de la course, une carrosserie en plastique et un gros moteur. La Sagaris ne déroge pas à cette philosophie tout en allant plus loin encore dans tous les domaines. Elle possède une ligne à nulle autre pareille et on s'attarde finalement avec délectation sur les divers détails qui agrémentent le design de cette drôle de voiture avec un aileron arrière rapporté transparent, des pots d'échappements qui pointent leurs extrémités sur les côtés de l'auto, le dessus des ailes avant "crantées", le capot en deux parties, les feux avant au design agressif, ou les aérations latérales béantes à l'avant ....





En fait sur cette étonnante et insolite TVR Sagaris tout est bestial avec une face avant et ses dents de tigre, des yeux de vipère, des ouïes de requin blanc, avec un profil extrêmement long et râblé. L'arrière n'est pas plus réconfortant avec des échappements latéraux surmontés de feux rappelant des yeux de mygale, le tout coiffé d'un aileron transparent. Les dimensions et proportions de la Sagaris participent aussi à semer le trouble dans votre esprit avec un arrière ramassé et un capot proéminent. Pas de doute possible, rien que visuellement parlant, cette GT en impose et annonce la couleur, le sport, rien que du sport et encore du sport ....





La TVR Sagaris ressemble en gros à une Viper GTS, mais en beaucoup plus petit et surtout semblant à l’œil nu beaucoup moins lourde avec ses belles jantes larges de 18 pouces. Cette superbe GT d'environ 4 mètres de long pour 1,8 mètres de largeur et 1,2 mètres de hauteur marie habilement, comme de coutume chez TVR, le sport et le luxe. C'est un genre de mariage entre le sport de Lotus mélangé au luxe d'Aston Martin. Le luxe, c'est la deuxième facette de TVR qui apparaît car par exemple pour ouvrir la porte et enfin découvrir l'habitacle, il faut presser délicatement un petit bouton discret situé sous le rétroviseur extérieur, pas de poignée sur la portière ....





L'emménagement intérieur de cette étonnante TVR Sagaris est lui aussi d'assez bonne facture. En effet le tableau de bord est bien équipé et le dessin de la planche de bord est simple mais harmonieux. Les commodos et commandes sont très design et agréables à l’œil. De plus pour une voiture à tendance sportive un côté assez luxueux est conservé avec du cuir de couleur différente pour les sièges et le tableau de bord du plus bel effet. L'aluminium du levier de vitesse, l'équipement audio, le volant sport gainé de cuir, le pédalier non suspendu comme sur une monoplace et les moquettes épaisses sont des détails qui participent aussi au confort général ....





Le coupé GT TVR Sagaris est muni d'n châssis tubulaire et d'un arceau-cage. Des trains de roulement triangulés comme sur les monoplaces se chargent de maintenir idéalement au sol les roues de 18 pouces chaussées de larges pneus de 255/40 ZR 18. Les freins semblent surdimensionnés d'autant que la Sagaris ne pèse que 1100 kg. La bonne vieille recette de Colin Chapman ("The Light is Right") de limiter le poids d'une auto au maximum permet ainsi à la GT d'atteindre le rapport poids/puissance record de 2,71 kg/chevaux et il en résulte un comportement très agile et vif. Le pilote peut aussi compter sur un autobloquant efficace pour mieux maitriser une éventuelle dérive du train arrière. En fait ce châssis performant autorise des réactions très saines et progressives et permet une vraie recherche de la trajectoire idéale ....





Pour ce qui est de la mécanique, le coupé GT TVR Sagaris est équipé du moteur "SpeedSix", un six cylindre en ligne très traditionnel mais tellement orienté course, qu'il est placé en position longitudinale central avant. Ce moteur d'une cylindrée de 4 litres, tout alu est coiffé d'une culasse à 24 soupapes et alimenté par une injection électronique, développe une puissance confortable de 406 chevaux à 7000 tr/mn et un couple de 476 Nm a 5000 tr/mn. Il est accouplé avec une boîte manuelle à 5 rapports complété par un très bon autobloquant "Hydratrack" ce qui lui donne des performances très impressionnantes car avec un rapport de 101,60 ch par litre, cela place la Sagaris dans le peloton de tête des moteurs atmosphériques avec la Ferrari F430, la Honda Civic Type R ou la BMW M3 E46. Le SpeedSix sonne clair et il pousse très, très fort. Quel coffre, ahurissant, les performances sont à la hauteur avec plus de 300 km/h en vitesse de pointe et un 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 6 Cylindres en ligne
  • Alimentation : Injection 24 soupapes
  • Cylindrée : 3996 cm3
  • Puissance : 406 chevaux à 7000 tr/mn
  • Couple : 476 Nm à 5000 tr/min
  • Transmission : Boite manuelle à 5 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Panther




Présentation de la TVR Sagaris ...



La TVR Sagaris en piste ...



Essai de la TVR Sagaris ...






JPBlogAuto

lundi 1 novembre 2010

Virago Coupé GTS - 2007



VIRAGO COUPE GTS ….







Dirigée par « Andy Nowson » par un ancien de chez Land Rover, la société des voitures « Virago » est un autre de ces petits artisans britanniques qui portent haut et fort le coupé sportif . La firme est installée en écosse est produit au compte goutte des coupés très alléchants dans la lignée des TVR, Trident ou Noble . En effet, le look, les performances, le raffinement intérieur mais aussi le prix sont semblable à la concurrence ….



Présentée au salon Top Marques 2008, la Virago Coupé GTS est un petit coupé 2 places au look plutôt sympa qui n'est pas sans rappeler celui de la Ferrari F360 Modena mais en plus petit . Dessinée par un des designers de Jaguar, la belle est accrocheuse visuellement, c'est une qualité . C'est, certes, une voiture exclusive, mais certainement pas la plus radicale de tous les temps, puisqu'elle se veut une voiture sportive et originale utilisable tous les jours . Dotée d'un châssis tubulaire moderne et d'une carrosserie en résine polyester, la Virago Coupé GTS est assez légère et vraiment maniable . Elle est aussi munie de disques de freins de 285 mm à lavant et 310 mm à l'arrière cachés derrière des roues de 18 pouces à l'arrière (225/40) et 17 pouces à lavant (205/40) ce qui lui procure un bon freinage et une tenue de route à la hauteur ….



Pour ce qui est de la mécanique, la Virago Coupé GTS embarque un V6 Duratec de 3,0 litres de cylindrée et 230 chevaux dans sa version de base, et de 280 chevaux dans sa version « Sport ». Accouplée à une boite 6 vitesses mécanique, cette mécanique permet grâce au poids réduit et à la transmission bien étagée des performances assez intéressantes comme par exemple une vitesse de pointe limitée électroniquement à 250 km/h et en accélération, le 0 à 100 km/h en 5,1 secondes . C'est peut être pas la plus véloce des GT, mais quand même c'est très honorable et la Virago Coupé GTS s'en sort très bien, surtout si on regarde le prix qui est inférieur à 80.000 €uros ....



Du point de vue des équipements de série, la Virago Coupé GTS est à la pointe de la technologie moderne dans ce genre de voitures avec un écran LCD tactile regroupant le système GPS + audio CD/MP3 Alpine, un ordinateur de bord VMS (Vehicule Management System) évolué gérant de nombreux paramètres de l'auto, une climatisation automatique ATC (Automatic Temperature Control), un contrôleur de stabilité ETC (Electronic Traction control), un système d'aide au parking, une alarme, un témoin de la pression des pneus, un dispositif GSM main-libre, etc... Comme bien souvent dans ce genre de voitures assez exclusives, le client pourra concevoir son intérieur à la carte en choisissant entre plusieurs qualités de cuir, de bois, ou aussi bien sur de carbone . La société part sur une production d'une centaine d'exemplaires par an, mais elle recherche des investisseurs pour lancer un nouveau programme d'une GT plus radicale ....






Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V6 Duratec
  • Cylindrée : 3.0 Litres
  • Puissance : 280 chevaux
  • Vitesse : 250 km/h limitée
  • Accélération : Le 0 à 100 en 5’’5








JPBlogAuto

- page 1 de 5