@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Toyota

Fil des billets

samedi 2 décembre 2017

Les 24 Heures du Mans






lm00.jpg


Les 24 Heures du Mans sont une course automobile d'une durée de 24 heures, se déroulant en juin généralement la vingt-quatrième semaine de l'année sur un circuit routier, au sud de la ville du Mans, dans le département de la Sarthe en France. Cette épreuve, existant depuis 1923, est l'une des trois courses les plus prestigieuses au monde avec le Grand Prix de Monaco et les 500 miles d'Indianapolis. Une moyenne de 250.000 spectateurs est assez courante pour chaque édition, sans parler de la couverture télévision quasi mondiale aux quatre coins de la planète ....


lm01.jpg


En 1920, l'Automobile Club de l'Ouest, en particulier par son secrétaire général Georges Durand, œuvre à la réalisation d'une compétition dont le caractère devait contribuer à l'évolution du progrès technique et favoriser l'essor de l'automobile. En 1922, le club annonce la création d'un nouveau type de compétition dans la Sarthe, une épreuve d'endurance, pendant laquelle des équipages de deux pilotes par voiture se relaieraient jour et nuit. La toute première édition, avec trente-trois équipages, se déroule les 26 et 27 mai 1923 sur un circuit près de la ville du Mans. Elle fut remportée par André Lagache et René Léonard sur une Chenard & Walcker. Ils couvrirent 128 tours à la moyenne de 92,064 km/h. La course remporta un succès triomphal qui ira grandissant au fil du temps comme en témoignent les quelques 80 affiches officielles que je vous présente ici classées années par années. En fait, pour les besoins de la promotion, les organisateurs éditent chaque année une nouvelle affiche officielle. Nombreux sont les passionnés qui les collectionnent mais elles sont, il faut l’avouer, inégalement réussies. Depuis quelques années, elles sont assez décevantes, un peu trop criardes et assez racoleuses, elles en sont presque même devenues ordinaires. En fait elles ont perdu le côté kitch et vintage qui lorsqu'elles étaient encore dessinées par des artistes illustrateurs célèbres et talentueux les rendaient si charmantes et tellement désirables ....





De nos jours, les 24 Heures du Mans ont lieu chaque année en juin. C'est la plus ancienne et la plus prestigieuse des courses d'endurance pour automobile de sport et Sport-prototypes, et aucune autre course de ce type ne peut vraiment atteindre le même niveau d’excellence, d’endurance et de technicité. Cette course devenue mythique a, au fil des ans, inspiré de nombreuses courses similaires partout dans le monde et popularisé le format de 24 heures notamment à Daytona, au Nürburgring, à Spa-Francorchamps, ou Bathurst. Plusieurs championnats, comme par exemple "Série American Le Mans" ou "Le Mans Series" ont été très largement copiés sur le règlement des 24 Heures du Mans françaises. Pour tous les pilotes, remporter cette épreuve mythique est d’autant plus prestigieux qu’il est extrêmement difficile de finir cette longue course en bonne place et qui plus est sur le podium ....





Lorsque Le Mans se met à l'heure de la course, c'est finalement plus d'une semaine d'événements. Cela commence vingt jours avant l'épreuve avec l'élection de Miss 24 Heures du Mans suivie par la journée test et les deux journées de vérifications administratives et techniques dont le traditionnel pesage des véhicules, sur la place de la République. Une séance d'autographes des pilotes est organisée devant les stands le mardi alors que les concurrents finissent les préparations des voitures qui sont exposées au public. Les essais libres et les qualifications suivent le mercredi et le jeudi. Le vendredi, c'est la découverte des stands et en fin de journée, se déroule la parade des pilotes, qui présente en centre ville l'ensemble des équipages engagés, suivi de l'incontournable et traditionnelle inauguration d'une nouvelle plaque de bronze avec les Empreintes des vainqueurs de l'année précédente ....





La piste, mesurant 13,629 km, emprunte une partie du circuit Bugatti et comporte une grande partie de route nationale. Les passages les plus célèbres sont les virages du Tertre Rouge, Mulsanne, Arnage et la ligne droite des Hunaudières, longue de presque 6 km où les prototypes maintenaient auparavant une vitesse de près de 400 km/h pendant une minute. Cette portion du circuit a été divisée en trois lignes droites par l'installation de deux chicanes en 1990. Le record homologué de vitesse maximum atteinte sur le circuit est de 405 km/h dans la longue ligne droite des Hunaudières et appartient à Roger Dorchy sur Peugeot WM P88 lors des 24 Heures du Mans 1988. Avec les vitesses élevées qui sont associées au Mans, la piste a vu un certain nombre d'accidents. Certains ont été mortels pour les pilotes mais aussi pour les spectateurs. Le pire moment dans l'histoire du Mans est l'accident survenu durant l'édition du 11 juin 1955 au cours de laquelle 82 spectateurs, ainsi que le pilote Pierre Levegh, sont tués par l'envol de la Mercedes-Benz 300 SLR de ce dernier ....





Depuis 1949, le départ est donné par une personnalité, différente chaque année, et non plus par un membre de l'ACO. On peut nommer entre autres trois présidents de la République française, en 1949 Vincent Auriol, en 1972 Georges Pompidou et en 2015 François Hollande. Des personnalités du monde du cinéma, avec en 1971 Steve McQueen, en 1996 Alain Delon, en 2003 Luc Besson et en 2016 Brad Pitt ou dans le monde sportif, en 1978 Raymond Poulidor, en 1982 Luigi Chinetti, en 2000 Jacky Ickx, en 2009 par le président de Ferrari Luca di Montezemolo, en 2011 par le président de la FIA Jean Todt et en 2014 par Fernando Alonso. En 2008, le départ a même été donné par des astronautes depuis la station spatiale internationale ....


lm64.jpg


Le record du meilleur tour en course appartient au pilote Allemand André Lotterer sur Audi R18 e-tron quattro avec un temps de 3 min 17 s 475, soit 248,459 km/h de moyenne, réalisé lors de l'édition 2015. Mais le tour le plus rapide de toute l'histoire des 24 Heures du Mans est au crédit du pilote Japonais Kamui Kobayashi sur uneToyota, lors des essais qualificatifs de l'édition 2017, avec un record absolu incroyable de 3 min 14 s 791 soit une moyenne de 251,882 km/h, tour le plus rapide depuis l'existence des deux chicanes dans la ligne droite des Hunaudières ....


lm65.jpg




La pole position de Kamui Kobayashi et le nouveau record du circuit en 2017 ...



Sources : © - Wikipédia © - Youtube © - Google Images © - ACO © - FIA






JPBlogAuto

vendredi 30 septembre 2016

Ginetta G32 - 1988







ginetta00.jpg



"Ginetta" est une marque automobile anglaise qui débute sont activité à Woodbridge dans le Suffolk en 1958. Les modèles de la marque sont essentiellement de petits coupés à tendance sportive avec des mécaniques Coventry Climax, Ford ou BRM de 4, 6 ou 8 cylindres. Ces voitures au début de conception plutôt artisanale sont légères et élégantes et s’illustrent dans plusieurs courses pour véhicules de tourisme et aussi en course de côte. Deux options étaient possible, la voiture complètement montée ou la formule en kit au coût de revient vraiment économique. De nos jours, les voitures sont fabriquées depuis 2007 dans une nouvelle usine située près de Leeds. Depuis 2008, Ginetta participe aux Championnats de course automobile d'endurance "Le Mans Series", "American Le Mans Series" et "24 Heures du Mans" ....





Ginetta est l'une des rares marques britanniques indépendantes nées pendant les années cinquante à avoir survécu jusqu'à nos jours. En 1988, la marque lance la jolie Ginetta G32, un petit coupé à propulsion à tendance sportive avec un moteur central-arrière. Ce coupé est une stricte deux places d'une longueur de 3,75 mètres et d'une largeur de 1,65 mètres qui ne pèse que 760 kilos en ordre de marche et qui est censé concurrencer la MR-2 Toyota. Présentée pour la première fois au Salon de Birmingham en 1988, la G32 descend en droite ligne du prototype G25 de 1984 ....





A cette époque, la firme restait une entreprise aux moyens limités, sur un marché restreint. La Ginetta G32 devait notamment faire face à une forte concurrence aussi séduisante, et souvent équipée d'une mécanique assez ambitieuse. Autant dire que le créneau était assez délicat à occuper et qu'il fallait donc impérativement faire preuve d'innovations mais en adoptant des solutions assez économiques pour tirer son épingle du jeu. Les ingénieurs vont donc opter pour un design assez sobre et plutôt classique sans extravagences qui se distinguait par des formes nettes et une ceinture de caisse très basse valorisant le côté sportif de ce petit coupé. L'avant est assez fluide et plutôt élégant grace à l'adoption de phares escamotables ....





La Ginetta G32 à l’image des générations précédentes, propose des principes de construction longuement éprouvés qui demeurent les mêmes qu'aux débuts de la marque, à savoir un châssis tubulaire, léger et rigide, et une carrosserie en fibre de verre. Afin de réduire au maximum les coûts de fabrication, un grand nombre de composants utilisés sur la voiture proviennent de la banque d'organes proposée par Ford. Ainsi les portes, le pare brise et des parties intérieures de l'habitacle étaient les mêmes éléments que la Ford Fiesta. Le châssis étant entièrement galvanisé et la carrosserie en fibre de verre, le seul souci pour ce qui est de la corrosion concerne donc uniquement les portes en acier provenant de la petite Ford fiesta XR2 ....





La Ginetta G32 bien que fabriquée de façon économique et calculée proposait cependant une construction plutôt soignée. Elle utilisait les meilleurs matériaux et éléments disponibles dans la vaste banque d'organes du catalogue Ford. Son prix contenu s'en ressentait donc face à la concurrence et Ginetta qui avait des ambitions mesurées en terme de volume de vente réussi donc à atteindre ses objectifs d'environ 120 exemplaires. Le but de la marque était de produire quelques véhicules avec sérieux, pour une clientèle moyenne et ce fut un succès, ce qui permit de proposer assez rapidement une version cabriolet à performance quasiment égale ....





L'emménagement intérieur de cette étonnante Ginetta G32 était lui aussi d'assez bonne facture. En effet le tableau de bord était équipé de compteurs bien disposés qui permettaient une surveillance complète et facile de la mécanique en offrant tous les contrôles possibles. De plus pour une voiture à tendance sportive un côté assez cosy avait été conservé avec du cuir, des inserts et un tableau de bord en bois du plus bel effet. La console centrale, les vitres électriques, l'équipement audio, le volant alu gainé de cuir et les moquettes participaient aussi au confort général ....





Pour ce qui est de la mécanique, le coupé Ginetta G32 etait initialement prévu pour être équipé du moteur Ford 1600 RS Turbo. Mais le compartiment moteur exigu placé derrière les sièges chauffait tellement que Ginetta renonça à produire cette version en série. Elle fut remplacée par une version améliorée du moteur Ford 1.9 litres issu de l'Escort XR3i. Cette mécanique proposait 135 chevaux à 5750 t/mn pour un couple de 180 Nm à 2850 tr/min. Pour le freinage la voiture était équipée de freins à disques ventilés à l'avant. Equipée d'une boîte de vitesses à cinq rapports elle pouvait atteindre une vitesse maximale de 190 km/h enviable pour l'époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Disposition : Centrale arrière
  • Cylindrée : 1.9 litres
  • Puissance : 135 ch à 5750 tr/min
  • Couple : 180 Nm à 2850 tr/min
  • Transmission : Boite manuelle à 5 vitesses



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Ginetta




La Ginetta G 32 ...



La Ginetta G 32 ...



L'usine Ginetta aujourd'hui ...






JPBlogAuto

lundi 17 septembre 2012

De la technologie pour l'écologie

L’industrie mondiale de l’automobile rentre tout doucement dans une période de vaches maigres et quasiment tous les constructeurs sont touchés sauf peut être à un moindre degré les fabricants de voitures sportives et luxueuses très chères qui parviennent à tirer un peu mieux leur épingle du jeu . Les causes d’un tel marasme sont multiples, prix du pétrole, pouvoir d’achat, législation et répression drastique, écologie, et j’en passe ….

Tous les grands groupes sont concernés et si la tendance générale est de rendre les voitures plus économiques et plus écologiques pour redonner l’envie d’acheter, force est de constater que les solutions peuvent être différentes . Certains préconisent l’usage du bioéthanol comme par exemple au Brésil . Les japonais comme Toyota ou Honda suivent la voie des moteurs hybrides (essence + électricité) . Les constructeurs européens quant à eux préfèrent la solution du retrait des arbres à cames qui contrôlent l’ouverture des soupapes car on sait bien que des soupapes dépend le remplissage des cylindres . D’où l’idée des soupapes pilotées individuellement par un calculateur et non plus un arbre à cames ce qui permettrait une gestion mieux adaptée aux circonstances, promettant jusqu’à vingt pour cent d’économie ….

Trois technologies d’activation sélectives des soupapes sont à l’étude et donc en concurrence, on appelle ça les « moteurs camless » . Le français Valéo travaille sur un système électromagnétique ou les soupapes sont commandées par des électro-aimants . Chez Wolkswagen on étudie un système électrique composé de petits moteurs électriques individuels qui commandent les soupapes . En Italie Fiat préfère le système hydraulique avec de l’huile sous haute pression et des électrovannes pour chaque soupapes . C’est une véritable révolution culturelle car il faut faire digérer aux nombreux passionnés de belles mécaniques le fait qu’ils n’auront plus un moteur à double arbre à cames en tête sous le capot mais un camless, ça va pleurer dans les chaumières ….

Fini les jolis blocs a arbres à cames en tête ...


Bien évidemment seuls quelques rares moteurs hybrides sont actuellement en circulation car pour ce qui est des moteurs camless on n’en est pour l’instant qu’au stade de l’étude et du prototype . En fait ces futurs moteurs ne sont prévus qu'entre 2012 et 2015 car le challenge à relever est très pointu, imaginez qu’à 6000 tours minutes les soupapes s’ouvrent et se ferment 50 fois par seconde, ça laisse rêveur quant à la précision diabolique de la gestion qu’il faut obtenir pour un fonctionnement sans faille ….


JPBlogAuto

- page 1 de 17