@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Toyota

Fil des billets

vendredi 30 septembre 2016

Ginetta G32 - 1988







ginetta00.jpg



"Ginetta" est une marque automobile anglaise qui débute sont activité à Woodbridge dans le Suffolk en 1958. Les modèles de la marque sont essentiellement de petits coupés à tendance sportive avec des mécaniques Coventry Climax, Ford ou BRM de 4, 6 ou 8 cylindres. Ces voitures au début de conception plutôt artisanale sont légères et élégantes et s’illustrent dans plusieurs courses pour véhicules de tourisme et aussi en course de côte. Deux options étaient possible, la voiture complètement montée ou la formule en kit au coût de revient vraiment économique. De nos jours, les voitures sont fabriquées depuis 2007 dans une nouvelle usine située près de Leeds. Depuis 2008, Ginetta participe aux Championnats de course automobile d'endurance "Le Mans Series", "American Le Mans Series" et "24 Heures du Mans" ....





Ginetta est l'une des rares marques britanniques indépendantes nées pendant les années cinquante à avoir survécu jusqu'à nos jours. En 1988, la marque lance la jolie Ginetta G32, un petit coupé à propulsion à tendance sportive avec un moteur central-arrière. Ce coupé est une stricte deux places d'une longueur de 3,75 mètres et d'une largeur de 1,65 mètres qui ne pèse que 760 kilos en ordre de marche et qui est censé concurrencer la MR-2 Toyota. Présentée pour la première fois au Salon de Birmingham en 1988, la G32 descend en droite ligne du prototype G25 de 1984 ....





A cette époque, la firme restait une entreprise aux moyens limités, sur un marché restreint. La Ginetta G32 devait notamment faire face à une forte concurrence aussi séduisante, et souvent équipée d'une mécanique assez ambitieuse. Autant dire que le créneau était assez délicat à occuper et qu'il fallait donc impérativement faire preuve d'innovations mais en adoptant des solutions assez économiques pour tirer son épingle du jeu. Les ingénieurs vont donc opter pour un design assez sobre et plutôt classique sans extravagences qui se distinguait par des formes nettes et une ceinture de caisse très basse valorisant le côté sportif de ce petit coupé. L'avant est assez fluide et plutôt élégant grace à l'adoption de phares escamotables ....





La Ginetta G32 à l’image des générations précédentes, propose des principes de construction longuement éprouvés qui demeurent les mêmes qu'aux débuts de la marque, à savoir un châssis tubulaire, léger et rigide, et une carrosserie en fibre de verre. Afin de réduire au maximum les coûts de fabrication, un grand nombre de composants utilisés sur la voiture proviennent de la banque d'organes proposée par Ford. Ainsi les portes, le pare brise et des parties intérieures de l'habitacle étaient les mêmes éléments que la Ford Fiesta. Le châssis étant entièrement galvanisé et la carrosserie en fibre de verre, le seul souci pour ce qui est de la corrosion concerne donc uniquement les portes en acier provenant de la petite Ford fiesta XR2 ....





La Ginetta G32 bien que fabriquée de façon économique et calculée proposait cependant une construction plutôt soignée. Elle utilisait les meilleurs matériaux et éléments disponibles dans la vaste banque d'organes du catalogue Ford. Son prix contenu s'en ressentait donc face à la concurrence et Ginetta qui avait des ambitions mesurées en terme de volume de vente réussi donc à atteindre ses objectifs d'environ 120 exemplaires. Le but de la marque était de produire quelques véhicules avec sérieux, pour une clientèle moyenne et ce fut un succès, ce qui permit de proposer assez rapidement une version cabriolet à performance quasiment égale ....





L'emménagement intérieur de cette étonnante Ginetta G32 était lui aussi d'assez bonne facture. En effet le tableau de bord était équipé de compteurs bien disposés qui permettaient une surveillance complète et facile de la mécanique en offrant tous les contrôles possibles. De plus pour une voiture à tendance sportive un côté assez cosy avait été conservé avec du cuir, des inserts et un tableau de bord en bois du plus bel effet. La console centrale, les vitres électriques, l'équipement audio, le volant alu gainé de cuir et les moquettes participaient aussi au confort général ....





Pour ce qui est de la mécanique, le coupé Ginetta G32 etait initialement prévu pour être équipé du moteur Ford 1600 RS Turbo. Mais le compartiment moteur exigu placé derrière les sièges chauffait tellement que Ginetta renonça à produire cette version en série. Elle fut remplacée par une version améliorée du moteur Ford 1.9 litres issu de l'Escort XR3i. Cette mécanique proposait 135 chevaux à 5750 t/mn pour un couple de 180 Nm à 2850 tr/min. Pour le freinage la voiture était équipée de freins à disques ventilés à l'avant. Equipée d'une boîte de vitesses à cinq rapports elle pouvait atteindre une vitesse maximale de 190 km/h enviable pour l'époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Disposition : Centrale arrière
  • Cylindrée : 1.9 litres
  • Puissance : 135 ch à 5750 tr/min
  • Couple : 180 Nm à 2850 tr/min
  • Transmission : Boite manuelle à 5 vitesses



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Ginetta




La Ginetta G 32 ...



La Ginetta G 32 ...



L'usine Ginetta aujourd'hui ...






JPBlogAuto

lundi 17 septembre 2012

De la technologie pour l'écologie

L’industrie mondiale de l’automobile rentre tout doucement dans une période de vaches maigres et quasiment tous les constructeurs sont touchés sauf peut être à un moindre degré les fabricants de voitures sportives et luxueuses très chères qui parviennent à tirer un peu mieux leur épingle du jeu . Les causes d’un tel marasme sont multiples, prix du pétrole, pouvoir d’achat, législation et répression drastique, écologie, et j’en passe ….

Tous les grands groupes sont concernés et si la tendance générale est de rendre les voitures plus économiques et plus écologiques pour redonner l’envie d’acheter, force est de constater que les solutions peuvent être différentes . Certains préconisent l’usage du bioéthanol comme par exemple au Brésil . Les japonais comme Toyota ou Honda suivent la voie des moteurs hybrides (essence + électricité) . Les constructeurs européens quant à eux préfèrent la solution du retrait des arbres à cames qui contrôlent l’ouverture des soupapes car on sait bien que des soupapes dépend le remplissage des cylindres . D’où l’idée des soupapes pilotées individuellement par un calculateur et non plus un arbre à cames ce qui permettrait une gestion mieux adaptée aux circonstances, promettant jusqu’à vingt pour cent d’économie ….

Trois technologies d’activation sélectives des soupapes sont à l’étude et donc en concurrence, on appelle ça les « moteurs camless » . Le français Valéo travaille sur un système électromagnétique ou les soupapes sont commandées par des électro-aimants . Chez Wolkswagen on étudie un système électrique composé de petits moteurs électriques individuels qui commandent les soupapes . En Italie Fiat préfère le système hydraulique avec de l’huile sous haute pression et des électrovannes pour chaque soupapes . C’est une véritable révolution culturelle car il faut faire digérer aux nombreux passionnés de belles mécaniques le fait qu’ils n’auront plus un moteur à double arbre à cames en tête sous le capot mais un camless, ça va pleurer dans les chaumières ….

Fini les jolis blocs a arbres à cames en tête ...


Bien évidemment seuls quelques rares moteurs hybrides sont actuellement en circulation car pour ce qui est des moteurs camless on n’en est pour l’instant qu’au stade de l’étude et du prototype . En fait ces futurs moteurs ne sont prévus qu'entre 2012 et 2015 car le challenge à relever est très pointu, imaginez qu’à 6000 tours minutes les soupapes s’ouvrent et se ferment 50 fois par seconde, ça laisse rêveur quant à la précision diabolique de la gestion qu’il faut obtenir pour un fonctionnement sans faille ….


JPBlogAuto

jeudi 19 juillet 2012

Toyota GT 86 - 2012



TOYOTA GT 86 ….







Bien que venue assez tardivement à l’automobile en 1936, « Toyota » est devenu néanmoins le premier groupe industriel japonais tant en qualité qu’en volume de production de voitures . La véritable expansion commerciale de la firme débute dans les années 50 pour devenir à partir de 1970 le troisième producteur mondial d’automobiles et dans les années 2000 atteindre la place de numéro un . Les voitures de la firme ont toujours été caractérisées par une stricte simplicité technique et des choix esthétiques et mécaniques calqués sur uniquement le meilleur de l’école occidentale . Chez Toyota on fait simple, robuste et efficace en parfaite adéquation à la demande du marché et on propose une gamme très complète de modèles capable de répondre à toutes les demandes de la clientèle, et même des sportives ….



A l’occasion du dernier salon de Tokyo, Toyota à dévoilé la version définitive de son petit coupé 2+2 sportif à propulsion baptisé Toyota GT 86 . Car depuis 2006, le géant japonais ne comptait plus aucun modèle sportif dans sa gamme européenne, à l'exception de la confidentielle Yaris TS . Une absence qui avait de quoi surprendre, comment le plus grand constructeur du monde pouvait-il être absent d’un segment de marché aussi emblématique ? Certains spécialistes de l’automobile avaient parié sur le retour de l'appellation Celica pour ce nouveau coupé sportif de la marque japonaise . Sauf que les quatre dernières générations de Celica étaient des tractions, contrairement à leurs contemporaines MR, qui étaient des propulsions mais à moteur central . Entre ces deux définitions existait entre 1983 et 1987 un petit coupé propulsion à moteur avant dérivé de la Corolla connu sous le patronyme "AE86 ou Sprinter Trueno" . C'est donc à ce dernier que la firme a voulu faire référence avec ce nouveau coupé conçu en collaboration avec Subaru qui prend finalement l’appellation de Toyota GT 86 ….



Dès sa nomination en 2009, Akio Toyoda, le nouveau patron du géant japonais, a décidé de changer de braquet . Les premiers discours de cet ancien pilote de course affirmaient la volonté de réintroduire le "plaisir de conduire" dans les valeurs de la marque . Le nouveau coupé Toyota GT 86 est le premier résultat concret de cette orientation volontariste . Conçu en partenariat technique avec Subaru, ce petit coupé propulsion puise dans l’héritage de Toyota . Sur le plan du design, cette version définitive est très proche des divers concepts présentés depuis le salon de Tokyo en 2009 . Seuls quelques détails changent comme les feux arrière moins effilés, un diffuseur moins spectaculaire ou la petite entrée d'air sur l'aile avant au look nettement moins "Aston Martin". Sur la face avant, les filets de diodes sont remplacés par des feux antibrouillard plus conventionnels et les nervures partant de l'insigne Toyota sur le capot moteur sont plus marquées . Mais fort heureusement, il reste fidèle à son architecture . Il s’agit toujours d’un coupé compact (4,24 m) et particulièrement ramassé (1,29 m de haut) qui pourtant, offre quatre places grâce à son empattement de 2,57 m . La ligne en dit long sur les prétentions du modèle . Ramassée, sportive et large d’épaule, la GT 86 exploite tous les traits de style propres aux coupés musclés, à commencer par les optiques menaçantes soulignées de LED qui sont devenues une référence des années 2010 . Au final, la Toyota GT 86 est belle avec cette allure bestiale et très sportive ....



Pour ce qui est de la technique, la Toyota GT 86 est conçue sur un châssis aux petits oignons qui avec seulement 53 % de la masse sur le train avant, révelle un comportement quasiment neutre . En prime, la firme a opté pour une monte de pneus plus large à l’arrière qu’à l’avant, ce qui est la marque des vraies sportives . Cerise sur le gâteau, Toyota propose un différentiel autobloquant à glissement limité particulièrement efficace spécialement étudié pour une traction avant . C’est une pure propulsion, mais bénéficiant d'une motricité maximale . Les plus joueurs pourront même déconnecter le contrôle de Stabilité VSC afin de mieux profiter du tempérament de l'engin . Ainsi, on constate avec joie que Toyota s'est enfin décidé à refaire des véhicules ludiques, après une longue période de disette . A bord, l'habitacle est entièrement axée sur le conducteur pour proposer une meilleure conduite sportive grâce à une ergonomie étudiée dans le détail de la fonctionnalité de chaque élément avec lequel le conducteur interagit . En outre, la forme du siège avant est conçu non seulement pour le confort, mais aussi comme les dossiers et les surfaces des coussins, pour fournir un soutien optimal à l'accélération et aux forces G . La Toyota GT 86 est également équipée d’un tableau de bord et d’une console centrale avec des inserts en carbone, en cuir et en aluminium qui renforce le côté sportif recherché ....



Pour ce qui est de la motorisation, l’insolite Toyota GT 86 est équipée d'un quatre-cylindres boxer à plat d'origine Subaru, équipé d'un système d’injection directe et indirecte Toyota D-4S similaire à celui du V10 de la Lexus LFA . Ce système utilise l’injection indirecte à bas régime pour générer un effet de turbulence dans les cylindres afin d’améliorer la combustion . Ce 4-cylindres "carré" de 1.998 cm3 utilise la même course et le même alésage de 86 mm . Avec son taux de compression élevé (12,5 : 1) ce bloc atmosphérique adopte une philosophie typiquement japonaise, il faudra le cravacher pour en obtenir le meilleur . Le couple maximum de 205 Nm est en effet obtenu à 6.600 tr/min et la puissance maximale de 200 chevaux ne sera atteinte qu’à 7.000 tr/min . Mais n’oublions pas la finesse et la spontanéité d’un moteur atmosphérique pointu, en clair, vous effleurez la pédale de droite, et ça part instantanément, sans temps de réponse . La transmission est confiée à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, mais une unité automatique à 6 rapports également sera disponible en option et comportera des palettes derrière le volant . La très insolite Toyota GT 86 devrait aussi être proposée avec une option forte de 250 chevaux contre les 200 de base . Cette variante serait développée en interne par le département Toyota Racing Development (TRD) ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres boxer
  • Cylindrée : 2.0 Litres
  • Puissance : 200 chevaux à 7.000 tr/min
  • Couple : 205 Nm à 6.600 tr/min
  • Vitesse : 250 km/h






La « Toyota GT 86 », c'est ça ...



La « Toyota GT 86 », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 17