@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Tricycle

Fil des billets

vendredi 29 mai 2015

Messerschmitt KR 200 - 1955







Messerschmitt00.jpg



Le Messerschmitt KR200 ou Kabinenroller (scooter à cabine), était un véhicule tricycle biplace en tandem conçu par l'ingénieur aéronautique Fritz Fend et produit dans l'usine du constructeur aéronautique allemand Messerschmitt. En fait, tout a commencé dés 1948, lorsqu'il commercialise un microcar destiné aux mutilés de guerre et aux handicapés, c'était une première petite voiturette à une place et à trois roues qui est baptisée Flitzer fabriquée artisanalement à Rosenheim ….





Fritz Fend avait travaillé pendant la guerre sur le premier chasseur à réaction Messerschmitt Me 262 en tant qu'ingénieur. Grâce à son ancien patron, le professeur Willy Messerschmitt qui intercède en sa faveur, Fritz peut utiliser les hangars vides de la société car ils sont désaffectés après la guerre. Willy Messerschmitt était un partisan fanatique de la construction légère et sa devise était : « tout ce qui ne casse pas est surdimensionné ! » Dés 1953 une première petite série sera fabriquée sous le nom de Messerschmitt KR 175 car les engins sont motorisés par un petit moteur de 175 cm3 ….





Au printemps 1955, ce fut le tour du Messerschmitt KR 200 de voir le jour. Les ventes de cette année-là atteignirent 12 000 véhicules pour un prix unitaire de 2.500 marks. Le bruit qui courait selon lequel le Kabinenroller comportait des éléments du fameux chasseur Me 109, fut un vrai coup de pub. En fait, sa forme aérodynamique, l'accès à bord par basculement de la verrière en plexiglas, la disposition biplace en tandem et la recherche de légèreté sont en effet des points communs avec un avion ce qui renforçait cette rumeur ....





Très rapidement le Messerschmitt KR 200 fut amélioré et équipé d'un embrayage au pied et d'une marche arrière. En l'espace de 24 heures, il établit pas moins de 25 records du monde sur la piste du fameux circuit d'Hockenheim ou équipé d'un moteur de 13 chevaux, il poussait des pointes à 130 km/h. Un peu plus tard, quelques dernières améliorations seront aussi ajoutées comme une voie avant plus large et aussi la partie avant du véhicule qui s’ouvre désormais pour accueillir un petit coffre à bagages plutôt minimaliste ....





Avec cette première version standard au toit à bulle de plexiglas, la gamme du Messerschmitt KR 200 s’élargit ensuite avec un roadster KR 201 équipé d’un tout petit saute-vent et un cabriolet plus luxueux avec une carrosserie deux tons, un intérieur plus raffiné et quelques chromes en plus. Il est à noter que sur la version sport le cockpit ne bascule pas sur le côté et il faut tout simplement enjamber pour monter à bord. Plus de pare brise ni de toit mais seulement un petit saute vent en Plexiglas et une toile pour recouvrir l'habitacle ....





En janvier 1957, Messerschmitt abandonne toutes les activités non reliées à l'aéronautique pour pouvoir bénéficier des aides gouvernementales destinées à soutenir la reconstruction d'une industrie aéronautique en Allemagne. Mais la nouvelle société Fahrzeug und Maschinenbau Regensburg (FMR) reprend la production de l'engin qui continue toutefois de se faire sous le label Messerschmitt KR 200 et ceci jusqu'à la fin de la production ....





La production du Messerschmitt KR200 va fortement diminuer au début des années 60 pour définitivement s'arrêter en 1964 car le temps n’est plus aux voiturettes. La carrière de cet engin insolite s’arrête pour cause de non-rentabilité après un très beau succès avec environ 50.000 exemplaires fabriqués. Ce succès témoignait d'une certaine réalité économique d’une Allemagne en pleine reconstruction qui avait misé sur les voiturettes défiscalisées. En janvier 2010, une Messerschmitt KR200 de 1956 s’est vue adjugée lors d’une vente aux enchères à Scottsdale dans l’Arizona à 44.000 dollars soit environ 30.800 €uros ....





Pour ce qui est de la mécanique du Messerschmitt KR200, le concepteur Fritz Fend a fait preuve d'imagination en utilisant un Moteur Fichtel & Sachs monocylindre deux temps d'une cylindrée de 191cm³ qui développe 10.2 chevaux à 5250 tr/min utilisable dans les deux sens de rotation du vilebrequin. L'alimentation est assurée par un carburateur de marque Bing et le refroidissement s’effectue par air forcé au moyen d'une soufflante. La lubrification se fait par un mélange d'huile au proportion de 1/25. La transmission est un système primaire par chaîne avec une boite de quatre vitesses avant ou arrière en fonction de la rotation du moteur de type séquentielle mais non synchronisée ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Mélange Essence-huile
  • Moteur : Fichtel & Sachs monocylindre deux temps
  • Cylindrée : 191cm³
  • Puissance : 10.2 chevaux à 5250 tr/min
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : 4 vitesses séquentielle non synchronisée



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Messerschmitt




Le Messerschmitt KR 200 de 1955 ...



Le Messerschmitt KR 200 de 1955 ...








JPBlogAuto

lundi 23 mai 2011

Sinclair C5 - 1985



SINCLAIR C5 ….







Clive Sinclair et son ami Chris Curry (futur fondateur de Acorn) ont débuté dans les années 70 avec une entreprise basée en Angleterre Sinclair Research qui était spécialisée dans la fabrication de télévisions, radios, calculatrices de poche et ordinateurs . L'idée de concevoir des véhicules à propulsion électrique est présente dès le début de l'aventure car le but est ouvertement de créer une méthode de transport totalement nouvelle pour l’époque . Ce projet semble au départ être un défi lié à un hobby par la volonté générale de Sinclair d'innover, mais qui se révèle potentiellement fructueux face aux nouvelles problématiques écologiques . Les barrières techniques sont nombreuses, mais Clive Sinclair est habitué à concevoir des produits utilisant des solutions nouvelles aussi parvient-il à se faire accompagner par des investisseurs ….



En mars 1983, Sir Clive Sinclair qui souhaitait étendre les activités de Sinclair Research aux moyens de locomotion fonde Sinclair Vehicles Ltd dans le but de construire des voitures totalement électriques . La société est fondée grâce à un investissement 8,6 millions de livres gagnés avec la vente d'une partie des actions de Sinclair Research . Le directeur nommé vient de la DeLorean Motor Company . Le 10 janvier 1985 est commercialisé le premier et unique véhicule de la marque, la très insolite Sinclair C5 . C’est une petite voiture monoplace tricycle au design futuriste à motorisation totalement électrique très inhabituelle pour l’époque qui ne nécessite pas de permis de conduire . Comme pour ses autres produits, Sinclair lance une grande campagne de promotion pour sa voiture qui coûte à l'entreprise 3 millions de livres . Principalement destinée à des déplacements urbains, la petite Sinclair C5 mesure 76,5 cm de largeur, 70 cm de hauteur et 173 cm de long ….



La construction de la Sinclair C5, initialement prévue dans les locaux de la compagnie DeLorean alors en faillite, est finalement réalisée dans les ateliers de Hoover . Environ 17.000 exemplaires seront vendus à des clients qui devront débourser 399 livres sterling de l’époque . Les premiers modèles dont la vitesse était limitée à 25 km/h avaient la particularité de ne pas devoir remplir toutes les exigences liées à la législation sur la sécurité routière . Le principal inconvénient de ce petit véhicule entièrement en plastique réside dans le fait qu’il rebute la clientèle pour une conduite sur la route . Le fait d’avoir la tête au niveau des pneus des autres véhicules et les pots d'échappement qui crachent dans la figure inquiète la clientèle au même titre que les minuscules feux avant et arrières de l’engin qui même allumés ne garantissaient pas qu'un chauffeur de camion ne le voie . D’ailleurs sur les derniers modèles disponibles, un haut mât peint en rouge vif avait été rendu obligatoire par la Royal Society for the Prevention of Accidents . Tout ces éléments réunis ont fait que la Sinclair C5 n’a pas été vraiment aidée pour élargir un marché déjà minuscule ....



Vers la fin de sa carrière, la Sinclair C5 disposé d’un tout nouveau moteur électrique de 24 volts qui lui permettait d’atteindre la vitesse vertigineuse de 50 km/h, le double que les premières versions, autant dire un pas de géant . Au début des années 90, le marché Suisse s’est ouvert à la Sinclair C5 avec une version très personnalisée pour la circonstance qui utilisait un système de récupération de l’énergie solaire en plus des batteries du modèle standard . Du côté du confort et des équipements, l’engin est vraiment minimaliste . La position de conduite n’est pas des plus confortable car la direction est assurée non pas par un volant mais par un guidon comme sur une moto . Le plus perturbant dans l’affaire est que ce fameux guidon se trouve placé sous les genoux du chauffeur ce qui est peu naturel et ne facilite pas vraiment l’utilisation . Quant aux bagages, ils sont limités par la grandeur du petit coffre arrière, pas question de transporter vos clubs de golf . De nos jours, la Sinclair C5 est devenu un engin très insolite à classer dans les véhicules anciens de collection ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : Electrique
  • Type : tricycle
  • Place : unique
  • Législation : véhicule sans permis
  • Vitesse : 25 puis 50 km/h






La « Sinclair C5 », c'est ça ...



La « Sinclair C5 », c'est ça ...





JPBlogAuto