@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Viotti

Fil des billets

vendredi 31 août 2018

Arturo Maggiora Carrossier









La Carrosserie Maggiora était une entreprise italienne de carrosserie automobile et d'assemblage de voitures installée à Moncalieri près de Turin fondée en 1925 en tant que « Martelleria Maggiora » pour la construction de voitures de haute qualité par Arturo Maggiora, ancien métallurgiste de l'usine Lancia. Bien que ce nom ne vous parle sans doute pas énormément, il faut savoir que l'on est en présence d'une carrosserie artisanale à l'ancienne, dirigée par des artistes capables de transformer de la simple ferraille ordinaire en véritable œuvre d'art automobile ....





Créée à l'origine dans un petit hangar de 1500 mètres carrés à Turin, l'activité de la Carrosserie Maggiora se développe rapidement même si elle est confrontée à la construction de nombreux ateliers de carrosserie concurrents très populaires à l'époque. Arturo Maggiora, véritable chef d'orchestre de cet atelier s'est volontairement spécialisé dans la construction de haute qualité afin de pouvoir se démarquer de la concurrence en réussissant à produire des superbes carrosseries très épurées aux formes gracieuses et arrondies des plus étonnantes pour l'époque ....





Déjà à cette époque, derrière cette petite officine méconnue du grand public qu'est la Carrosserie Maggiora se cachent des modèles d'exception, et d'autres moins prestigieux mais pas moins élégamment sculptés. La célèbre Carrosserie Viotti ne s'est d'ailleurs pas trompé en choisissant Maggiora comme collaborateur privilégié qui vas jouer un rôle majeur dans la conception de ses voitures à succès. La Fiat Tipo 1500 cabriolet par exemple vas devenir un objet de désir pour les sportifs, les acteurs et les artistes des années 40. La Maserati 1500 construite pour battre le record du monde de vitesse montre la grande expertise des ouvriers qualifiés recrutés et formés par la Carrosserie Maggiora ....





C'est une époque de pleine expansion et de totale réussite pendant laquelle la Carrosserie Maggiora va beaucoup travailler pour de grandes marques comme Fiat, Glas, Lancia, Viotti, Abarth ou aussi Cisitalia. Mais c'est après la guerre que Maggiora fait sa transformation la plus radicale. En 1951, la société s'installe à Borgo San Pietro à Moncalieri. Dans ces nouveaux locaux, l'entreprise peut enfin avoir une plus grande surface et une installation moderne qui va lui permettre de passer du stade de petit artisan-carrossier à celui de constructeur-assembleur ....





Suite au déménagement de son entreprise, Arturo Maggiora va étendre ses programmes et ses projets avec l'aide de ses quatre enfants Guiseppina, Bruno, Mauro et Vincenzo. Employant désormais 600 personnes dans cette nouvelle usine, la Carrosserie Maggiora profite de sa renommée acquise grâce à ses expériences et ses techniques de construction parmi les plus sophistiquées pour parvenir à obtenir des commandes sans cesse plus importantes. Pour faire face à ce succès grandissant la famille Maggiora désormais au commande décide même de rénover l'ancienne usine de ses débuts, proche de Turin, pour la réutiliser en complément de la nouvelle ....





Après guerre avec la reprise économique, la Carrosserie Maggiora produit des éléments de carrosserie pour diverses marques comme par exemple Fiat et collabore également à la construction de voitures sur mesure de haute qualité. Parmi celles-ci, la BMW 700 Sport Coupé, l'Alfa Romeo 2000 Touring, la Lancia B20 et la Flaminia Touring, la Fiat 2300 S Coupé, la De Tomaso Mangusta et la Pantera, ou la Maserati Mistral. La société collabore aussi toujours de façon classique pour des voitures plus conventionnelles avec la Carrosserie Frua, la Carrosserie Touring, ou la Carrosserie Viotti ....





En 1978, Maggiora devient une société anonyme et prend le nom de Ilca Maggiora (Industrie de La Carrosserie Automobile). Dans le même temps, elle diversifie ses clients et le marché et donne un nouvel élan à la production. L'Ilca Maggiora assume ainsi les caractéristiques d'une entreprise d'avant-garde spécialisée dans l'industrie des prototypes, elle porte une attention particulière à la première série, produit des moules, construit des pièces automobiles et fabrique également ses propres modèles. Au début des années 90, Maggiora fusionne avec la société SanMarco & Lamier pour créer IRMA SpA, qui est l'un des plus importants fournisseurs de la gamme Ducato ....





En 1992, la Carrosserie Maggiora ira même jusqu'à racheter l'ancienne usine historique Lancia du Nord Est de Turin, et continuera à fabriquer les Lancia Delta Integrale Evoluzione jusqu'en 1994. La dernière voiture produite dans les ateliers de Maggiora était la Fiat Barchetta. Parmi ses propres productions, il faut également citer la Lancia K Coupé conçue par Gianna Maggiora ainsi que la Lancia Flaminia, la Lancia Thesis et la Cisitalia Abarth. Malheureusement en 2003, en raison de difficultés financières, la belle épopée s'achève et la société sera alors fermée ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carrozzeria Maggiora
© - YouTube © - Archivioprototipi





JPBlogAuto

vendredi 8 avril 2016

Figoni et Falaschi







figoni00.jpg



figoni01.jpg



Figoni et Falaschi est une petite entreprise française de renom qui fabriquait des carrosseries automobiles et qui a été créé par Giuseppe Figoni et Ovidio Falaschi en 1935 à Boulogne-sur-Seine. De nos jours, quand on parle de design automobile, on pense aux grands studios italiens qui ont si fortement marqué le style des belles carrosseries dans les années 50 et 60, mais on ne pense pas aussi spontanément au design lorsqu'on évoque l'automobile française des 50 dernières années. Et pourtant la carrosserie Figoni et Falaschi a construit des voitures au style flamboyant et aux dimensions démesurées qui ornaient entre les deux guerres certains quartiers chics de Paris ou de la Côte d'Azur et qui sont encore aujourd'hui toujours admirées ....





L'histoire commence au sortir de la Première Guerre mondiale, quand la France devient l'un des premiers pays industrialisés du monde, avec les Etats-Unis et l'Angleterre. De nombreux étrangers passionnés d'automobiles, ne pouvant exercer leur art dans leur pays, viennent en France trouver les débouchés qui leur manquent chez eux. C'est à cette époque qu'un jeune immigré Italien, Giuseppe Figoni, après avoir été apprenti chez le carrossier Vachet, où il a appris son métier de tôlier formeur, se met à son compte en 1923 à Boulogne-Billancourt. L'activité commence rue de l’Église par la construction de voitures de courses et de records pour Alfa Roméo, Delage et Delahaye qui trouvent en lui le partenaire idéal pour ce travail ....





Giuseppe Figoni encore tout jeune carrossier adopte toutefois dès ses débuts un style sportif et raffiné, inspiré par la construction aéronautique. De très grandes marques lui font immédiatement confiance et il travaille sur de beaux châssis comme Ballot, Hotchkiss, Salmson, Talbot, Hispano Suiza, Bugatti, ou Lancia. L'automobile était toutefois réservée à une élite fortunée capable de s'offrir ces merveilles habillées par des carrossiers rivalisant de créativité et de talent. Mais le talent ne manquait par à Figoni qui va donc rapidement s'intéresser à des châssis plus importants demandant beaucoup plus de travail, et en vient assez vite à habiller avec maitrise quelques unes des très rares Duesenberg qui arrivent en France ....





En 1935, l'entreprise de Guiseppe Figoni prospérant, l'affaire doit donc prendre une dimension plus importante pour se développer. Figoni s'associe à un compatriote, Ovidio Falaschi, pour créer la Carrosserie Figoni et Falaschi. Falaschi n'est pas un carrossier, mais un conseiller financier avant tout qui gère la comptabilité et ne s'occupe pas de carrosserie. Débarrassé des problèmes administratifs, Figoni a donc désormais les mains plus libre pour se consacrer exclusivement à la création. Le style du maître, qui se fait désormais appelé Joseph, s'affirme d'année en année et grâce à lui l'automobile s’affranchit définitivement du style hippomobile. Il s'impose comme le chef de file d'une nouvelle génération qui se démarque par son goût pour les formes fuyantes et les ailes enveloppantes qui vont révolutionner le design ....





La carrosserie Figoni et Falaschi réalise de nombreuses voitures à caractère sportif, le plus souvent des coupés et des cabriolets, dont beaucoup sont devenues de nos jours les reines des concours d’élégance. Un haut degré de finition est toujours de mise et ses créations sont caractérisées par un style très personnel, souvent assez flamboyant, mais toujours vraiment élégant. Le vent était l'ennemi de Giuseppe Figoni et il va donc pousser à l'extrême sa volonté d'explorer les possibilités offertes par les carrosseries aérodynamiques. Figoni n'a jamais traité cette science de manière empirique mais au contraire il recherchait l'efficacité dans les formes. Le talon d'Achille de l'automobile étant ses roues et ses pneus qui perturbent beaucoup l'écoulement de l'air en créant de la traînée, nombre de ses voitures étaient testées à Meudon dans un laboratoire spécialisé, sous le contrôle de Jean Andreau ....





Ce soucis extrême de l'aérodynamisme va emmener Figoni et Falaschi à construire celle qui va devenir la plus célèbre de ses voitures la fameuse "goutte d'eau". La divine Talbot-Lago T150-C-SS de 1937, était carrossée spécialement pour le compte du Maharajah de Khapurthala, qui l'a offerte à sa fille. La voiture et sa très fortunée maîtresse qui ont remporté en juin 1938 le Concours Femina a également remporté de nombreux concours d'élégance et continue à le faire aujourd'hui. C'est sans doute le plus célèbre modèle conçu par la carrosserie Figoni et Falaschi, tout au moins celui qui est encore connu par tous les passionnés d'automobiles de nos jours. A cette époque, la carrosserie Figoni et Falaschi est au sommet de son art et certainement au tout premier rang des carrossiers européens question design ....





Avant la Seconde Guerre mondiale, lorsque Delahaye se porte acquéreur de Delage, il hérite de l'excellence technique de Delage en sport automobile. C'est à cette période que Figoni et Falaschi lance le cabriolet Delahaye 135 M « Narval » qui sera acheté par Charles Trenet et appelé ainsi à cause de son avant rappelant le cétacé. Ce cabriolet de type Mylord a été construit à 18 exemplaires, dont neuf existent encore aujourd'hui, chacun ayant ses particularités et sa propre finition. On reconnaît les lignes générales des Phaéton Grand Sport d'avant-guerre, mais elles arborent maintenant un avant agressif orné, au sommet de leur calandre, d'une bosse évoquant le rostre d'un narval, d'où leur nom. A l'arrière, des ailerons au dessin prononcé et les belles décorations chromées prolongent les ailes avec grâce ....





Un autre sommet de l'art de Figoni et Falaschi est la ligne dite goutte d'eau. C'est en fait l'un des dessins les plus fulgurants et les plus remarquables de la carrosserie française d'avant-guerre. Cette interprétation toute instinctive de l'aérodynamique est caractérisée par la forme ovale des vitres latérales et par l'aspect fuyant de la carrosserie, toute en courbes sensuelles. Le premier exemple apparaît en 1937 sur le châssis Talbot-Lago SS. On le retrouvera aussi sur d'autres châssis Talbot-Lago avec quelques changements. Le style Figoni a alors atteint son apogée. C'est aussi la période ou Figoni se lie d'amitié avec le jeune PininFarina, avec le carrossier Viotti, mais aussi avec le célèbre pilote de course italien Tazio Nuvolari. Ces relations lui permettent de faire connaître son travail de l'autre côté des Alpes, un juste retour aux sources pour cet immigré Italien. Ce faisant, il bénéficie d'un quasi monopole dans l'habillage des modèles Alfa Romeo vendues en France par l'importateur ....





Le Salon de l'Auto de Paris fait honneur aux voitures du carrossier et le nom de la carrosserie Figoni et Falaschi s'exporte bien. L'entreprise produit des carrosseries démesurées, aux lignes vraiment originales mettant très bien en avant des rondeurs si flatteuses qu'elles démodent tout ce que la concurrence peut proposer. Nombreux sont les confrères qui s'inspirent donc de ses réalisations comme Saoutchik, Pourtout, Franay, ou Letourneur et Marchand. La carrosserie Figoni et Falaschi exploite avec succès le principe du carénage intégral, qui consiste à passer une robe au châssis en l'enfermant dans une gaine aérodynamique. La période est encore euphorique pour le carrossier. Les voitures françaises de grand luxe plaisent aux étrangers fortunés, essentiellement américains et le gouvernement encourage ce type de vente ....


figoni31.jpg


Mais après guerre, le carrossier Figoni et Falaschi encore sur son nuage ne tient pas compte des mutations stylistiques en cours tant aux Etats Unis qu'en Italie et il persiste en s'attachant à ces formes déjà démodées, et en les grimant inutilement d'accessoires qui alourdissent l'harmonie d'ensemble. Les anciens châssis français se trouvent vite dépassés par les fabrications étrangères. Mais au delà de la finition désastreuse, Figoni et Falaschi tombe trop souvent dans la laideur gratuite, avec des chromes à la pelle, et des combinaisons de teintes criardes et mal assorties. En 1951, Ovidio Falaschi retourne en Italie, et y achète un hôtel. Le déclin des marques françaises de prestige semblant inéluctable, Guiseppe Figoni seul ne peut que se retourner vers les constructeurs de voitures " populaires " comme les Citroën 15 CV, Simca 8, Simca Aronde. En 1955, Figoni cesse définitivement son activité de carrosserie pour se consacrer à l'entretien de ses voitures pendant quelques années avant de devenir finalement agent Lancia en 1961 puis concessionnaire en 1975 ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Conceptcarz - © Carcatalog





Les Delahaye Figoni et Falaschi ...



Bentley Mark VI Figoni et Falaschi - 1947 ...





JPBlogAuto

vendredi 16 octobre 2015

Mario Felice et Gian Paolo Boano







boano00.jpg



boano01.jpg



La Carrozzeria Boano est une entreprise de carrosserie automobile italienne fondée à Grugliasco près de Turin en novembre 1954 par Mario Felice Boano avec son fils Gian Paolo Boano. Né en 1903 Mario Boano avait au début travaillé comme designer indépendant pour des entreprises comme Vignale, Viotti, Bertone, Farina ou Ghia dans les années 1930. En fait c'est lui qui a créé bon nombre des plus beaux design de ces grandes entreprises de carrosserie mais ces célèbres marques apposaient leurs noms sur les voitures et le travail de Boano continuait à rester méconnu ....


boano02.jpg boano03.jpg


Avec un parcours vraiment atypique, car après avoir été assistant dans la société Stabilimenti Farina, Mario Boano rejoint Battista " Pinin " Farina en 1930. A partir de 1934, il s'installe à son compte, et ouvre une menuiserie industrielle qui fournit aux entreprises de carrosserie les matrices en bois sur lesquelles sont formées les tôles des carrosseries. Ghia, qui avait exercé le même métier que Boano dans le passé, est l'un de ses clients. A la mort de Giacinto Ghia en février 1944, Mario Felice Boano est donc contacté par la famille pour reprendre en main la carrosserie car Giacinto Ghia l'avait de son vivant désigné comme étant son successeur ....


boano04.jpg boano05.jpg


Mario Boano est donc pendant longtemps l'un des carrossiers méconnus ou quasiment inconnu pour certains de l'histoire de la grande lignée de la carrosserie et du style Italien. L'histoire va changer lorsque Giacinto Ghia qui était sur son lit de mort, a demandé à sa femme de contacter Mario Boano pour sauver l'entreprise. Boano est intervenu, avec Giorgio Alberti, et a finalement racheté la société Ghia. Une toute nouvelle ère venait de commencer qui mettra en valeur le fameux travail effectué par Boano sous le nom de Ghia avec ses superbes design à faible ligne de toit ....


boano06.jpg boano07.jpg


La période de l'après guerre est vraiment préoccupante pour les carrossiers car à cette époque les châssis disponibles se raréfient. Pourtant à l'issue d'un travail acharné, Boano repositionne Ghia au sommet du style et du design italien. La carrosserie présente sous sa direction cinq voitures au concours d'élégance de Monte Carlo, et remporte finalement trois prix. Mais les châssis italiens faisant défaut, Boano s'adresse aux constructeurs français comme Delage, Talbot ou Delahaye ....


boano08.jpg boano09.jpg


A cette époque, le style automobile est encore hésitant et les designers utilisent toujours des formes modelées et arrondies largement agrémentées de multiples fioritures. Boano va se démarquer et opter pour un design conventionnel et il sera l'un des précurseurs à l'origine d'un style beaucoup plus épuré et fluide comme son ancien employeur Pinin Farina. C'est aussi à cette époque que Gian Paolo Boano obtient de son père le droit de réaliser sa première carrosserie du début à la fin basée sur un châssis d'Aurelia. La Lancia B Junior réalisée en deux exemplaires avec des calandres différentes attire l’œil du public au Salon Auto de Turin ....


boano10.jpg boano11.jpg


En bon dirigeant d’entreprise, Mario Boano désire susciter plus de commandes pour faire tourner à plein temps les ateliers. Il décide donc d'embaucher un jeune ingénieur Luigi Segre. Celui ci est particulièrement motivé par ses nouvelles fonctions, et prospecte à tout va pour finalement parvenir à séduire le troisième constructeur américain Chrysler par la qualité de son travail et ses prix compétitifs. Chrysler invite Mario Boano et Luigi Segre à Détroit, afin de prendre connaissance des projets en cours et des futurs développements possibles. Le succès est au rendez vous et bientôt, Luigi Segre devient associé minoritaire dans l'affaire ....


boano12.jpg boano13.jpg


En 1954 Mario Boano et Luigi Segre se séparent et Segre parvient à réunir tout seul suffisamment de capitaux pour racheter les parts de Boano. Mario Boano exploite une nouvelle entreprise dans la banlieue de Turin, la Carrozzeria Boano. Il fabrique de nombreux modèles hors série, tant sur des châssis européens qu'américains, pour des stylistes très réputés comme Virgil Exner ou Raymond Loewy, mais aussi pour son compte sur la base de ses propres design avec ce style qui lui est propre. Finalement la renommée de Boano en temps que designer reconnu viendra d'une seule voiture produite en 1956. Mais qu'elle voiture puisque bien que officiellement construite par la mythique marque Ferrari, elle portera le nom de Boano car il s'agit du superbe coupé Ferrari 250 GT Boano considérée comme un grand classique ....


boano14.jpg boano15.jpg


Malheureusement, dans un monde automobile où les véhicules se produisent à la chaîne et de moins en moins en « externe », difficile pour un carrossier de se faire une place. Boano arrête donc son activité de carrossier et s'engage en 1957 au département de style de Fiat comme designer. Il cède son entreprise à son associé Luciano Pollo et à son beau-fils Ezio Ellena et donc l'entreprise Boano est pour l'occasion renommée en Carrozzeria Ellena. Au final l'histoire du design automobile retiendra que les Boano père et fils ont produit de superbes voitures pour des marques aussi diverses et variées que Ferrari, Abarth, Fiat, Lancia, Simca, Jaguar, Karman, Alfa Romeo, Siata, Chrysler, Delage, Talbot ou Delahaye ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Boano - © Carcatalog




Ferrari 250 GT Coupé - Boano ...



Ferrari 250 GT Testarossa - Boano ...



Alfa Romeo 1900 CSS - Boano ...





JPBlogAuto

- page 1 de 2