@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 3 mars 2016

Chevrolet Corvair - 1960







corvair00.jpg



Née de la rencontre d’un riche et puissant industriel du Michigan, « William Crapo Durant », et d’un brillant pilote automobile d’origine Suisse, « Louis Chevrolet », la marque « Chevrolet » débute son activité en 1911 avec la construction de voitures bon marché mais de grande qualité. A partir de 1918, « Chevrolet » sera intimement lié à « General Motors » a tel point qu’aujourd’hui encore ces deux noms sont quasi inséparables et n’existeraient sans doute plus l’un sans l’autre . En fait de nos jours « Chevrolet » est devenu le principal constructeur du groupe « GM » et par voie de conséquence un des plus grands constructeurs du monde . Fortement implantée à l’étranger, la firme est aujourd'hui devenue la marque fétiche des américains ….





L’histoire de la Chevrolet Corvair débute après la deuxième Guerre mondiale. Edward Nicholas Cole, mieux connu sous le nom de Ed Cole, travaille pour la General Motors depuis 1933. Cet ingénieur remarque que les Américains apprécient de plus en plus les petites voitures européennes, la Volkswagen en tête, et se dit que GM devrait avoir sa propre voiture du peuple. En 1952, Cole devient ingénieur en chef de Chevrolet et peut ainsi donner libre cours à son idée de petite automobile. Une chose est sûre, elle aura un moteur situé à l’arrière et sera refroidi par air. Les journalistes de l’époque y voient déjà une copie de la VW mais le projet progresse à pas de tortue jusqu’en juillet 1956, moment de la nomination de Cole au poste de directeur de Chevrolet. En septembre 1957, un premier prototype est prêt et servira à convaincre Harlow Curtis, le PDG de la GM, du bien-fondé du projet ….





Harlow Curtis veut bien d’une petite voiture, pourvu qu’elle soit grosse et que son moteur soit à l’avant. Cole avait cependant très bien fait ses devoirs et il réussi à convaincre Curtis que la future petite voiture à moteur arrière ne serait pas très coûteuse à produire. Mais le chemin entre le prototype et le modèle de série est parsemé d’embûches. L’architecture du moteur choisi, un six cylindres à plat, est quasiment inconnue à Détroit. Aussi, des problèmes de refroidissement apparaissent et la distribution du poids inquiète les ingénieurs car 61,5% du poids repose sur les roues arrière et la suspension indépendante doit être revue. Il faut savoir que si de nos jours, l’idée de fabriquer une petite voiture est évidente, un ingénieur qui proposerais un projet pour une grosse voiture à moteur V8 à essence, n’aurait que très peu d'espoir pour le présenter à la haute direction d’un constructeur automobile. Pourtant, durant les années 50, c’était exactement le contraire qui était courant ....





Finalement, chez les grands constructeurs, c’est Chevrolet, le numéro 1 du marché Américain, qui va surprendre tout le monde en proposant une voiture totalement originale et en prenant le contre-pied des normes techniques alors en vigueur à Detroit. La Chevrolet Corvair, bien que « hors de l’ordinaire » par son allure et sa conception, est l’une des représentantes les plus significatives des compactes que Chevrolet s'est empressé de produire au début des années soixante pour réagir contre l’invasion dangereuse des petites européennes. Ces véhicules à dimensions réduites, selon le standard américain, s’offraient à des prix compétitifs et les slogans publicitaires vantaient avant tout leur économie d’exploitation. Grâce à des modèles comme la Corvair, la bataille sera vite gagnée et les importations ramenées à un pourcentage de la production qui laissera les constructeurs sans inquiétude ....





Dévoilée le 2 octobre 1959, la Chevrolet Corvair se démarque tout de suite par une ligne nouvelle qui allait par la suite inspirer de nombreux constructeurs en Europe comme NSU, Fiat, Panhard, Sunbeam ou Simca. Son style est du au bureau de style de General Motors dirigé par Bill Mitchell, le successeur de Harley J.Earl. La Corvair crée une petite révolution dans son pays en choisissant le « tout-à-l’arrière » et un système de refroidissement par air. L’ « air », élément important de la conception de ce modèle, se retrouve aussi dans le nom de la voiture. Quant à « Corv » pour « Corvette », il évoque le passé sportif de Chevrolet, bien que « Corvair » fût aussi le nom d’un show-car présenté au Motorama de 1954 ....





Techniquement, l’étude de la Chevolet Corvair fut confiée à l’ingénieur en chef Edward N. Cole. En août 1957, Ned Nikles et Carl Renner sont chargés des lignes de la voiture, tandis que les ingénieurs A.E Kolbe et Robert P. Benzinger testent le fameux 6 cylindres à plat. La Corvair est dotée d’une suspension indépendante à chacune des roues. La carrosserie tout acier, à châssis intégré, est signée Fisher. L’option prise du moteur arrière évite la présence de l’arbre de transmission et de son logement dans le plancher, laissant ainsi un habitacle spacieux totalement plat. Deux versions sont proposées, la 500, modèle de base, avec un équipement très sommaire, et la 700 avec son intérieur coquet, plus confortable et mieux équipé ....





Une nouvelle série, appelée Monza, arrive en mai 1960. En 1961, Chevrolet ajoute de nouveaux modèles à la gamme Corvair, certains audacieux, comme une familiale et un petit camion appelé Greenbrier. L’année suivante s’enrichit d’une superbe décapotable et de deux moteurs plus puissants. La Monza Spyder fait des étincelles avec son six cylindres turbo de 150 chevaux. Les plus importants changements de l’histoire de la Corvair arrivent en 1965 alors que la carrosserie est revue et qu’une nouvelle version remplaçant la Monza Spyder, baptisée Corsa, fait son apparition. Chevrolet en profite également pour revoir complètement toute la suspension arrière et améliorer aussi celle de l’avant. Dès 1967, par contre, tous les modèles de la gamme Corvair s’amenuisent et 1969 sera sa dernière année de production ....





Pour ce qui est de la mécanique, la Chevrolet corvair est donc équipée d'un moteur Turbo de 6 cylindres. Construit en aluminium, ce moteur est conçu en vue d’une efficacité maximum, grâce à ses cylindres opposés horizontalement, à ses soupapes en tête et à sa course réduite. Refroidi par air avec un ventilateur centrifuge, le moteur n’utilise ni eau, ni antigel, ce qui élimine des frais d’entretien et le danger des radiateurs qui gèlent ou qui surchauffent. En équipement standard, ce 2.3 litres de cylindrée développe 81 chevaux à 4400 tr/min et passe à 95 chevaux à 4500 tr/min dans sa version supérieure avec un couple confortable dès 3200 tr/min ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : Flat 6 cylindres
  • Disposition : Arrière
  • Cylindrée : 2.3 Litres
  • Puissance : 95 ch à 4500 tr/min
  • Couple : 346 Nm à 3200 tr/min
  • Transmission : Propulsion



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © KustomKruzin




La Chevrolet Corvair de 1960 ...



La Chevrolet Corvair de 1960 ...



La Chevrolet Corvair de 1960 ...






JPBlogAuto

jeudi 17 décembre 2015

Leonardo Fioravanti











fioravanti01.jpg



Leonardo Fioravanti est un important designer automobile né le 31 janvier 1938 en Italie, certainement parmi les plus célèbres de l'histoire de cette industrie. Avec un cursus scolaire plutôt brillant, Il obtient un diplôme d'ingénieur en génie mécanique à l’École Polytechnique de Milan, avec une spécialisation en conception de carrosserie et aérodynamique grâce à une excellente thèse soutenue sur le thème de la berline aérodynamique. Leonardo Fioravanti appartient à un triumvirat de designer célèbres et reconnus, avec Marcello Gandini et Giorgetto Giugiaro, tous nés a quelques jours d'intervalle en 1938, et il est apprécié par tous les amateurs de voitures sportives pour toutes ses superbes créations notamment pour Ferrari. De très nombreux ouvrages qui lui sont consacré attestent de cet engouement pour son travail et sa réputation a rapidement dépassé toutes les frontières. Il fait lui aussi partie de l'Automotive Hall of Fame, le pinacle des designers automobiles ....


fioravanti02.jpg


Leonardo Fioravanti a étudié avec le professeur Antonio Fessia, un ingénieur accompli qui avait œuvré chez Lancia sur la Flaminia, la Flavia et la Fulvia. Trés apprécié par son professeur, à la fin de ses études ce dernier le présente en 1964 à Gian-Battista Pinin Farina, le patron de la Carrosserie Pininfarina, qui aussitôt l'embauche à seulement 26 ans en tant que designer ou il occupe les fonctions de dessinateur projeteur. L'entreprise Pininfarina et donc Fioravanti travaillent pour de nombreuses marques comme Lancia, Fiat, Alfa Romeo, Peugeot, Volkswagen et BMW. Mais se qui va faire la réputation de Leonardo et la reconnaissance de son travail, c'est incontestablement sa participation très active à la conception de toutes les Ferrari produites dans la période 1966 à 1986, ses plus beaux chefs-d’œuvre ....


fioravanti03.jpg


Leonardo Fioravanti restera finalement pendant 24 ans dans l'entreprise de la Carrosserie Pininfarina ou il évoluera au fil du temps jusqu'à finir par occuper la fonction de Directeur Général de la société. Le patron lui confiera également le poste de Directeur de la filiale de recherche "Pininfarina Studi & Ricerche". Pendant toutes ces années il dessinera de sa main les plus beaux modèles de Ferrari que Maranello ai construit. La première création de Fioravanti est la superbe Ferrari Dino 206 GT bientôt suivie par la sublime Ferrari Daytona au dessin moderne dégageant à la fois de la force et de la sensualité qui rompt définitivement avec le style des Ferrari des années 60. Deux voitures qui vont marquer les esprits ....





Leonardo Fioravanti est dorénavant présent aux salons auto et aux conférences de presse, il assiste même aux réunions de projets avec les clients de Pininfarina. Son travail pour Ferrari va s'affirmer avec le dessin de l'insolite Ferrari 365 GTC suivie de la Ferrari 365 GT4, deux voitures qui adoptent des lignes beaucoup plus tendues caractéristiques de la nouvelle décennie, loin des galbes des années 60, et qui s'inscrivent donc entre deux époques mais qui portent aussi la patte du maitre ....





Leonardo Fioravanti dessine également la belle Ferrari 308 GTB qui est une petite berlinette à moteur V8 qui se base sur l'architecture de la Dino et donnera naissance à une lignée de sportives très nerveuses. Outre le design très réussi, elle apparaîtra dans la sérié télévisée américaine Magnum, ce qui contribuera aussi à son succès. Fioravanti va aussi dessiner l'incroyable Ferrari 250 LM qui est une voiture de course destinée à remplacer la voiture victorieuse des 24 Heures du Mans, la 250 GTO, mais dans une déclinaison Grand Tourisme. Finalement elle remporta le Trophée des Prototypes du Championnat du monde des voitures de sport en 1965 ....





Leonardo Fioravanti a également conçu des voitures du type concept cars qui constitue un épiphénomène dans l'histoire de Ferrari comme par exemple cette extraordinaire Ferrari P5 équipée d'un moteur V12 avec une carrosserie toute en aluminium dotée de portes papillons qui offre un look vraiment très insolite avec son museau avant du type raie manta. La sublime Ferrari P6 qui suivra est en fait une version routière et moins typée course de la précédente P5 bien qu'elle utilise la même mécanique et le même châssis. Elle est probablement le dernier stade de l'évolution d'un style fondé sur l'aérodynamisme des voitures de compétition des années 60. Les spécialistes dirent à l’époque que ses formes souples et tendues à la fois allié à son profil plutôt allongé atteignent un certain degré de perfection ....





Outre les prototypes et les concepts cars, Leonardo Fioravanti va aussi dessiner et concevoir des supercars beaucoup plus classiques si on peut dire comme la très élégante Ferrari 288 GTO, une berlinette à moteur V8 compétitive sur route comme sur circuit qui ressemble visuellement beaucoup à la 308 GTB mais avec un look plus musculeux et plus félin. Toutefois celle qui représente le mieux cette catégorie des GT supercars dessinées par Fioravanti, c'est incontestablement la sublime et très rare Ferrari F40. Cette voiture de sport est au moment de sa sortie la Ferrari la plus rapide, la plus puissante et aussi la plus chère jamais proposée au public. Mais l'ultime déclinaison de Léonardo concernant ces supercars est l'incroyable Ferrari Testarossa, cette voiture de sport de Grand Tourisme animée par un moteur central arrière 12 cylindres à plat qui reprend le nom de la Ferrari 250 Testa Rossa le modèle de voiture de course mythique de la Scuderia Ferrari des années 1950. Véritable « must » des années 1980, elle est entrée depuis dans la légende Ferrari ....





En plus des superbes voitures que l'on a découvert plus haut, Leonardo Fioravanti a dessiné pour Ferrari beaucoup d'autres superbes modèles comme la 246, la Boxer, la Mondial, la 328, la Pinin, la 512, ou encore la 275, ce qui fait qu'il sera très apprécié par Enzo Ferrari. Après 24 ans passés chez Pininfarina, le Commendatore le recrute en 1988 au poste de Directeur Général adjoint de Ferrari Spa, puis ensuite de Directeur Général de Ferrari Engineering. En 1990, Leonardo devient directeur du style avancé de Fiat, qui avait pris depuis 1989 le contrôle de Ferrari, mais il n'y reste qu'un an avant de reprendre sa liberté car il avait dans l'idée de monter sa propre entreprise. Finalement en 1991, il s'occupe désormais à plein temps de Fioravanti Srl. Sa société conçoit des études de style pour différents constructeurs à travers le monde. Sa toute première création est un étonnant concept car, l'insolite Fioravanti Sensiva, une berlinette dotée de moteurs électriques associés à une turbine à gaz. En 2000, il présentera la magnifique Fioravanti F 100 qui est prévue pour commémorer le centième anniversaire de la naissance d'Enzo Ferrari ....





Finalement libéré de toutes contraintes au sein de sa propre entreprise, Leonardo Fioravanti va donner libre cours à ses idées en concevant des belles voitures très novatrices et insolites. En 2001, avec la Fioravanti Vola conçue sur une base Alfa Romeo, Leonardo brevète un original et innovant système de toit transparent escamotable, qui pivote simplement au dessus des sièges pour se placer sur le couvercle de coffre. En 2002 il présente le Fioravanti Yak, un étonnant 4 x 4 hybride à moteur V8 qui associe des capacités en tout terrain avec le confort d'une berline de luxe. En 2004 il expose au Salon de Genève, la Fioravanti Kite une étonnante voiture qui conjugue les traits d'un coupé et l'habitabilité d'une berline. En 2013, BAIC, ce nouveau constructeur chinois qui tente de se forger une image de marque, fait appel a Fioravanti pour qu'il lui dessine une luxueuse berline haut de gamme, Leorardo proposera pour le salon de Shanghai la superbe BAIC 900 Fioravanti ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Leonardo Fioravanti

>

Leonardo Fioravanti Design ...



Leonardo Fioravanti Design ...







JPBlogAuto

vendredi 27 novembre 2015

Magazines auto Gazoline






gazoline00.jpg


Gazoline est un magazine Français de vulgarisation automobile plutôt axé sur la mécanique et la technique fondé en avril 1995 et dirigé par Jean Jacques Dupuis. Édité par la société Pixel Press Studio, il a adopté un slogan qui colle parfaitement à la revue " Le magazine qui vous aide à rouler en voiture ancienne. " Après avoir réussi à se faire une place dans le milieu plutôt encombré de la presse automobile mais tout en conservant son indépendance, Gazoline poursuit encore aujourd'hui ses parutions avec un tirage mensuel enviable qui avoisine les 120.000 exemplaires ....


gazoline14.jpg


Principalement destiné aux très nombreux amateurs de voitures anciennes dans l’hexagone, Gazoline est consultable en version papier et aussi sur Internet, ce média moderne incontournable, ce qui doit aussi contribuer à sa réussite. Cette réussite est néanmoins principalement due à la richesse et la diversité de son contenu qui propose chaque mois des essais, des chroniques, des tests, des fiches pratiques, des études, des historiques, des fiches techniques, des témoignages, des BD, des astuces, des produits, des photos et une iconographie très riche, enfin une foule de choses qui sont en rapport avec la voiture ancienne, un genre de bible ....


gazoline15.jpg gazoline16.jpg gazoline17.jpg gazoline18.jpg gazoline19.jpg gazoline20.jpg


Une grande partie du magazine est complètement consacré à la restauration et au reconditionnement, soit d'une voiture complète soit d'un élément mécanique ou de sellerie voir de carrosserie. Cette section est particulièrement bien faite et très didactique car elle explique en détail point par point le démontage, le nettoyage, la réparation ou le reconditionnement, l'amélioration ou la modernisation pour finir par le remontage et les tests. C'est ce qui fait aussi un des succès de cette revue ....


gazoline21.jpg gazoline22.jpg gazoline23.jpg gazoline24.jpg gazoline25.jpg gazoline26.jpg


Parallèlement au mensuel Gazoline, la société Pixel Press Studio a édité également une autre revue de voiture ancienne à parution bimestrielle ou trimestrielle intitulée " Gazoline - Votre Auto " dont le premier numéro de la collection est paru en mars 1998, et le dernier, le n° 40, en novembre 2007. Ce magazine était entièrement dédié a un seul modèle de voiture par numéro qui concernaient majoritairement des automobiles françaises des marques Peugeot, Citroën, Renault, Simca, Panhard, Ford France, Alpine et Matra. Les seules automobiles étrangères représentées furent la Fiat 500, la VW Coccinelle et également la Triumph Spitfire ....


gazoline01.jpg


La pagination la plus courante de ce magazine était de 68 à 84 pages, mais il y eut quelques rares exceptions entre 60 à 100 pages. Chaque numéro proposait une large section consacrée à l'histoire du modèle, avec des textes bien documentés à partir de documents publicitaires ou de dossiers de presse d'époque. L'évolution par millésime était très détaillée. Les accessoires, la préparation des mécaniques, les modèles hors-série réalisés par des carrossiers, l'utilisation des bases mécaniques par d'autres constructeurs et les bonnes adresses faisaient partie des sujets traités pour la plupart des voitures. Sur un plan plus technique, les paragraphes sur la restauration et l'entretien étaient aussi abordés. Ensuite, selon les véhicules, d'autres sujets étaient exploités comme les objets publicitaires, la documentation, les épaves, les teintes, les voitures publicitaires, ou l'exportation ....


gazoline02.jpg gazoline03.jpg gazoline04.jpg gazoline05.jpg gazoline06.jpg gazoline07.jpg


Voici la liste complète des 40 voitures abordées dans ce magazine " Votre Auto " avec le numéro de la revue et les années millésime de chaque modèle :

  • 1 : Peugeot 203
  • 2 : Renault 4 CV
  • 3 : Citroën DS (1968/1975)
  • 4 : Simca Aronde
  • 5 : Peugeot 404
  • 6 : Renault Dauphine
  • 7 : Citroën DS (1956/1967)
  • 8 : Simca Vedette
  • 9 : Peugeot 403
  • 10 : Renault Frégate
  • 11 : Fiat 500
  • 12 : VW Coccinelle (1945/1967)
  • 13 : Panhard 24
  • 14 : Simca 1000
  • 15 : Peugeot 204 - 304
  • 16 : Renault 8 et Renault 10
  • 17 : VW Coccinelle (1968/1979)
  • 18 : Panhard Dyna Z & PL 17
  • 19 : Simca 1300 - 1500
  • 20 : Triumph Spitfire 21 : Citroën 2 CV (1948/1960)
  • 22 : Renault Floride - Caravelle
  • 23 : Ford Vedette
  • 24 : Renault 4 CV (1947/1953)
  • 25 : Citroën 2 CV (1961/1990)
  • 26 : Peugeot 504
  • 27 : Alpine A 110
  • 28 : Renault 4 (1951/1962)
  • 29 : Matra 530
  • 30 : Citroën Méhari
  • 31 : Peugeot 203
  • 32 : Simca 1100
  • 33 : Renault 16
  • 34 : Citroën SM
  • 35 : Alpine A 310
  • 36 : Peugeot 202 - 302 - 402
  • 37 : Renault 4 (1962/1970)
  • 38 : Simca 5 - 6 - 8
  • 39 : Citroën GS
  • 40 : Renault 4 (1971/1973) ....



gazoline08.jpg gazoline09.jpg gazoline10.jpg gazoline11.jpg gazoline12.jpg gazoline13.jpg


Conjointement à ces deux magazines, la société Pixel Press Studio a également édité deux numéros Hors Série toujours consacrés à la voiture ancienne :

  • HS 1/ Les populaires françaises qui affolent la côte
  • HS 2 / 28 populaires françaises pour rouler tous les jours



gazoline-hs1.jpg gazoline-hs2.jpg


L’amateur de voiture ancienne n’a rien à voir avec un collectionneur classique car il ne passe pas son temps à regarder l’objet de son irrépressible désir, il l’utilise. C’est même généralement l’aboutissement d’une longue période de restauration traversée de doutes. La récompense ultime, l’impression de redonner la vie à ce que les incultes comparent à un tas de ferraille. Encore faut-il trouver l’engin idéal. Pas trop âgé pour s’insérer aisément dans la circulation, suffisamment sécurisant et fiable pour envisager de longs parcours ou une utilisation au quotidien, pas trop gourmand en carburant et qui apporte malgré tout l’illusion de rouler différent.
Au final, c'est tout cela que nous expliquent en détail ces deux supers Hors série ....


Sources : © - YouTube © - Wikipédia © - Google Images © - Gazoline






Réunion Gazoline Juin 2015 ...



Réunion Gazoline Mars 2015 ...



Réunion Gazoline Février 2015 ...





JPBlogAuto

- page 1 de 24